Rechercher
Rechercher

Démantibulators

Cette facilité avec laquelle ce pays a été démantibulé force l’admiration. À tous les points de vue. Ainsi, par une sorte de malédiction parachutée d’on ne sait où, le Liban tout entier se retrouve contraint d’accompagner la décrépitude avancée des birbes déliquescents qui le dirigent. Un pied dans la tombe, l’autre sur une peau de banane, du moins pour pas mal d’entre eux, ils sont là à se déchiqueter pour des broutilles constitutionnelles dont tout le monde se fout, et qui de toute façon sont sans commune mesure avec les tracas et tourments de la population.

La façon de faire de nos présidents pour exercer leurs talents représente à elle seule la quintessence de ce qui se fait dans le genre, dans le monde arabe en général et au Liban en particulier. Y a qu’à regarder comment ils opèrent pour être fixé sur la qualité de ces roitelets, assis chacun sur son trône et alignant les visiteurs.

On n’évoquera pas ici Tonton Hassane qui, du fond de sa voie de garage, pédale dans la semoule de ses affaires courantes ni Istiz Nabeuh qui attend toujours la direction du vent pour s’aligner sur la girouette. Restent l’Homme des casernes qui habite le Château et le Mollasson du Futur qui collectionne les râteaux.

Parmi la tripotée de convives que parfois nos deux amis nourrissent à leur table, rien que des gens avec qui ils sont d’accord. Le plus souvent des copains communautaires saupoudrés de quelques alibis de la confession d’en face, venus les écouter pérorer, muets comme des vases Ming. On a beau scruter le biotope, pas un ordinateur à la ronde, pas une tablette tactile, encore moins un dossier de travail. En revanche, une belle guirlande de paumés arrivés les bras ballants, le rire épais, la panse triomphante, venus échanger un ou deux neurones pour faire croire qu’ils mitonnent quelque chose d’intelligent. Mais ça fait du bien, paraît-il, et ça ventile le système cérébro-spinal.

Pour le reste, rien que de très ordinaire. Les journalistes sont parqués, chez l’un comme chez l’autre, dans l’office avec les domestiques. Le maître de céans communique avec eux en lâchant des bulles épisodiques que les baveux locaux qualifient de « sources ». Extrait : « La source a dit à la source qu’une autre source a confirmé les allégations de la source précédente, laquelle avait démenti le démenti de la source d’origine. »

C’est ce qui s’appelle de la branlologie médiatique. La méthode marche en deux temps : on occulte l’information principale, pourtant claire comme de l’eau de roche et d’une logique imparable, et on la remplace par un jus de crâne abscons qui va planter toute la nouvelle. Comme ça, on flingue d’un seul coup deux carrières : le journalisme et la politique.

Dans ce clafoutis burlesque, ce n’est ni demain ni dans dix ans la veille qu’on verra éclore un gouvernement.

[email protected]


Cette facilité avec laquelle ce pays a été démantibulé force l’admiration. À tous les points de vue. Ainsi, par une sorte de malédiction parachutée d’on ne sait où, le Liban tout entier se retrouve contraint d’accompagner la décrépitude avancée des birbes déliquescents qui le dirigent. Un pied dans la tombe, l’autre sur une peau de banane, du moins pour pas mal d’entre...

commentaires (7)

En matière de branlologie, le Liban détient la palme Guinness des branlologues, dans tous les domaines: celui du droit, de l’économie , des finances, et surtout... de la magouille, autre discipline de spécialisation, après l’agrégation en criminologie...

LeRougeEtLeNoir

13 h 15, le 14 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • En matière de branlologie, le Liban détient la palme Guinness des branlologues, dans tous les domaines: celui du droit, de l’économie , des finances, et surtout... de la magouille, autre discipline de spécialisation, après l’agrégation en criminologie...

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 15, le 14 février 2021

  • UN TEXTE TRIPPLE AAA BRAVO UN DELICIEUX TEXTE DANS UN LIBAN OU MALHEUREUSEMENT CHAQUE JOUR QUI PASSE SEMBLE ETRE LE PIRE ET LE LENDEMAIN SURVIENT OU TOUT EST ENCORE PIRE. QUE NOUS RESERVE DONC DEMAIN DE PIRE?

    LA VERITE

    02 h 19, le 13 février 2021

  • Je m'étais promis juré de ne plus boire le café en lisant Gaby Nasr. Aujourd'hui j'ai récidivé et j'en ai mis partout. Si demain mon clavier cesse de débiter des chiffres et des lettres je vais demander réparation à l'auteur de l'article ! Excellente formule "un pied dans la tombe et l'autre…." Excellent !

    MGMTR

    22 h 52, le 12 février 2021

  • Cher Gaby .. Époustouflant !.Je crois que c'est le billet le plus long de ta carrière.

    Hitti arlette

    14 h 20, le 12 février 2021

  • Si on donnait la parole aux vases Ming ils contesteront la comparaison insultante. Ceci dit ces zombies sanguinaires qui se nourrissent du sang des citoyens le font et continueront à le faire tant que les libanais acceptent de servir de proies faciles. Ça n’est pas le génie funeste de ces politichiens qui fait qu’ils excellent dans leur besogne c’est plutôt l’ inaction du peuple qui leur permet de persévérer en allant toujours plus loin dans l’horreur. A qui la faute?

    Sissi zayyat

    12 h 02, le 12 février 2021

  • IL N,Y A PAS D,ANIMAL SI VIL QUI RESSEMBLERAIT FUT-CE DE LOIN A CEUX QUI NOUS ONT GOUVERNE ET QUI NOUS GOUVERNENT ENCORE. POINT DE QUALIFICATIF SI-BAS SOIT-IL QUI PUISSE LES DECRIRE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 27, le 12 février 2021

  • Super!! Tout comme les habitants de Saïda face à l'invasion imminente se sont donné la mort tout en brûlant leur ville pour éviter la défaite et l'esclavage, nous tous libanais finiront dans un suicide commun pour finir de cette classe diabolique qui nous gouverne...

    Wlek Sanferlou

    03 h 16, le 12 février 2021

Retour en haut