Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Islam

Le Drian à Doha : La position de la France sur l'extrémisme "déformée"



Le Drian à Doha : La position de la France sur l'extrémisme

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, arrive pour une conférence de presse commune avec son homologue qatari, à Doha, capitale de l'émirat, le 10 décembre 2020. Photo AFP

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé jeudi que le positionnement de la France contre l'extrémisme religieux avait été "déformé" et qualifié à tort d'islamophobe, lors d'une visite à Doha. La France a fait l'objet de vives critiques dans le monde musulman après la défense par le président français Emmanuel Macron du droit à la caricature au nom de la liberté d'expression à la suite de la décapitation en octobre par un islamiste d'un enseignant français qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète de l'islam. Des manifestations de colère avaient eu lieu dans plusieurs pays musulmans contre ces propos.

Avec la présentation mercredi d'un projet de loi contre l'"islamisme radical", l'exécutif français marche sur des oeufs et a réitéré défendre "les libertés" et ne pas être "contre les religions", craignant d'être à nouveau accusé de stigmatiser les musulmans. "J'ai rappelé dans ce contexte le sens de nos positions et de nos déclarations (sur la lutte contre l'extrémisme, ndlr) qui ont été largement déformées et instrumentalisées dans le cadre d'une campagne visant notre pays", a déclaré M. Le Drian lors d'un briefing avec des journalistes. "Ces déclarations ont pu de bonne foi être mal comprises par des fidèles qui ont pu se sentir blessés dans leurs convictions (...) Nous avons le plus profond respect pour l'islam", a-t-il ajouté lors de cette visite d'une journée à Doha.

Si les autorités du Qatar n'avaient pas directement critiqué la France à la suite des déclarations de M. Macron, des commerces avaient retiré les produits français de leurs rayons dans le cadre d'appels au boycott dans le monde musulman. Le ministre qatari des Affaires étrangères, Mohammed Abderrahmane Al-Thani, a déclaré aux côtés de M. Le Drian que "l'extrémisme violent n'est connecté à aucune religion". "Nous devons nous opposer fermement au discours islamophobe tout comme le monde s'oppose à toute forme de rhétorique raciste", a-t-il ajouté.

Le Qatar est un marché non négligeable pour la France. De nombreuses enseignes du luxe s'y sont implantées, le nouveau musée national a été pensé par l'architecte français Jean Nouvel et le système de signalisation d'une nouvelle ligne de métro conçu par une entreprise française. Le Qatar est par ailleurs un important client de la France dans le domaine de l'armement.

M. Le Drian a en outre dit avoir abordé avec son homologue qatari la situation en Libye. Dans un communiqué publié après la rencontre, il a "rappelé la nécessité de mettre un terme aux ingérences étrangères en Libye, et d'apporter un soutien à la mise en oeuvre du cessez-le-feu et aux efforts des Nations unies en vue d'une transition crédible vers des élections générales." Les relations entre la France et la Turquie, proche allié du Qatar, se sont progressivement dégradées depuis l'an dernier, en raison notamment de désaccords sur la Libye.


Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé jeudi que le positionnement de la France contre l'extrémisme religieux avait été "déformé" et qualifié à tort d'islamophobe, lors d'une visite à Doha. La France a fait l'objet de vives critiques dans le monde musulman après la défense par le président français Emmanuel Macron du droit à la caricature au...