Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Cinquante-quatre décès enregistrés en 24h, les hospitalisations en légère baisse

Les commerçants de plusieurs régions réclament de pouvoir ouvrir leurs établissements dès lundi. 
Cinquante-quatre décès enregistrés en 24h, les hospitalisations en légère baisse

Des membres de l'unité sanitaire du Hezbollah transportant le cercueil d'une chrétienne décédée des suites du Covid-19 en dehors d'une église pour être inhumée dans un cimetière à proximité, près de la ville frontalière de Bint Jbeil au Liban-Sud, le 5 février 2021. Photo AFP/Mahmoud Zayyat

Le Liban, qui entame lundi son déconfinement progressif, a enregistré 54 décès et 2.081 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24h, selon le dernier bilan officiel du ministère de la Santé publié dimanche soir. Le taux de contamination par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours s'élève à 22 %. Ces chiffres font grimper à 319.917 le nombre de personnes ayant contracté le virus depuis février 2020, au nombre desquelles 3.616 sont décédées et 206.523 guéries. Parmi les cas toujours actifs, 2.241 personnes sont hospitalisées, dont 902 en soins intensifs, des chiffres en légère baisse par rapport aux journées précédentes.

Depuis le 14 janvier, le Liban est strictement confiné pour tenter d'enrayer la propagation du virus, alors que le secteur hospitalier est saturé et au bord de l'effondrement. Mais le Premier ministre sortant Hassane Diab a annoncé vendredi que le confinement sévère du pays prendra fin ce dimanche soir, avec une réouverture graduelle en quatre étapes de deux semaines chacune. Au cours de l'étape s'ouvrant lundi matin, supermarchés, supérettes et épiceries pourront rouvrir leurs portes, tout comme les banques, mais les personnes souhaitant s'y rendre devront se munir d'une autorisation, le couvre-feu total restant en vigueur. 

Concrétisant la décision prise hier concernant l'ouverture des restaurants, le ministère du Tourisme a publié une circulaire autorisant ces établissements à ouvrir 24h/24 pour assurer les services de livraison et au volant (drive-thru). Au cours des dernières semaines, les restaurants devaient arrêter les services de livraison avant 17h. Le ministère rappelle toutefois que les salles des restaurants devront rester fermées. 

Lire aussi

Les FL présentent leur approche de la campagne vaccinale

S'opposant à la décision de garder les commerces fermés pendant plusieurs semaines encore, des associations de commerçants de plusieurs régions ont appelé à amender la progression du déconfinement afin de permettre une réouverture anticipée. L'Association des commerçants de Saïda (Sud) et de sa banlieue a demandé à rouvrir les commerces et réclamé une compensation aux propriétaires d'entreprises. Celle de Nabatiyé (Sud) a pour sa part demandé de "modifier la décision qui a été prise de rouvrir le pays en quatre phases, de telle manière que la réouverture de tous les secteurs commerciaux soit inclue dès la première phase de façon progressive, à condition de respecter les mesures de prévention. L'Association des commerçants du Akkar (Nord) a, elle, dénoncé une décision "injuste", mettant en garde contre une hausse du taux de chômage. La veille, le président de l’Association des commerçants de Beyrouth (ACB), Nicolas Chammas, s'était dit "choqué" par le plan de déconfinement. "Nous sommes disciplinés et prêts à faire le maximum en termes de mesures de protection", avait-il plaidé.


Stratégie "zéro Covid"

De son côté, le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad, a prôné un changement clair de stratégie dans la lutte contre la pandémie, en adoptant une politique de "zéro Covid", au lieu de la politique de "mitigation" actuellement en vigueur au Liban. Il a estimé que "la politique en demi-teinte des autorités, qui vise à apprendre à vivre avec le virus n'a pas été efficace". "Le +stop and go+ (les confinements et déconfinements successifs, ndlr) a eu des conséquences humaines et économiques dévastatrices", a-t-il regretté. Relevant les difficultés d'une stratégie "zéro Covid", à savoir un traçage et un confinement stricts et rapides ainsi que des aides financières, il a souligné que l'arrivée du vaccin "pourrait en faciliter la mise en place" et ainsi "sauver des vies, faire baisser les cas graves, permettre à l'économie de se relancer et aux écoles de rouvrir".

Le Liban doit lancer d'ici une semaine sa campagne de vaccination, avec l'arrivage d'un premier lot de doses du vaccin développé par Pfizer/BioNTech. La priorité est donnée au personnel soignant et aux personnes âgées de plus de 75 ans, Libanais et ressortissants étrangers confondus. Les autorités sanitaires visent une immunisation collective de 80 % d'ici douze mois. Des doses du vaccin russe Spoutnik V et de celui développé par AstraZeneca sont également attendues au cours des prochaines semaines.


Le Liban, qui entame lundi son déconfinement progressif, a enregistré 54 décès et 2.081 nouveaux cas de contamination au coronavirus au cours des dernières 24h, selon le dernier bilan officiel du ministère de la Santé publié dimanche soir. Le taux de contamination par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours s'élève à 22 %. Ces chiffres font grimper à...

commentaires (2)

Nabatieh et autres ce n'est pas le Liban ? ????

Eleni Caridopoulou

20 h 45, le 07 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Nabatieh et autres ce n'est pas le Liban ? ????

    Eleni Caridopoulou

    20 h 45, le 07 février 2021

  • Tiraillements d'options, chacun selon ce que ça lui conforte. L'option Diab est la meilleure.

    Esber

    20 h 34, le 07 février 2021

Retour en haut