Rechercher
Rechercher

Crise

Aoun : La conférence de Paris prouve encore une fois l'intérêt de la communauté internationale pour le Liban

"Les réformes sont mon combat depuis 2005 (...) et l'attachement à l'audit juricomptable est un point de départ important" affirme le président libanais.

Aoun : La conférence de Paris prouve encore une fois l'intérêt de la communauté internationale pour le Liban

Le président libanais, Michel Aoun (d), recevant une délégation britannique présidée par le ministre d'Etat pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, James Cleverly, le 3 novembre 2020 à Baabda. Photo Twitter/Présidence libanaise

Le président de la République, Michel Aoun, a estimé jeudi que la conférence humanitaire de soutien au Liban, qui s'est tenue la veille à Paris, témoigne "encore une fois de l'intérêt de la communauté internationale" pour le pays du Cèdre, englué dans une grave crise économique et politique depuis un an, à laquelle s'est greffée la catastrophe de l'explosion du 4 août au port de Beyrouth.

Lors de cette conférence co-présidée par visioconférence par Emmanuel Macron et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, le chef de l'Etat français a assuré qu'il ne "lâchera rien" sur ses exigences faites aux autorités libanaises au sujet des réformes que leur réclame la communauté internationale pour débloquer une aide financière. Le président Aoun avait de son côté demandé la communauté internationale de "ne pas abandonner" le pays du Cèdre.

"Que la communauté internationale soit rassurée"

Le président de la République, Michel Aoun, qui a reçu jeudi le ministre d'Etat britannique pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, James Cleverly, a estimé que "la participation d’une quarantaine de pays et d’institutions financières internationales à la conférence de soutien au Liban, a prouvé une nouvelle fois l'intérêt que montre la communauté internationale pour le Liban ainsi que son souci d'aider le pays dans les circonstances difficiles qu'il traverse".

Lire aussi

Face à l’impéritie des politiques, le monde au chevet du peuple libanais

"Que la communauté internationale qui suit le parcours des réformes soit rassurée, car les réformes sont au centre de mon combat depuis 2005 et 2009, et l'attachement à l'audit juricomptable est un point de départ important et essentiel pour la mise en œuvre de ces réformes", a affirmé le président libanais. 

Le Parlement libanais s'est déclaré vendredi dernier en faveur d'un audit qui engloberait la Banque du Liban (BDL), ainsi que toutes les institutions étatiques, y compris les ministères, indépendamment du secret bancaire, après le retrait du cabinet de conseil international Alvarez & Marsal, en charge de l'audit juricomptable de la BDL, après le refus de la Banque centrale de communiquer toutes les informations requises, sous prétexte du secret bancaire. La décision du Parlement, qui n'a pas de portée légale, constituait une réponse à une lettre qui lui avait été adressée par le président Aoun pour réclamer la tenue de l'audit de la BDL.

"Tsunami silencieux"

M. Aoun a profité de son entretien avec M. Cleverly pour saluer la participation de la Grande-Bretagne à la conférence de Paris, jugeant que celle-ci "constitue une incitation pour l'État libanais à assumer ses responsabilités et pour témoigner de sa volonté d'entreprendre les réformes économiques nécessaires, qui est une demande libanaise d'abord, et ensuite internationale". Le chef de l'Etat a en outre "exprimé sa gratitude pour l'assistance fournie par la Grande-Bretagne au Liban dans divers domaines, notamment militaire, humanitaire et économique, et notamment après l'explosion du le port de Beyrouth".

Le ministre britannique a souligné de son côté que "son pays est aux côtés des Libanais dans les circonstances difficiles dans lesquelles ils vivent et le soutien continu de la Grande-Bretagne dans tous les domaines est la raison de la participation de son pays à la conférence de Paris", rapporte le palais de Baabda dans son communiqué. M. Cleverly a également publié un communiqué intitulé "Quatre mois plus tard, le Liban est menacé par un tsunami silencieux. Les dirigeants libanais doivent agir". Selon lui, ce "tsunami silencieux" est la crise de sécurité alimentaire auquel le Liban fait face. Le ministre britannique a également été reçu par le Premier ministre démissionnaire, Hassane Diab, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, et le président du Parlement, Nabih Berry. Ce dernier a appelé, lors de son entretien avec le responsable britannique, à "former un gouvernement de sauvetage qui empêche une chute encore plus grave du Liban".

Lors de la conférence de Paris, le président français et les représentants de la communauté internationale ont renouvelé leur volonté d'aider le Liban en crise, mais ont aussi constaté le défaut des conditions d'une aide massive et structurelle, dont la création d'un gouvernement.

M. Macron a malgré tout annoncé qu'il se rendra à Beyrouth ce mois-ci, ce qui signerait sa troisième visite au Liban depuis l'explosion du 4 août. Le pays est englué depuis plus d'un an dans une profonde crise économique, sociale et politique. En plus d'une dépréciation historique de sa monnaie et d'une hyperinflation, le pays est toujours sans gouvernement plus de trois mois après la démission du Premier ministre, Hassane Diab. Le Premier ministre désigné, Saad Hariri, n'a toujours pas réussi à surmonter les divergences politiques entre les partis qui tentent de se répartir les portefeuilles ministériels.


Le président de la République, Michel Aoun, a estimé jeudi que la conférence humanitaire de soutien au Liban, qui s'est tenue la veille à Paris, témoigne "encore une fois de l'intérêt de la communauté internationale" pour le pays du Cèdre, englué dans une grave crise économique et politique depuis un an, à laquelle s'est greffée la catastrophe de l'explosion du 4 août au port de...

commentaires (19)

Pour arriver à aider le Liban il faut que les pays aidants puissent se débarrasser de tous ces parrains mafieux et pouvoir les inculper de crime au moins dans la dernière explosion meurtrière qui a ravagé la ville et tué plusieurs citoyens. Pour cela les pays qui ont perdu un ou plusieurs de leurs ressortissants peuvent s’inviter dans les enquêtes légitimement et démasquer les coupables sans que l’on puisse attenter à leurs vies. Ici des crimes continuent sans grand bruit pour réduire au silence toute voix qui apporterait des preuves à leur culpabilité. N.B: Parmi les pays concernés, la France et le Canada. A vous de prouver votre volonté de sauver notre pays vous avez le motif et le droit le plus absolu de le faire sans être accuser d’ingérence.

Sissi zayyat

11 h 57, le 04 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (19)

  • Pour arriver à aider le Liban il faut que les pays aidants puissent se débarrasser de tous ces parrains mafieux et pouvoir les inculper de crime au moins dans la dernière explosion meurtrière qui a ravagé la ville et tué plusieurs citoyens. Pour cela les pays qui ont perdu un ou plusieurs de leurs ressortissants peuvent s’inviter dans les enquêtes légitimement et démasquer les coupables sans que l’on puisse attenter à leurs vies. Ici des crimes continuent sans grand bruit pour réduire au silence toute voix qui apporterait des preuves à leur culpabilité. N.B: Parmi les pays concernés, la France et le Canada. A vous de prouver votre volonté de sauver notre pays vous avez le motif et le droit le plus absolu de le faire sans être accuser d’ingérence.

    Sissi zayyat

    11 h 57, le 04 décembre 2020

  • Aoun ferait mieux de s’abstenir de faire des discours qui se veulent rassurant pour la communauté internationale qui déploie des efforts montrés pour sauver notre pays et au retour entend un président gâteux débiter des sénilités qui ne font que l’enfoncer dans la torpeur végétatives du pouvoir faute de compétence et de patriotisme.

    Sissi zayyat

    10 h 52, le 04 décembre 2020

  • ‘ La conférence de Paris prouve encore une fois l'intérêt de la communauté internationale pour le Liban ‘ .... Très juste. Et le Liban, ce n’est certainement pas vous et ceux que vous représentez!!

    LeRougeEtLeNoir

    20 h 05, le 03 décembre 2020

  • Toujours cette arrogance libanaise... Le Liban est précieux, le Liban est spécial, le Liban est un trésor pour l'humanité, quoi qu'il nous arrive, quoi qu'on fasse, la communauté internationale sauvera le Liban... Personnellement je préfèrerais entendre de l'humilité, de la culpabilité, de la remise en question voire des excuses.

    Phenix

    19 h 56, le 03 décembre 2020

  • La communauté international porte beaucoup plus d'intérêt pour le Liban que ces dirigeants mafieux ... les réformes ne se feront pas ce n'est dans l'intérêt d'aucun de ceux qui dirigent le Liban...

    Zeidan

    19 h 43, le 03 décembre 2020

  • ET LE DEDAIN QU,ILS EPROUVENT POUR SES GOUVERNANTS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 57, le 03 décembre 2020

  • Je me demande qui peut encore prendre Aoun au sérieux. De plus, il a l'art de se tirer une balle dans le pied. Après avoir trahi les Libanais, il prend la communauté internationale pour des imbéciles. Il prétend que les réformes sont sa priorité depuis 2005 !... Il n'y a pas plus clair comme aveu d'impuissance et d'incompétence puisqu'aucune réforme n'a été réalisée durant son mandat, au contraire, il a précipité dans l'abîme un pays qui était déjà au bord du gouffre. Oui, la communauté internationale peut être rassurée : elle a la preuve formelle que nos dirigeants ne feront rien, ne savent rien faire et ne sauront jamais rien faire à part surveiller leurs poches. Rien. Et ça se dit indépendant.

    Robert Malek

    18 h 14, le 03 décembre 2020

  • Mais de qui se moque-t-il ce monsieur qui ne mérite même pas le titre de president? Il est aussi corrompu que le reste.

    Colette Whittaker

    17 h 50, le 03 décembre 2020

  • Je me demande qui peut encore prendre Aoun au sérieux. De plus, il a l'art de se tirer une balle dans le pied. Après avoir trahi les Libanais, il prend la communauté internationale pour des imbéciles. Il prétend que les réformes sont sa priorité depuis 2005 !... Il n'y a pas plus clair comme aveu d'impuissance et d'incompétence puisqu'aucune réforme n'a été réalisée durant son mandat, au contraire, il a précipité dans l'abîme un pays qui était déjà au bord du gouffre. Oui, la communauté internationale peut être rassurée : elle a la preuve formelle que nos dirigeants ne feront rien, ne savent rien faire et ne sauront jamais rien faire à part surveiller leurs poches. Rien. Et ça se dit indépendant.

    Robert Malek

    17 h 46, le 03 décembre 2020

  • Franchement on serait mieux sans gouvernement. En tout cas pas pire. Et certainement moins cher...

    Gros Gnon

    17 h 38, le 03 décembre 2020

  • Le Parlement libanais s'est déclaré vendredi dernier en faveur d'un audit qui engloberait la Banque du Liban (BDL), ainsi que toutes les institutions étatiques, y compris les ministères, ENCORE UN MENSONE GROS COMME LA MONTAGNE envoyez nous le cheque on verra qu est ce que on peut faire pour vous le pire il y a des gens qui les crois , c est le cas du Pésident MACRON

    youssef barada

    17 h 34, le 03 décembre 2020

  • "Aoun : La conférence de Paris prouve encore une fois l'intérêt de la communauté internationale pour le Liban" eh oui! Si seulement...la communauté politikienne locale avait ce même intérêt...on serait aux anges, par contre on se trouve, grâce à ses efforts ...en enfer...

    Wlek Sanferlou

    17 h 06, le 03 décembre 2020

  • Ce mec n'a rien compris! Cést le peuple LIBANAIS et non pas le GOUVERNEMENT libanais qui interesse la communaute internationale.

    IMB a SPO

    16 h 48, le 03 décembre 2020

  • Vraiment ras-le-bol de ces quelques Papis, reliques hors d'usage d'une autre époque et qui n'arrivent pas à comprendre qu'ils ne sont plus aptes pour diriger notre pays en 2020 ! De même que les divers Tontons qui n'acceptent pas ce que le peuple leur crie depuis le 17 octobre 2019 : "on ne veut plus vous voir ni vous entendre, car vous gâchez nos vies avec votre incapacité en tout, votre arrogance et votre corruption. Nous n'accepterons jamais, pour vous succéder...ni vos gendres, fils, petit-fils ou neveux...tous nourris de la même tambouille qui a constitué ce que vous êtes devenus: des monuments d'égoïsme, incapables d'agir pour le bien du Liban, et toujours prêts à le vendre au plus offrant ! - Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 31, le 03 décembre 2020

  • "former un gouvernement de sauvetage qui empêche une chute encore plus grave du Liban" et ne pas oublier de changer de Parlement au passage! Il faut cesser d'aider le Liban et au contraire aider les Libanais.

    Georges Olivier

    16 h 30, le 03 décembre 2020

  • ILS SE RÉUNISSENT AVEC BERRY EN PLUS.....ÇA VAUT RIEN TOUTES CES RÉUNIONS. SE RÉUNIR AVEC LES LOUPS POUR SAUVER LES POULES.

    Gebran Eid

    16 h 25, le 03 décembre 2020

  • "Que la communauté internationale (...) soit rassurée, car les réformes sont au centre de mon combat depuis 2005 et 2009" . Quand on considère l'ampleur des dites réformes supposées accomplies depuis le début de son mandat, il n'y a guère lieu d'être rassuré.

    Yves Prevost

    15 h 33, le 03 décembre 2020

  • Si le combat est mené depuis 2005, il s'agit d'un combat d'escargots...

    Bashir Karim

    15 h 20, le 03 décembre 2020

  • La communauté internationale exprime un intérêt pour le peuple libanais pas pour le Liban.... Et elle n'a pas besoin d'être rassurée, c'est nous qui devons faire nos preuves, et c'est très loin d'être le cas.

    Bashir Karim

    15 h 19, le 03 décembre 2020