Rechercher
Rechercher

Technologies - STOCKAGE

Quelle est la différence entre un disque SSD et une carte eMMC ?

Alors que les nouveaux ordinateurs portables deviennent de plus en plus compacts, les constructeurs se démènent pour miniaturiser leurs composants sans grosse perte de performances.

Quelle est la différence entre un disque SSD et une carte eMMC ?

Les cartes flash eMMC sont généralement embarquées et fixées à l’intérieur de l’appareil, alors que le disque SSD est amovible.

Les disques SSD et les interfaces eMMC sont différents sur plusieurs points. Bien qu’ils aient la même fonction, à savoir stocker des données, ils n’ont ni les mêmes performances à l’usage ni les mêmes domaines d’application. Alors que le SSD sera davantage présent sur les ordinateurs, on retrouvera l’interface eMMC sur tous les appareils électroniques à mémoire interne (comme les smartphones par exemple).

Une question de vitesse

C’est ici la première différence entre un disque SSD et un stockage eMMC. Le disque SSD, profitant de l’interface SATA, est bien plus rapide en lecture comme en écriture qu’une interface eMMC. Concernant cette dernière, elle se trouve comprise entre la vitesse moyenne du disque dur (HDD) et du disque flash (SSD).

Traditionnellement, le disque dur interne SSD représente l’évolution du disque dur interne. Plus rapide et plus solide, il le remplace progressivement, puisque cette technologie reste néanmoins coûteuse. Le disque SSD représente ainsi la continuité logique du disque dur. On le retrouve principalement sur les ordinateurs portables (et fixes). Notons également qu’au vu de ses dimensions (notamment pour l’épaisseur), on ne le croise pas sur les ordinateurs portables hybrides, aussi appelés PC-Tablettes ou PC 2-en-1. Ces derniers préféreront intégrer une carte M.2 qui est bien plus compacte.

Le stockage embarqué

La technologie eMMC pourrait être esquissée telle une carte multimédia à mémoire embarquée, donc fixée au cœur de l’appareil. On la retrouve rarement dans les ordinateurs et pour cause, elle est généralement basée sur du stockage 32 Go ou 64 Go. Contrairement aux disques SSD, cet espace est assez restreint pour un ordinateur Windows. On croisera donc la eMMC dans les appareils de type smartphone. La technologie utilisée permet d’ailleurs d’être étendue, comme les smartphones sous Android qui disposent d’un stockage interne (eMMC) + un port d’accueil pour une carte d’extension microSD. Concernant le prix, il est à savoir qu’à volume égal en Giga-octet, le stockage eMMC a un coût de revient bien moins cher que le stockage SSD.

Les compatibilités spécifiques

Le disque SSD possède l’avantage indéniable de pouvoir être installé d’une machine à une autre facilement et sans perte de données. Si l’on prend l’exemple d’un changement d’ordinateur sous Windows, il suffira de démonter le disque SSD interne de l’ancien ordinateur et de l’installer dans le nouveau. L’utilisateur ne perd aucune donnée et ne doit pas réinstaller le système. Par conséquent, le disque SSD interne est un système amovible et déplaçable. Ce n’est pas le même cas de figure pour les cartes eMMC. Elles sont souvent fabriquées sur mesure pour répondre aux besoins de l’appareil d’accueil. Elles ne sont donc pas transférables d’un périphérique à un autre.

Sources : rédaction et web


Les disques SSD et les interfaces eMMC sont différents sur plusieurs points. Bien qu’ils aient la même fonction, à savoir stocker des données, ils n’ont ni les mêmes performances à l’usage ni les mêmes domaines d’application. Alors que le SSD sera davantage présent sur les ordinateurs, on retrouvera l’interface eMMC sur tous les appareils électroniques à mémoire interne...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut