Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Offensive de charme ou réponse à des besoins réels, le Hezbollah lance une initiative sociale dans la Békaa

Au plus fort de la tempête qui frappe actuellement le Liban, le Hezbollah a décidé de distribuer du mazout à près de 21 000 familles dans la Békaa et en particulier dans la région de Baalbeck-Hermel. Depuis vendredi et tout au long des derniers jours, les citernes de mazout payées par ce parti ont donc sillonné les routes de la Békaa donnant ce produit, précieux en période de grand froid, à de nombreuses maisons selon une liste soigneusement établie après une étude précise des besoins des citoyens. Selon un responsable du Hezbollah dans la région de la Békaa, ce n’est pas la première fois que ce parti procède à une telle distribution, mais c’est la première fois que l’opération revêt une telle ampleur, en raison de l’augmentation des besoins des citoyens en cette période de crises sociale et économique sans précédent. L’initiative était donc préparée depuis quelque temps déjà, comme chaque année, et le Hezbollah attendait le moment propice pour l’exécuter, en particulier le grand froid de l’hiver. Selon le responsable du Hezbollah précité, cette année, le parti a distribué aux habitants de Baalbeck-Hermel près de 3,5 millions de litres de mazout et près de 220 000 litres à plus de 900 familles dans la Békaa-Ouest. Le tout pour un montant de près de 3 milliards de livres. Selon le même responsable, ces quantités devraient suffire au moins un mois si le froid actuel se poursuivait.

Donc, le Hezbollah distribue chaque année des aides aux habitants les plus démunis de la région, qu’il s’agisse de produits alimentaires ou de mazout, mais cette fois, il a plus ou moins médiatisé l’opération. Selon les sources proches de cette formation, le message du Hezbollah serait ainsi double. D’abord, il souhaite montrer à tous ses partisans et à tous les habitants de la Békaa en général qu’il tient à eux et s’occupe de leurs problèmes, surtout en cette période de crise grave, en application du slogan lancé par le secrétaire général du parti dans un de ses discours : « Nous ne laisserons personne mourir de faim ou de froid. » Mais en même temps, il s’agit d’un message adressé à tous ceux qui mettent en doute sa capacité à aider sa base populaire en raison de ses problèmes financiers présumés et de l’étau qui se resserre autour de lui.

Non seulement le Hezbollah n’a donc rien changé à son programme d’aide aux plus démunis, mais il l’a aussi augmenté pour répondre aux besoins grandissants de son environnement populaire. De plus, l’insistance médiatique sur la région de la Békaa et en particulier sur celle de Baalbeck-Hermel n’est pas innocente. C’est vrai que cette région est plus frappée par le froid que la banlieue sud de Beyrouth ou le sud du pays, mais elle constitue aussi un foyer de tension populaire. C’est à Baalbeck-Hermel qu’ont lieu régulièrement des incidents sécuritaires, notamment des affrontements entre des forces de l’ordre et des membres de tribus locales, et entre les membres de ces mêmes tribus. Au point que certains habitants parlent d’une région de non-droit, où les différents clans familiaux et autres font la loi au détriment de la population... et des autorités étatiques.

D’ailleurs, les médias portent en général une grande attention à cette région, certains y voyant déjà le début d’une insurrection populaire contre le Hezbollah, accusé par certains habitants de ne pas chercher à mettre un terme à la rivalité entre les différents clans et tribus. Aux dernières élections législatives, par exemple (mai 2018), certains pronostics misaient sur un affaiblissement de l’appui au Hezbollah, avec l’émergence de formations de la société civile. Les résultats des élections ont donné une victoire au Hezbollah, avec toutefois les prémices d’un mouvement de contestation de son influence, qui devrait augmenter avec les crises sociale et économique, ainsi qu’avec les appels répétés à arrêter la contrebande avec la Syrie. De plus, la présence dans la région de Baalbeck de l’ancien secrétaire général du Hezbollah (1989-1991), devenu dissident à partir de 1997, cheikh Sobhi Toufayli, devrait constituer un facteur d’affaiblissement du Hezbollah, puisqu’il bénéficie d’une certaine notoriété dans le coin, même si depuis quelques années il n’a aucune activité publique déclarée.

L'édito de Michel Touma

La déconstruction

Lorsqu’on pose la question aux cadres du Hezbollah, ceux-ci écartent la possibilité d’une action quelconque de la part de cheikh Sobhi Toufayli et estiment qu’il ne bénéficie pas d’une grande popularité dans la région, rappelant que depuis sa décision de faire dissidence, il n’a jamais quitté son domicile près de Baalbeck et n’a pas non plus été inquiété. Il y a bien eu une tentative de lancer « la révolte des affamés » (1997-1998), mais elle a rapidement tourné court. Pour ces raisons, le Hezbollah affirme ne voir aucune menace dans la présence de cheikh Toufayli.

Par contre, son véritable casse-tête, ce sont les différents clans et tribus qui continuent de faire la loi dans la région. Jusqu’à présent, l’attitude adoptée par la direction du parti est de ne pas de les braquer et de n’intervenir que lorsque la situation devient extrême et risque de menacer la stabilité, sachant qu’en général, le Hezbollah considère que c’est aux forces de l’ordre de veiller à la sécurité des habitants et au respect de la loi.

Les détracteurs du Hezbollah estiment d’ailleurs que cette formation préfère sciemment ne pas intervenir, profitant de l’état d’instabilité provoqué par les clans et tribus pour se présenter comme une force rassurante et comme l’alternative pacifique.

En attendant que la position réelle des habitants de la région se précise à travers les élections législatives, l’initiative du Hezbollah de distribuer du mazout a été, selon les échos rapportés par les médias, accueillie comme une aubaine, tant il est nécessaire ces temps-ci. Qu’il s’agisse ou non d’une offensive de charme envers les habitants de la Békaa, elle tombe en tout cas à point nommé.


Au plus fort de la tempête qui frappe actuellement le Liban, le Hezbollah a décidé de distribuer du mazout à près de 21 000 familles dans la Békaa et en particulier dans la région de Baalbeck-Hermel. Depuis vendredi et tout au long des derniers jours, les citernes de mazout payées par ce parti ont donc sillonné les routes de la Békaa donnant ce produit, précieux en période de...

commentaires (11)

Ou est l'état ? Il y a un seul état le Hezbollah et les ayatollahs . Quand on me fait montrer le drapeau libanais alors je leur fait montrer le drapeau du Hezbollah comme drapeau libanais ????????

Eleni Caridopoulou

20 h 39, le 19 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Ou est l'état ? Il y a un seul état le Hezbollah et les ayatollahs . Quand on me fait montrer le drapeau libanais alors je leur fait montrer le drapeau du Hezbollah comme drapeau libanais ????????

    Eleni Caridopoulou

    20 h 39, le 19 janvier 2021

  • Si je synthétise l'article de Mme Haddad en quelques mots; Merci le hezb. , Vive le hezb. :(

    DJACK

    18 h 23, le 19 janvier 2021

  • LES PIPEAUX DE MADAME SCARLETT HADDAD SONT TOUJOURS PUBLIES PAR L,OLJ. LES AVIS DES INTERNAUTES SONT CENSURES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 35, le 19 janvier 2021

  • Foutaise, d'un cote le Hezb fait de la contrebande avec la Syrie et distribue une partie de ceci vers ses ouailles. Le Hezb continue a s'eriger en Etat dans l'Etat, tandis que le President fort ronronne a Baabda!

    IMB a SPO

    17 h 33, le 19 janvier 2021

  • Arrêtez de vous faire l'avocate du Parti de Dieu ! Toutes ces "manipulations" médiatico-politiques et partisanes ne servent à rien, elles ne le réconcilieront pas avec les autres composantes politiques nationales!!! Une seule et unique initiative pourrait constituer la seule solution à ce divorce, le retour irrévocable et sans aucun compromis. à la libanisation du Hezb. tel que d'ailleurs réclamé par les sages du dit parti, dont des journalistes connus et admirés par leur base populaire et qui partagent complètement cette nécessaire réurientation du Parti...

    Salim Dahdah

    13 h 32, le 19 janvier 2021

  • Attention, Madame Haddad, relisez votre copie avant de publier : deux "toutefois" dans la même phrase, c'est un peu beaucoup! Vous pourriez remplacer un "toutefois" par "cependant"! Bien entendu cela ne remet pas en cause la qualité de vos articles!

    Politiquement incorrect(e)

    13 h 31, le 19 janvier 2021

  • Ça fait partie de leur projet de sape. On appauvrit et on redistribue au compte goutte se targuant d’être les bienfaiteurs de la situation désastreuse qu’ils ont sciemment provoquée. Lorsque l’état ferme les yeux aux trafics et tourne le dos à ses citoyens, tout devient possible. Ils continuent à s’embourber dans leur merde ne voyant plus d’issue puisque trop tard pour réagir, ils leur cèdent le pays et son peuple. Pourvu qu’on ne les dénonce pas publiquement des crimes qu’ils ont commis à l’égard des citoyens et de la nation. On en est là.

    Sissi zayyat

    12 h 58, le 19 janvier 2021

  • si seulement nasroullah s'essayait a charmer m.aoun a baabda.

    gaby sioufi

    11 h 37, le 19 janvier 2021

  • Définition d'une offensive de charme du Hezbollah : l'Iran achète du mazout qu'elle distribue à ses sympathisants dans la Békaa.

    Robert Malek

    11 h 19, le 19 janvier 2021

  • Le hezbollah a tellement envoye du mazout en contrebande en Syrie, qu’il n’y a plus de demande sur le marche syrien ! alors il brade la marchandise aupres de ses ouailles !

    Goraieb Nada

    10 h 52, le 19 janvier 2021

  • Franchement, est ce du journalisme ou un récit à la louange du Hezbollah ? Les modérateurs de l’OLJ devraient aussi appliquer leurs règles aux journalistes! Bien entendu, je vais être censuré une fois de plus

    Liberté de Penser

    07 h 35, le 19 janvier 2021

Retour en haut