Rechercher
Rechercher

Culture - Disparition

Bassam Saba, directeur du Conservatoire national, emporté par le coronavirus

"Le Liban perd un musicien créatif qui, par son travail, a relié l'Occident à l'Orient", estime le ministre sortant de la Culture.

Bassam Saba, directeur du Conservatoire national, emporté par le coronavirus

Le directeur du Conservatoire national supérieur de musique au Liban, Bassam Saba. Photo d'archives. Marwan Assaf

Le directeur du Conservatoire national supérieur de musique au Liban, Bassam Saba, est mort vendredi à l’âge de 61 ans, des suites de complications liées au Covid 19.

Le ministre sortant de la Culture, Abbas Mortada, a rendu hommage au défunt, "un des symboles de la culture, de la musique et des arts au Liban". "Avec son décès, le Liban perd un musicien créatif qui, par son travail, a relié l'Occident à l'Orient", a-t-il ajouté, dans un communiqué. 

Bassam Saba était rentré à Beyrouth en 2018 pour prendre en main sa nouvelle mission à la tête de la plus haute institution musicale du pays, ainsi que la direction artistique des deux orchestres libanais. Le oudiste, flûtiste et « neyiste », entre plusieurs autres instruments de musique qu’il maîtrisait, est né à Tripoli, et a passé son enfance entre Medjlaya et Zghorta, au Liban-Nord. Après avoir appris les rudiments du solfège au Conservatoire de Beyrouth, le destin l’a mené au Conservatoire municipal des Gobelins de Paris puis à Moscou où il a effectué des études supérieures en flûte traversière et en Éducation musicale à l’Institut musical et pédagogique Gnessin. Saba a ensuite longtemps vécu aux Etats-Unis, investi d’une mission : promouvoir l’identité de la musique arabe entre Washington D.C., Baltimore et New York. Sa fierté, et il tenait à le préciser, reste le New York Arabic Orchestra, un ensemble de quarante-cinq personnes (américains et étrangers) fondé il y a déjà plus de treize ans, justement, pour le rayonnement de la musique arabe.

Le Liban a ainsi perdu une grande figure de sa scène culturelle, un musicien virtuose, mais aussi un éducateur très apprécié.

Pour mémoire

Bassam Saba, entre Feyrouz, Alicia Keys, dialogue et coexistence


Le directeur du Conservatoire national supérieur de musique au Liban, Bassam Saba, est mort vendredi à l’âge de 61 ans, des suites de complications liées au Covid 19. Le ministre sortant de la Culture, Abbas Mortada, a rendu hommage au défunt, "un des symboles de la culture, de la musique et des arts au Liban". "Avec son décès, le Liban perd un musicien créatif qui, par son ...

commentaires (6)

RIP

Robert Moumdjian

06 h 33, le 05 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • RIP

    Robert Moumdjian

    06 h 33, le 05 décembre 2020

  • Bassam Saba, directeur du Conservatoire, vient de mourir du Covid. Ce musicien avait quitté les Etats-Unis pour venir occuper ce poste dans son pays natal. Ce que peu de gens savent, c'est qu'il n'était pas payé depuis 3 ans tout comme la directrice générale du Musée et le directeur général de la Bibliothèque nationale, sans salaires depuis 2 ans ! Ce mépris de l'Etat pour la culture et le pourrissement de l'administration paralysée par une bureaucratie hallucinante (sauf pour les corrompus privilégiés !!) inspirent dégoût et révolte.

    Alexandre Najjar

    21 h 09, le 04 décembre 2020

  • Bassam was more than a virtuosic musician- He was a humanitarian who expressed his philosophy of life through his music and love for teaching and people in general. He is the epitome of kindness and generosity through his art. He believed in the redemption of his native Lebanon and we spoke so often about that "return" like Homer's Odyssey.. For the hundreds of friends, colleagues and artists who have known him in the US, he leaves great sense of loss, but also a great musical and humanitarian legacy. Ghaleb Daouk Boston, MA

    ghaleb daouk

    21 h 02, le 04 décembre 2020

  • Que son âme repose en paix .Un virus qui tue sans merci , il faudra faire attention .

    Antoine Sabbagha

    18 h 36, le 04 décembre 2020

  • Triste. Que son âme repose en paix...

    lila

    18 h 25, le 04 décembre 2020

  • RIP . Une perte de plus pour le Liban

    radiosatellite.online

    17 h 48, le 04 décembre 2020

Retour en haut