Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Aoun : Les Libanais n'ont besoin d'aucun partenaire quand il s'agit de protéger leur indépendance et souveraineté

Les propos du chef de l'État sont perçus par certains médias libanais comme une réponse à des déclarations attribuées à un officier iranien. 

Aoun : Les Libanais n'ont besoin d'aucun partenaire quand il s'agit de protéger leur indépendance et souveraineté

Le président libanais, Michel Aoun. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le président libanais Michel Aoun a affirmé dimanche que les Libanais "n'ont besoin d'aucun partenaire" quand il s'agit de "protéger l'indépendance et la souveraineté de leur nation". Ces propos publiés sur le compte Twitter personnel du chef de l'État sont présentés par plusieurs médias locaux comme une réponse de M. Aoun à des déclarations qui auraient été tenues la veille par le commandant de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution iranienne, Ali Hadji-Zadeh, sur la chaîne al-Manar et qui ont provoqué de vives réactions au Liban au cours des dernières 24 heures. 

"Toutes les capacités balistiques de Gaza et du Liban sont soutenues par l'Iran", et l'enclave palestinienne et le pays du cèdre constituent "la ligne de front" de l'Iran "face à Israël", aurait affirmé M. Hadji-Zadeh. Seul un extrait de l'entretien du commandant iranien peut être consulté sur le site de la télévision al-Manar, qui est l'organe du Hezbollah, et ces déclarations spécifiques n'y sont pas reprises. Ces déclarations ont en outre été démenties par le journaliste Hussein Mortada, proche du parti chiite. Mais ceci n'a pas permis d'éviter qu'elles provoquent une polémique au Liban. 

Lire aussi

Un an après l'assassinat de Soleimani, Nasrallah et Téhéran tentent de combler le vide

"Les Libanais n'ont aucun partenaire pour protéger l'indépendance et la souveraineté de leur nation sur ses frontières et ses terres, ainsi que pour protéger sa liberté de décision", a écrit le président Aoun sur Twitter, sans préciser le contexte de ce message. 

De son côté, le Courant patriotique libre, parti fondé par le président Aoun et dirigé par son gendre, le député Gebran Bassil, a affirmé que "les Libanais ont le droit de défendre leur souveraineté, leurs terres et leurs ressources contre toute attaque, qu'elle vienne d'Israël ou d'ailleurs". "Les Libanais sont responsables de protéger la liberté, la prise de décision, la souveraineté et l'indépendance" de leur pays, a ajouté le CPL, dans un communiqué publié par son bureau de presse. Le texte a précisé que "l'aide reçue" de la part de pays tiers "ne doit pas être conditionnée par un abandon de la souveraineté nationale ni par une immersion dans des affaires qui ne concernent pas" le Liban.

Le président Aoun et le CPL sont, sur la scène politique libanaise, des alliés du Hezbollah, parti parrainé par l'Iran. 

Défendant pour sa part les propos du commandant iranien, le mufti jaafarite Ahmad Kabalan a déclaré que ce sont "les missiles de Kassem Soleimani et les capacités armées de Téhéran qui ont permis de remporter des batailles pour la libération et des victoires, de confirmer la souveraineté du Liban et de récupérer sa capacité à prendre des décisions, sans contrepartie". "Il n'y a pas de souveraineté sans les missiles de Soleimani", a-t-il lancé. 

"Le vent de la confrontation"

Pierre Bou Assi, ancien ministre des Forces libanaises, a réagi au tweet du chef de l'Etat, soulignant que le président aurait dû souligner que "l'Etat libanais (et non pas "les Libanais" en général, comme l'a dit le président Aoun; NDLR) ne devrait avoir aucun partenaire pour la défense de l'indépendance de la patrie, de sa souveraineté aux frontières et de sa libre décision".

Le leader druze Walid Joumblatt, opposé au parti chiite et au courant aouniste, est de son côté revenu sur des propos qu'il avait tenus au journal al-Anba', selon lesquels "l'Iran attend de dialoguer avec la nouvelle administration américaine" et sa prise de position concernant le fait qu'un "gouvernement de technocrates est en quelque sorte une hérésie". "Aujourd'hui, le vent de la confrontation souffle de tous les côtés. N'est-il pas préférable que la moumanaa (les partis disant lutter contre l'influence occidentale, ndlr) assume la responsabilité du pays, avec ses alliés ?", a-t-il écrit sur Twitter.

Les réactions

La veille, plusieurs responsables libanais avaient déjà condamné les déclarations du commandant Hadji-Zadeh. Ainsi, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, avait estimé que "le Liban et les Libanais sont otages de l'Iran, via le Hezbollah, qui nous utilise comme boucliers humains dans ses combats, lesquels n'ont rien à voir avec le Liban". Il a reproché à "la présidence, au gouvernement et au Parlement libanais d'être de +faux témoins+" face aux agissements de l'Iran. 

Lire aussi

"La riposte à l'assassinat de Soleimani est inévitable", assure un haut responsable du Hezbollah

La députée Roula Tabch (Courant du Futur) s'est également offusquée sur les réseaux sociaux. "Qui a dit que les Libanais acceptent de servir de remparts dans les conflits des autres ?", a-t-elle écrit. "Le Liban ne sera pas une plateforme pour les missiles des autres", a-t-elle ajouté. "Il est inacceptable que les Gardiens de la révolution ou d'autres transforment le Liban en rempart de défense de l'Iran", a de son côté écrit l'ex-député Michel Moawad sur son compte Twitter. 

Le Moyen-Orient est actuellement au cœur des tensions entre entre les États-Unis et l'Iran, qui se sont exacerbés un an après l'assassinat de Kassem Soleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution. Ce dernier a été tué aux côté d'Abou Mahdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi (paramilitaires chiites intégrés à l'État irakien). Hier, le cheikh Nabil Kaouk, membre du Conseil central du Hezbollah, avait déclaré que la riposte à l'assassinat de Soleimani était "inévitable". Un discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, est en outre attendu dans la soirée, à l'occasion du premier anniversaire de la mort de Kassem Soleimani. 


Le président libanais Michel Aoun a affirmé dimanche que les Libanais "n'ont besoin d'aucun partenaire" quand il s'agit de "protéger l'indépendance et la souveraineté de leur nation". Ces propos publiés sur le compte Twitter personnel du chef de l'État sont présentés par plusieurs médias locaux comme une réponse de M. Aoun à des déclarations qui auraient été tenues la veille par...

commentaires (12)

Any chance qu il se réveillé si tard?????

Lina Daher

07 h 33, le 05 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Any chance qu il se réveillé si tard?????

    Lina Daher

    07 h 33, le 05 janvier 2021

  • De plus en plus pathétique

    Liberté de penser et d’écrire

    20 h 34, le 03 janvier 2021

  • "... le commandant de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution iranienne ..." LOOOL! On dirait un speech de Trump :-D

    Gros Gnon

    19 h 04, le 03 janvier 2021

  • "Aoun : Les Libanais n'ont besoin d'aucun partenaire quand il s'agit de protéger leur indépendance et souveraineté"... 1- Prière préciser de quel Aoun il s'agit, il y en a tellement dans les positions clés qu'il faut toujours utiliser les noms complets. 2- cette déclaration est complètement vraie!!! avoir un partenaire n'est que perte de temps et d'efforts, car notre maître, l'Iran et son caporal local sous-solien, ont déjà tout planifié pour le pays et nous ont déjà choisit les partenaires appropriés pour une danse suicidaire pour le Liban mais, le plus important, salvatrice pour l'Iran! Merci au Aoun qui nous a si bien préciser les choses. Et maintenant tenons nous tous les mains et marchons à la queue leu leu vers l'enfer promis en chantant la gloire de l'Iran...

    Wlek Sanferlou

    18 h 46, le 03 janvier 2021

  • Vous vous reveillez (un peu ,beaucoup) trop tard ou maintenant que votre héritiez n'est plus présidentiable et le tayar est aux abois, vous n'avez plus intérêt à vous soumettre au hizbola...

    DJACK

    17 h 27, le 03 janvier 2021

  • La souveraineté, parlons-en ! Les tartuffes et hypocrites qui n'ont que "souveraineté" à la bouche ne disent rien lorsqu'un pays étranger, matrice de l'idéologie djihadiste pour qui le Liban est une aberration, kidnappe et torture le PM libanais en exercice. Vous imaginez une seule seconde l'Iran faire une telle chose ? Si les faux amis du Liban, à commencer par les USA, permettait à l'armée libanaise d'avoir l'armement qu'a le Hezbollah, alors le pays pourrait se défendre contre ceux qui violent son territoire tous les jours et massacrent ses habitants. Pour ceux qui voit en l'Iran et ses alliés la menace pour le Liban, le sang libanais vaut moins cher que l'eau...

    Jean abou Fayez

    16 h 51, le 03 janvier 2021

  • Quelle souveraineté ? Quelle indépendance ?

    Esber

    15 h 10, le 03 janvier 2021

  • HELAS C,EST VOUS QUI AVIEZ SIGNE LE PARTENARIAT AVEC L,IRAN EN SIGNANT LE CHIFFON DE PAPIER DE MAR MKHAEL ET QUI LES AVEZ SOUTENU JUSQU,AUJOURD,HUI. DEGAGEZ POUR QUE LE PAYS RESSUSCITE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    15 h 05, le 03 janvier 2021

  • AOUN parle des libanais qui n'ont pas besoin de partenaire. Il aurait dû parler des FORCES MILITAIRES LEGALES qui n'ont besoin de personne et ni même des milices formées de libanais sacs de sables alors qu'elles sont financées, armées par l'IRAN. Le ministre libanais des AE devrait convoquer l'ambassadeur de l'iran comme il a su bien le faire avec les USA. Puis autre détail: AOUN aurait dû être AUSSI virulent envers les iraniens qu'il l'est envers les libanais lorsqu'il leur a demandé de quitter le pays si personne de la classe politique ne leur plait. Il insultait journalistes et libanais qui n'était pas d'accord avec lui. Et là??? Il est doux comme un agneau avec les iraniens. Pas normal. Le courage est de défendre les libanais et se montrer virulent envers tout étranger qui insulte le liban. Pas le contraire.

    radiosatellite.co

    14 h 37, le 03 janvier 2021

  • Michel Aoun oublie que la décision de faire la guerre ou la paix lui échappe complètement. Ce pouvoir est totalement entre les mains du Hozballa. C’est ce dernier qui décide d’attaquer Israël ou non, le jour où il lui plaira de le faire entraînant une destruction du Liban comme en 2006. Réveille toi Michel Aoun..

    DAOU Nabil

    14 h 03, le 03 janvier 2021

  • Mais bien sûr, c'est pour cela que personne n'ose s'ingérer dans nos affaires depuis que le Liban existe ... c'est pour cela que former un gouvernement qui répondent aux aspirations des Libanais existe dans le secret depuis des mois et que personne n'est jamais venu nous donner des leçons ... bien sûr nous vous croyons sur parole vous notre lumière divine ... lire ces déclarations sont autant de coups de poignards assénés à chaque Libanais qui aime son pays ....

    Zeidan

    13 h 36, le 03 janvier 2021

  • Sauf quand la souveraineté a été détruite par des partis intérieurs , agents d’un pays étranger. Vous m’avez compris..

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 26, le 03 janvier 2021

Retour en haut