Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Entre Bkerké et le Hezbollah, une confrontation qui ne dit pas (encore) son nom

Le parti chiite examine l’idée d’une visite à Bkerké pour discuter avec le patriarche maronite de son appel à une conférence internationale sur le Liban, mais le prélat est déterminé à ne rien céder.

Entre Bkerké et le Hezbollah, une confrontation qui ne dit pas (encore) son nom

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, s’entretenant avec le directeur de la SG, le général Abbas Ibrahim, une des personnalités qui essaient de rétablir les ponts entre le Hezbollah et Bkerké. Photo ANI

Entre eux, tout avait pourtant (si) bien commencé. Le Hezbollah accueille avec soulagement la démission du patriarche Nasrallah Sfeir en 2011 et l’élection de Béchara Raï. Contrairement à son prédécesseur, qui était l’un des fers de lance de la bataille pour le rétablissement de la souveraineté libanaise et contre les armes illégales, le nouveau patriarche paraît moins marqué politiquement et plus à même d’adopter une politique de compromis avec le parti chiite. Le Hezbollah est alors convaincu que la démission de Mgr Sfeir est le fruit d’un grand changement au niveau de la politique du Vatican à l’égard d’une région qui vient d’entrer dans une zone de hautes turbulences, avec l’éclatement des printemps arabes. Aussi, le parti de Hassan Nasrallah s’efforce-t-il de se rapprocher de Bkerké et de consolider les rapports entre les deux communautés chiite et maronite, avec l’idée qu’elles affrontent ensemble la déferlante jihadiste dans la région. La relation se construit ainsi au cours des années, au gré de la guerre syrienne et de l’évolution du contexte régional.

En 2013, le Hezbollah justifie son intervention en Syrie aux côtés des forces du régime par une volonté de protéger le Liban et notamment les chrétiens face aux jihadistes sunnites. Naïm Kassem, le numéro deux du parti, va jusqu’à affirmer à l’époque que sans le Hezbollah, l’État islamique (EI) se serait emparé de Jounieh et du Kesrouan. La formation de Hassan Nasrallah ne lésine sur aucun moyen pour mener une offensive de charme en direction des chrétiens : les photos de ses combattants agenouillés devant des icônes de la Sainte Vierge dans les villages syriaques du Qalamoun font le tour des réseaux sociaux. Cette politique s’avère payante, alors que les jihadistes s’infiltrent en territoire libanais, et contribue à rapprocher Bkerké du Hezbollah, avec comme point d’orgue la visite de Béchara Raï en Syrie, en 2013. L’euphorie est toutefois de courte durée, puisque le premier couac intervient seulement un an plus tard.

Point de non-retour
Le patriarche se rend à Jérusalem en mai 2014, à la faveur d’une visite pontificale officielle en Terre sainte. Si le déplacement du prélat ne revêt pas de signification politique, le Hezbollah le perçoit comme une manière pour l’Église maronite de faire l’équilibre entre Damas et Jérusalem. Les relations se détériorent mais la formation chiite tient à sauver les apparences et maintient des rapports courtois avec Bkerké, en envoyant notamment ses délégations présenter leurs vœux au patriarche à l’occasion des fêtes chrétiennes.

Le véritable tournant a lieu au lendemain du soulèvement populaire du 17 octobre 2019. Le patriarche multiplie les diatribes contre le pouvoir, alors que le Hezbollah s’impose comme l’une des principales forces du statu quo. Quelques mois plus tard, Mgr Raï rappelle avec insistance la position traditionnelle de Bkerké en faveur de la neutralité du Liban, au moment où la formation chiite est engagée en Syrie, en Irak et dans une moindre mesure au Yémen. Mais Béchara Raï ne s’arrête pas là. Tout récemment, il évoque la nécessité d’une conférence internationale pour régler les contentieux de fond qui menacent la pérennité du Liban. Une initiative perçue comme un péril par le Hezbollah. Dans son intervention télévisée du 16 février dernier, le secrétaire général du parti estime que cet appel est l’équivalent d’une « déclaration de guerre », une façon de menacer ses adversaires, mais sans jamais citer Bkerké. Jamais, depuis 2011, les deux parties n’avaient été aussi proches du point de non-retour.

Lire aussi

Le CPL appuie poliment Raï, mais privilégie le dialogue interne

S’il s’est jusque-là gardé de réagir directement aux propos du patriarche, tout en laissant les chefs religieux chiites le faire à sa place, le Hezbollah risque cependant de rompre avec cet engagement au cas où ce dernier continuerait d’insister sur la tenue d’une conférence internationale. Un pas qu’il ne franchira néanmoins qu’en désespoir de cause, parce que pour l’heure, « il veut donner leur chance aux tentatives de dialogue entre les deux », assure un proche de la formation chiite. Le Hezbollah est embarrassé par le fait d’adopter une position frontale à l’égard de la principale institution maronite du pays, alors même qu’une partie de sa rhétorique repose sur l’idée d’un partenariat entre les deux communautés pour contrer la menace de la majorité, à l’échelle de la région, sunnite. Dans le même temps, une conférence internationale mettrait nécessairement la question de la souveraineté libanaise au cœur des débats et renforcerait la pression contre le parti chiite. Le Hezbollah redoute de revivre l’épisode de la résolution 1559 du Conseil de sécurité, qui ordonne le retrait des troupes étrangères et le désarmement des milices, qui a pu voir le jour en 2004 grâce à une conjoncture internationale favorable, consécutive à l’appel des évêques maronites qui avaient réclamé solennellement en 2001 le départ des troupes syriennes du Liban. À l’époque, une bataille féroce s’était engagée entre Bkerké et les forces politiques ralliées autour de lui et le régime syrien et ses alliés locaux. Le Hezbollah ne veut surtout pas que ce scénario se répète. Il ne veut pas être acculé à une confrontation directe avec Bkerké et risquer ainsi d’écorner sa couverture chrétienne, en mettant son allié, le Courant patriotique libre, dans une situation embarrassante.

« Nous ne laisserons pas le Hezbollah nous intimider »
Pour ménager la chèvre et le chou, la formation chiite compte sur les efforts de médiations menées ces derniers jours par le CPL et le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, qui étaient tous les deux hier à Bkerké. « Le Hezbollah examine l’idée d’une visite au siège patriarcal afin de discuter de vive voix avec le patriarche de son appel à une conférence internationale », explique la source précitée.

Du côté de Bkerké, on assure toutefois que le patriarche ne cédera sur aucun des deux points : la neutralité et la conférence internationale. Il est convaincu, selon une source informée à Bkerké, que la situation actuelle va aboutir à terme sur la tenue d’une Constituante au détriment des chrétiens si le principe du partage du pouvoir en trois tiers est retenu en lieu et place de la parité islamo-chrétienne. C’est ce que le prélat assure devant ses visiteurs, tout en prenant soin de préciser qu’il ne cible personne. Dans ce cadre, le chef de l’Église maronite ne ménage pas le Hezbollah de ses critiques. Selon un responsable politique qui l’a récemment rencontré, Mgr Raï aurait dit devant lui : « Nous ne laisserons pas le Hezbollah nous intimider. Je maintiendrai mon discours. »


Entre eux, tout avait pourtant (si) bien commencé. Le Hezbollah accueille avec soulagement la démission du patriarche Nasrallah Sfeir en 2011 et l’élection de Béchara Raï. Contrairement à son prédécesseur, qui était l’un des fers de lance de la bataille pour le rétablissement de la souveraineté libanaise et contre les armes illégales, le nouveau patriarche paraît moins marqué...

commentaires (15)

ben maintenant nous connaissons le nom a donner au conflit DE RAI LE LIBANAIS AVEC HEZB LE NON LIBANAIS. CELUI DE NOTRE SURVIE,MALGRE HEZB, A CAUSE DE HEZB & ne l'oublions jamais-MALGRE SES ALLIES

Gaby SIOUFI

11 h 05, le 28 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • ben maintenant nous connaissons le nom a donner au conflit DE RAI LE LIBANAIS AVEC HEZB LE NON LIBANAIS. CELUI DE NOTRE SURVIE,MALGRE HEZB, A CAUSE DE HEZB & ne l'oublions jamais-MALGRE SES ALLIES

    Gaby SIOUFI

    11 h 05, le 28 février 2021

  • Le Patriarche a peut-être un peu tardé à agir.

    Esber

    22 h 06, le 26 février 2021

  • Chapeau votre éminence ?????

    Eleni Caridopoulou

    17 h 08, le 26 février 2021

  • LE KABALAN DIT AUM PATRIARCHE QUE L,INTERNATIONALISATION MENACE LA SOUVERAINETE DE L,ETAT. C,EST LE HEZBOLLAH ET AMAL LES DEUX MILICES CHIITES ARMEES QUI MENACENT ET VIOLENT LA SOUVERAINETE DE L,ETAT. L,INTERNASIONALISATION LIBERERA L,ETAT DE CE CARCAN D,UNE COMMUNAUTE DONT SES MILICES SONT AU SERVICE DE L,IRAN.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    15 h 10, le 26 février 2021

  • On a besoin de forces lumineuses pour neutraliser le mal iranien qui sévit . Seul l’église appuyée par de bonnes intentions peut nous sortir de ce bourbier néfaste à défaut d’un grand Alexandre.

    Wow

    14 h 26, le 26 février 2021

  • Organisation milicienne , mafieuse, qui n’a rien à voir avec le paysage politique libanais...

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 42, le 26 février 2021

  • Il y a belle lurette qu'il n'y avait rien a négocier. Rai a mis du temps a le comprendre. S'il veut vraiment essayer de sauver le pays, il n'y a plus que la confrontation avec le Hezbollah. Personne ne lui a demande d'aller faire guéguerre ailleurs. Il l'a fait a son compte mais au détriment des intérêts du pays. Il est sure que le Hezbollah ne voudra ni de conférence ni de discussions sur son arsenal. Il n'y a alors qu'une seule réponse: Tu veux la guerre tu l'aura a tes risques et périls ! Tu as les armes nous avons le droit et la détermination.

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 33, le 26 février 2021

  • EH OUI, 2011 - 2021 10 annees perdues a force d'analyses erronées, de fausses syntheses doublees d'une strategie medicore, 10 ans alors que des 2012 hezb avait-reconfirme clairement son jeu anti liban apres son rejet de l'accord de baabda sous le pres. m. sleiman. Raii aura mis du temps avant de le realiser. que ces gens la, faut leur faire face et non plus les amadouer.ces gens la ET leurs allies.

    Gaby SIOUFI

    10 h 48, le 26 février 2021

  • Le Liban interdit la publication des chiffres concernant la population. Par INCONSCIENCE ? Par un désir d’AVEUGLEMENT ? Personne de nos dirigeants n’a vu la gravité des questions qui se posent aujourd’hui. La majorité nous a laissé cet héritage empoisonné. Le plus grave, c'est nos COMMERÇANTS DE DIEU et leurs COURTISANS POLITIQUES qui gardent et bénissent ce silence. NEUTRALITÉ, INTERNATIONALISATION : des GALIMATIAS. Malgré NOS prétentions le LIBAN ne dépassera pas le niveau du FOU DU ROI c.à.d: Il fait rire. Il fait passer le temps.

    aliosha

    10 h 44, le 26 février 2021

  • Pendant des décennies toutes les tribunes étaient occupées par les dignitaires iraniens qui prêchaient haut et fort leur appartenance et leur doctrine de violence et de trahison sans être contredits ni inquiétés comme si ce pays leur appartenait à eux seuls. Ça c’était avant que les scandales de pillages et de trahison n’éclatent. Maintenant que les libanais savent dans leur majorité ce que ce parti soit disant protecteurs des chrétiens a manigancé pour leur ôte tout droit à la souveraineté et même à la dignité ainsi que celui de tous les libanais dans le but de s’enrichir et de trôner, la donne à complètement changé. Ils se retrouvent ainsi que leur parti armé vendu au pied du mur et essaient par tous les moyens de sauver leurs têtes allant jusqu’à menacer de guerre et de lâchage de terroristes islamiques pour faire peur et se montrer indispensables pour le maintien d’un semblant de paix. Nos appels à l’armée libanaise d’outrepasser les ordres donnés par l’occupant du fauteuil et du pays se répètent et le contrôle des frontières ainsi que de tous les fiefs où HN a aménagé pour ses alliés ennemis d’hier sont à scruter de près avec un nettoyage au Karcher avant que le barbu ne mette son plan à exécution. Ne pouvant pas se mettre en avant pour déclencher la guerre il profitera pour se faire passer pour le sauveur encore une fois pour garder la mainmise sur le pays après sa destruction en imitant son allié le boucher.

    Sissi zayyat

    10 h 40, le 26 février 2021

  • Monseigneur RAI me rappelle les prelats qui ont lutte contre les nazis et les collabos durant la guerre.....

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 51, le 26 février 2021

  • L’initiative du patriarche Rai est celle de la derniere chance. Le Hezbollah, milice illegale, armee, sectaire, confessionnelle, totalement soumise a l’Iran, un Etat retrograde aux antipodes de la culture et de l’histoire du Liban, a mis la main sur notre pays et le contrôle totalement. Le president, son parti politique, ainsi que la caste des politiciens corrompus, qui sont cense’s defendre les Libanais et l’Etat, sont de connivence ou sont incapables de s’y opposer. Contre toute logique, deux partis chretiens, ferment les yeux et couvrent cette milice pour obtenir le fauteuil presidentiel, sans aucune honte. Face a cet etat des lieux, la neutralite pronee par Bkerke’ est notre seul espoir. On a déjà tout perdu et seul un sursaut national peut encore nous sauver.

    Goraieb Nada

    08 h 39, le 26 février 2021

  • VOILA. AOUN, SON GENDRE ET LE CPL PRETENDUS DEFENSEURS DES DROITS DES CHRETIENS COMBATTENT AIGREMENT HARIRI ET LES SUNNITES CHAMPIONS DU 50/50 CHRETIENS/ MUSULMANS ET DE TAEF ET FLIRTENT AVEC LE HEZBOLLAH ET LES CHIITES, LES VENDUS D,ENTRE EUX, QUI VEULENT IMPOSER LE TIERS/TIERS/TIERS COMME PARITE AU DETRIMENT DU 50/50 ACQUIS AUJOURD,HUI AUX CHRETIENS. LE CPL POUR DES INTERETS PERSONNELS DE AOUN ET BASSIL VENDENT LES ACQUIS DES CHRETIENS AUX CHIITES IRANIENS. COMMENT APPELLE-T-ON CEUX QUI TRAHISSENT LEUR PROPRE COMMUNAUTE ET LE PAYS AU PROFIT D,UNE SEULE COMMUNAUTE DONT L,ECRASANTE MAJORITE SE DECLARE IRANIENNE AVANT D,ETRE LIBANAISE ? QU,AVEZ-VOUS DIT ? AH, OUI. C,EST CA !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 31, le 26 février 2021

  • « Nous ne laisserons pas le Hezbollah nous intimider. Je maintiendrai mon discours. » dixit Mgr Raï.... Sans s'attaquer directement au patriarche les assassinats viseront ceux et celles qui le supportent....

    Wlek Sanferlou

    02 h 45, le 26 février 2021

Retour en haut