Rechercher
Rechercher

Politique

Le Liban devrait reconsidérer ses relations avec les pays du Golfe, affirme un responsable émirati

Le ministre émirati adjoint de la Culture et de la Diplomatie publique, Omar Saïf Ghobash, a laissé entendre que pour que le Liban puisse bénéficier d’une assistance des pays du Golfe, il devrait revoir ses relations avec eux, dans une allusion claire au Hezbollah et à son empreinte sur la politique étrangère du pays. M. Ghobash a ainsi affirmé hier dans une interview à la chaîne américaine CNBC que son pays « n’a rien à offrir au Liban » en matière d’aide à un déblocage de la crise politique ou à un redressement économique.

Interrogé par la journaliste Hadley Gamble au sujet du rôle que son pays pourrait jouer pour contribuer à améliorer la situation au pays du Cèdre, le responsable émirati a répondu : « Nous aimons tous le Liban et nous avons essayé d’assumer ce rôle dans le passé. Mais tout comme les Palestiniens avaient reconsidéré leurs relations avec les pays du Golfe et plus particulièrement avec les Émirats arabes unis, le Liban devrait en faire autant. » Et d’ajouter : « Le business as usual ne marche plus. D’importantes sommes ont été débloquées (par les EAU) pour venir en aide au Liban. Les Libanais ont des problèmes majeurs, mais à ce stade et pour être franc, nous ne pouvons contribuer à rien. »



Le ministre émirati adjoint de la Culture et de la Diplomatie publique, Omar Saïf Ghobash, a laissé entendre que pour que le Liban puisse bénéficier d’une assistance des pays du Golfe, il devrait revoir ses relations avec eux, dans une allusion claire au Hezbollah et à son empreinte sur la politique étrangère du pays. M. Ghobash a ainsi affirmé hier dans une interview à la chaîne...

commentaires (2)

Et oui ils ont des rapports diplomatique avec Israël ....

Eleni Caridopoulou

17 h 18, le 20 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Et oui ils ont des rapports diplomatique avec Israël ....

    Eleni Caridopoulou

    17 h 18, le 20 janvier 2021

  • La solution à la crise économique est politique en premier lieu. Le retour des sommes expatriées se fera avec le retour de la raison et de la justice. La région est en cours de changement rapide. Il est temps de changer la donne.

    Esber

    15 h 43, le 20 janvier 2021

Retour en haut