Rechercher
Rechercher

Politique - Nations unies

« Un État doit avoir le monopole des armes », réaffirme Antonio Guterres

« Un État doit avoir le monopole des armes », réaffirme Antonio Guterres

Le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres. Hannibal Hanschke/File Photo/Reuters

Le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres, a réaffirmé que l’État devrait « avoir le monopole des armes » au Liban, en insistant sur le fait qu’« un État ne peut pas être fonctionnel en présence de plusieurs forces armées en son sein ». C’est un message ferme que le chef de l’ONU a ainsi adressé de nouveau jeudi aux autorités libanaises, en faisant allusion à l’arsenal du Hezbollah qu’il n’a pas nommé. C’est aussi une réponse indirecte à une éventuelle attitude « plus réaliste » et plus souple à l’égard de la formation chiite, suggérée par Paris à Washington, pour sortir le pays du Cèdre de l’impasse politique et économique dans laquelle il se débat.

M. Guterres s’est exprimé au sujet du Liban lors de la première conférence de presse « hybride » de l’année qu’il a tenue jeudi au siège de l’ONU, au terme d’une réunion informelle avec les États membres des Nations unies. Au cours de cette réunion, M. Guterres a présenté ses dix priorités pour l’année 2021, exhortant ses interlocuteurs à passer en « 2021 à la vitesse supérieure et à remettre le monde sur la bonne voie ».

Lire aussi

Paris, pariant sur la souplesse de l’administration Biden, tend une perche à Washington

À la question de L’OLJ sur le point de savoir si l’ONU pourrait adopter une position « plus réaliste » à l’égard du Hezbollah pour aider le Liban à sortir de sa crise politique, économique et financière, notamment pour ce qui a trait à l’application des résolutions 1559 et 1701 du Conseil de sécurité, Antonió Guterres a répondu : « Je crois qu’il faut savoir quels sont les principes à appliquer, et ces principes sont clairs et essentiels. Un État doit avoir le monopole de l’utilisation des armes. Il sera toujours très difficile pour un État d’être fonctionnel en présence de plusieurs forces armées en son sein et en l’absence d’une unité qui est fondamentale. »

Et d’ajouter : « Nous avons toujours eu une approche en simultané de ce problème, de manière à œuvrer pour la concrétisation de ce principe, mais avec le pragmatisme nécessaire pour conduire des négociations et des discussions et pour prendre des mesures afin d’aider le Liban à régler ses problèmes. Non seulement nous voulons aider le Liban à vaincre la crise économique, mais aussi à réaliser toutes les réformes nécessaires au redressement du pays. » Selon M. Guterres, « dans le cadre de ces réformes, celle du système de sécurité et le monopole par l’État de l’exercice de la force, comme partout dans le monde, restent une question centrale ».

Ces propos interviennent alors qu’il y a quelques jours, un responsable de la présidence française, cité par l’agence Reuters, avait estimé, sous couvert d’anonymat, que sous la présidence de Joe Biden, les États-Unis devraient adopter une attitude « plus réaliste » à l’égard du Hezbollah pour aider à mettre fin à l’impasse politique et économique au Liban. 


Le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres, a réaffirmé que l’État devrait « avoir le monopole des armes » au Liban, en insistant sur le fait qu’« un État ne peut pas être fonctionnel en présence de plusieurs forces armées en son sein ». C’est un message ferme que le chef de l’ONU a ainsi adressé de nouveau jeudi aux autorités libanaises, en...

commentaires (6)

C’est quoi l’attitude plus réaliste? Peut-être placer les résolutions 1701 et 1559 sous le chapitre 7 de la charte des nations unies !

LeRougeEtLeNoir

12 h 30, le 31 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • C’est quoi l’attitude plus réaliste? Peut-être placer les résolutions 1701 et 1559 sous le chapitre 7 de la charte des nations unies !

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 30, le 31 janvier 2021

  • Subit au lieu de subi, pardon

    Shou fi

    12 h 21, le 30 janvier 2021

  • je ne pourrais jamais m'empecher de rappeler a tous ces hypocrites que, l'existence d'israel est LE PLUS GRAND CRIME , celui la d'un etat ILLEGAL, D'UNE INJUSTICE IMPARDONNABLE. je que je dis est que leurs discours politico socio humanistes? ils peuvent se les garder pour eux. car nous autres libanais continuons a en souffrir a cause d'eux - presque autant que les palestiniens eux-memes

    Gaby SIOUFI

    12 h 18, le 30 janvier 2021

  • Si l'ONU ne veut pas désarmer les milices elle peut au moins condamner les pays qui vendent ou qui donnent ces armes illégales. M. Gueterres ferait mieux de ne rien dire à ce sujet, car indirectement il nous rappelle l'injustice que le Liban subi depuis l'armement d'Arafat au Liban jusqu'à aujourd'hui. Je pense que les juristes libanais, qui ont moins de travail par ce temps pandémique, devraient porter des plaintes, en représentant gratuitement les victimes libanaises contre les pays qui terrorisent tour à tour le peuple libanais depuis la fin des années 60. Les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité ne sont pas prescriptibles.

    Shou fi

    10 h 04, le 30 janvier 2021

  • GUTERREZ A BIEN DIT LES CHOSES. MACRON REVE DE MACRONESIE AU LIBAN,

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 55, le 30 janvier 2021

  • "Un État doit avoir le monopole de l’utilisation des armes". Une évidence que n'aurait pas reniée Mr de la Palisse, et qui, pourtant, ne semble pas sauter aux yeux de nos dirigeants!

    Yves Prevost

    06 h 59, le 30 janvier 2021

Retour en haut