Rechercher
Rechercher

Économie - Électricité

Contrat d’EDZ : les parlementaires en faveur d’une extension de deux ans avec appel d’offres à la clé

Contrat d’EDZ : les parlementaires en faveur d’une extension de deux ans avec appel d’offres à la clé

Photo aérienne du site de production d'électricité de Zahlé. Photo : D.R.

La commission parlementaire des Travaux publics, des Transports, de l’Énergie et de l’Eau s’est entendue jeudi sur les modalités d’une nouvelle proposition de loi prolongeant le contrat d’exploitation liant Électricité du Liban (EDL) à l’ancienne concession de Zahlé (EDZ), lequel arrive à échéance à la fin du mois.

Les membres de la commission devaient examiner deux textes : le premier proposé par des élus des Forces libanaises et du courant du Futur portant sur une extension de deux ans ; le second présenté par des députés du Courant patriotique libre, prévoyant une extension de douze mois et imposant le lancement d’un appel d’offres pour remettre le marché public en jeu. La nouvelle proposition coupe la poire en deux en optant pour une extension de 24 mois avec obligation pour EDL de préparer un nouveau cahier des charges dans les deux ans. L’examen du texte figure, lui, à l’ordre du jour de la séance parlementaire de lundi prochain. Une proposition du député de Zahlé Michel Daher (groupe aouniste) préconisant de prolonger la durée du contrat « jusqu’à ce que le besoin cesse d’exister » a été rejetée. La commission a en outre considéré qu’une autre suggestion du député appelant à intégrer d’autres localités du caza de Zahlé au réseau de distribution géré par EDZ devrait faire l’objet d’une loi spéciale.

Nouvelle étude sur EDZ
Le contrat d’exploitation liant EDL à EDZ a été institué par la loi n° 107 adoptée en novembre 2018 pour se substituer au régime de concession dont bénéficiait la société depuis 1923, officialisant au passage une spécificité propre à la société qui a unilatéralement commencé début 2015 à produire de l’électricité pour la distribuer pendant les heures de coupures d’EDL à ses 70 000 foyers abonnés à Zahlé et 16 municipalités voisines. Le fournisseur public qui doit être réformé ne produit pas assez de courant pour satisfaire la demande, ce qui a favorisé l’apparition de générateurs privés que Zahlé a remplacés dans sa région en louant près de 60 mégawatts d’unités de production temporaires à l’écossais Agrekko. Les abonnés d’EDZ payent ainsi leurs deux factures d’électricité à EDZ : celle due au titre de l’électricité produite par EDL, dont le tarif est subventionné par l’État, et celle produite par l’ancienne concession, qui est fixée par le ministère. Avant l’adoption de la loi, EDZ leur facturait le kilowattheure à un tarif médian. Il reste que cette initiative a été contestée par le ministère de l’Énergie qui souhaite que la concession revienne dans le giron de l’État. Le débat a perduré jusqu’à fin 2018, et le vote de la loi n° 107 a repoussé de deux ans le débat sur le fond du dossier, opposant les voix réclamant le retour des équipements gérés par la société dans le giron d’EDL à celles réclamant une prolongation de la concession.

Pour mémoire

Électricité : l’avenir d’EDZ une nouvelle fois en jeu

En plus de passionner le débat public, notamment à Zahlé, les discussions autour de cette question ont monopolisé la séance de la commission qui devait également être consacrée à l’appel d’offres devant être lancé pour trouver un remplaçant à Sonatrach, l’un des fournisseurs de carburant d’EDL avec la Kuwait Petroleum Company (KPC), dont le contrat arrive aussi à échéance à la fin de l’année. Ce dernier dossier a fait l’objet d’une passe d’armes la semaine dernière entre la Direction générale du pétrole rattachée au ministère de l’Énergie et le patron de la Direction des adjudications (DDA), Jean Ellieh, la première accusant le second de retarder inutilement la procédure. Jean Ellieh avait alors prévu de présenter sa version des faits devant les membres de la commission, ce qu’il devrait faire la semaine prochaine à une date qui n’a pas été précisée. Pour rappel, Sonatrach a décidé il y a quelques mois de ne pas renouveler son contrat avec EDL qui courait depuis 2005, suite au scandale du fuel non conforme qui avait secoué le Liban au printemps dernier.


La commission parlementaire des Travaux publics, des Transports, de l’Énergie et de l’Eau s’est entendue jeudi sur les modalités d’une nouvelle proposition de loi prolongeant le contrat d’exploitation liant Électricité du Liban (EDL) à l’ancienne concession de Zahlé (EDZ), lequel arrive à échéance à la fin du mois.Les membres de la commission devaient examiner deux textes :...

commentaires (1)

Pour finir avec ce méli-mélo dans le secteur d’électricité il faudra déréguler et libérer la production et la vente du courant et de garder le transport et les compteurs dans le giron des pouvoirs publics, qui tarifient leurs services. Les vendeurs achètent sur le marché des producteurs le courant et payent au transporteur public les services et facturent au client dans le cadre d’un contrat pour une période fixe.

DAMMOUS Hanna

11 h 34, le 18 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Pour finir avec ce méli-mélo dans le secteur d’électricité il faudra déréguler et libérer la production et la vente du courant et de garder le transport et les compteurs dans le giron des pouvoirs publics, qui tarifient leurs services. Les vendeurs achètent sur le marché des producteurs le courant et payent au transporteur public les services et facturent au client dans le cadre d’un contrat pour une période fixe.

    DAMMOUS Hanna

    11 h 34, le 18 décembre 2020

Retour en haut