Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Poursuites engagées pour "enrichissement illicite" contre le général Kahwagi et des hauts gradés de l'armée

Une première procédure du genre depuis la récente adoption d'une législation en la matière.
Poursuites engagées pour

L'ancien commandant en chef de l'armée libanaise, le général à la retraite Jean Kahwagi. Photo ANI

Des poursuites ont été engagées mercredi pour "enrichissement illicite" par le Parquet de Beyrouth contre l'ancien commandant en chef de l'armée libanaise le général à la retraite Jean Kahwagi, ainsi que sept autres haut gradés de l'institution militaire. Il s'agit de la première affaire lancée en vertu de la "loi sur l'enrichissement illicite", adoptée le 30 septembre dernier par le Parlement. 

Ce texte fait partie des lois mises en avant par les autorités pour défendre leur bilan en matière de lutte anticorruption, un an après un soulèvement populaire inédit qui dénonçait l'intégralité d'une classe politique jugée corrompue et incompétente. Mais dans un pays en plein effondrement économique, les détracteurs continuent d'accuser les dirigeants d'entretenir un réseau où règnent le népotisme et l'affairisme.

Cette affaire avait débuté il y a plusieurs semaines, lorsque l'avocat Wadih Akl, proche du Courant patriotique libre du député Gebran Bassil, avait présenté à la chaîne OTV (proche de la formation aouniste) des copies du procès-verbal d'une réunion du Conseil d'administration de la "Finance Bank", autorisant l'ancien commandant en chef à déposer 1,2 million de dollars sur des comptes  qu'il détient avec des membres de sa famille, rappelle l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). L'avocat s'était notamment interrogé sur la source de tels fonds. Des médias locaux pointent également du doigt le fait que les responsables sécuritaires concernés possèdent un grand nombre de propriétés et de bâtiments, au Liban et à l'étranger. A la suite de cette polémique, l'avocat a témoigné, documents à l'appui, devant le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire par intérim, le juge Fady Akiki, qui a diligenté une enquête sur plusieurs hauts gradés des forces de sécurité. Dans ce cadre, le dossier a été transféré au procureur général près la cour de cassation, Ghassan Oueidate, qui, dans le cadre de la loi sur l'enrichissement illicite, dispose de prérogatives exceptionnelles pour obtenir des informations auprès de la Banque du Liban concernant les avoirs de fonctionnaires.

A son tour, le juge Oueidate a transféré le dossier devant le Parquet de Beyrouth, qui a lancé les poursuites contre huit responsables sécuritaires, dont le général Kahwagi. Toutefois, l'Ani ne mentionne pas les noms des sept autres haut gradés. Mais d'après des médias locaux, ces poursuites visent notamment, en plus du général Kahwagi, un ex-directeur des services de renseignement de l'armée, le directeur des services de renseignement chargé de Beyrouth, le directeur du bureau de l'ancien commandant en chef et quatre autres officiers.

Les huit officiers seront interrogés par un juge d'instruction le jeudi 10 décembre, a précisé une source judiciaire à l'AFP.

Les députés avaient adopté fin septembre la loi sur l'enrichissement illicite, qui vise la hausse substantielle et injustifiée d’un patrimoine détenu par une personne liée de près ou de loin à la fonction publique. Ce projet s’inscrit dans le sillage des efforts que le pays doit engager pour renforcer ses moyens de lutte contre la corruption, une des réformes phares réclamées depuis des années par les soutiens du pays – dont la France – ainsi que par le Fonds monétaire international (FMI), démarché cette année en vue d’un déblocage d’une assistance financière, dans un contexte de crise économique et financière aiguë.

En 2017, l'armée s'était déjà retrouvée au cœur d'un scandale concernant le versement de pots-de-vin à de hauts officiers et des civils pour faciliter l'accès de jeunes postulants à l'Académie militaire. Sept personnes avaient été appréhendées dans ce cadre, avant d'être relâchées, sur fond d'accusations d'ingérences politiques.


Des poursuites ont été engagées mercredi pour "enrichissement illicite" par le Parquet de Beyrouth contre l'ancien commandant en chef de l'armée libanaise le général à la retraite Jean Kahwagi, ainsi que sept autres haut gradés de l'institution militaire. Il s'agit de la première affaire lancée en vertu de la "loi sur l'enrichissement illicite", adoptée le 30 septembre dernier par le...

commentaires (14)

NE CRIER PAS VICTOIRE TROP TOT ILS ONT TOUS HERITE CELA D'UN LOINTAIN ONCLE DECEDE, PREUVE A L'APPUI ET SONT INNOCENT COMME BLANCHE NEIGE PERSONNE NE PEUT AUTORISER QUE CETTE FICELE SE DEROULE CAR TROP D'AUTRES SUIVRONT, ON PEUT FAIRE CONFIANCE A LEURS SOUTIENTS ET L'AVENIR LE PROUVERA CAR DEJA ON LES CONVOQUE QUE POUR LE 10 DECEMBRE, LE TEMPS DE PREPARER TOUS LES DOCUMENTS NECESSAIRES POUR PROUVER LEURS INNOCENCE LA VERITE SI LES SANCTIONS MEME AMERICAINES DE LA PLUS HAUTE CORRUPTION POSSIBLE CONTRE BASSIL N'ONT RIEN CHANGE A SON COMPORTEMENT, JE DOUTE QU'UNE CONVOCATION SANS SUITE D'EX MILITAIRES DE HAUT RANG CHANGE QUELQUE CHOSE. NON SEULEMENT ILS SERONT INNOCENTS MAIS LES PERSONNES QUI LES ONT ACCUSES SERONT EUX POURSUIVI PAR LA JUSTICE POUR DIFFAMATION ET COMDAMNEES

LA VERITE

00 h 51, le 03 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • NE CRIER PAS VICTOIRE TROP TOT ILS ONT TOUS HERITE CELA D'UN LOINTAIN ONCLE DECEDE, PREUVE A L'APPUI ET SONT INNOCENT COMME BLANCHE NEIGE PERSONNE NE PEUT AUTORISER QUE CETTE FICELE SE DEROULE CAR TROP D'AUTRES SUIVRONT, ON PEUT FAIRE CONFIANCE A LEURS SOUTIENTS ET L'AVENIR LE PROUVERA CAR DEJA ON LES CONVOQUE QUE POUR LE 10 DECEMBRE, LE TEMPS DE PREPARER TOUS LES DOCUMENTS NECESSAIRES POUR PROUVER LEURS INNOCENCE LA VERITE SI LES SANCTIONS MEME AMERICAINES DE LA PLUS HAUTE CORRUPTION POSSIBLE CONTRE BASSIL N'ONT RIEN CHANGE A SON COMPORTEMENT, JE DOUTE QU'UNE CONVOCATION SANS SUITE D'EX MILITAIRES DE HAUT RANG CHANGE QUELQUE CHOSE. NON SEULEMENT ILS SERONT INNOCENTS MAIS LES PERSONNES QUI LES ONT ACCUSES SERONT EUX POURSUIVI PAR LA JUSTICE POUR DIFFAMATION ET COMDAMNEES

    LA VERITE

    00 h 51, le 03 décembre 2020

  • Curieux qu' aucun juge ne se soit encore penché sur le rapide enrichissement de certains ex- ministres comme Bassil, par ex.

    Yves Prevost

    22 h 08, le 02 décembre 2020

  • En tirant sur le fil tout peut venir ! (inspiré du titre d'un livre de Philippe de Villiers)

    Shou fi

    21 h 36, le 02 décembre 2020

  • N oublions pas les juges riches non plus! il ya tellement a faire...

    Jack Gardner

    20 h 27, le 02 décembre 2020

  • La toute première réalisation indispensable à tout futur gouvernement crédible est la construction d'une prison de 10.000 cellules pour y loger (une partie de) "nos" dirigeants

    KASSIR Mounir

    19 h 08, le 02 décembre 2020

  • Il serait souhaitable que les prisons accueillent ces gens qui se sont crus indispensables ... dans un monde idéal il faudrait que ces enquêtes s'appliquent à toutes ces personnes qui ont poursuivi un but commun , piller les deniers publics . La "fortune" de cet ex membre de l'institution militaire n'est que bagatelle comparativement à certains de nos élus et autres responsables. La question est de savoir si d'autres têtes vont tomber ou simplement ils ont décidé de jeter en pâture ce triste individu.

    C…

    18 h 09, le 02 décembre 2020

  • Il y a plusieurs cavernes d'ali Baba ,waw ???

    Eleni Caridopoulou

    17 h 39, le 02 décembre 2020

  • 1,2M seulement? C'est une goutte d'eau, un apprenti corrompu. Il joue petits bras...

    Bachir Karim

    17 h 30, le 02 décembre 2020

  • Enfin un brin d 'Espoir pour que les hauts responsables soient tous traduits en justice , mais le doute est grand dans un pays tribal .

    Antoine Sabbagha

    17 h 30, le 02 décembre 2020

  • NOUS VOULONS QU,ON POURSUIVE LES GROS REQUINS DE LA POLITIQUE DES PARTIS BIEN CONNUS ET AUX SCANDALES BIEN CONNUS DONT CELUI DES BARGES TURQUES POUR CERTAINS ET CELUI DU MINISTERE DES FINANCES POUR D,AUTRES, MAIS ON NE S,ARRETE PAS LA CAR LES CLIQUES DES GROS REQUINS SONT NOMBREUSES ET ONT DEVALISE SYSTEMATIQUEMENT LES ECONOMIES D,UNE VIE DU PEUPLE LIBANAIS.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 04, le 02 décembre 2020

  • Pour le moment c’est juste un règlement de comptes personnel intra militaire à la retraite. Espérons que le pot aux roses sera découvert, que la délation des uns fera tomber les autres, et ainsi de suite, jusqu’à démolition du château de cartes qui gardait dans son donjon tous les secrets d’alcôve...malheur aux vaincus !

    Le Point du Jour.

    16 h 00, le 02 décembre 2020

  • Bien essayé pour éliminer un concurrent potentiel, mais gendrillon ne sera jamais président... Au suivant!

    Gros Gnon

    15 h 53, le 02 décembre 2020

  • La bataille a commencé et s'avère dure. Le projectile lancé par Akl va se faire un ricochet rapide et sans ménager les politiques.

    Esber

    15 h 13, le 02 décembre 2020

  • Pour l'instant, nous ne savons tjrs pas d'où provient la fortune, la villa et tout ce qui appartient à Bassil. alors que l'EDL est tjrs en panne malgré les milliards dilapidés on ne sait où..... Ok ... C'est l'armée qui est visée via Le général Kahwagi . Mais les politiciens ne le sont pas à ce jour . En tout cas, c'est évident, par ce biais d'attaquer M Kahwagi ( qu'il soit innocent ou non, on n'en sait rien ) -> c'est l'ex président de la république ennemi juré de Aoun ( pour des raisons qui nous échappent sans doute) qui semble être la cible finale. Il semblerait ( au conditionnel ) que Aoun règle ses comptes auprès de ses pairs de l'armée ? qui ne l'auraient pas appuyé à l'époque ?? Dès qu'un dossier soulevé par la partie AOUN, y a une suite. On attend tjrs les dossiers mettant en cause les gens du CPL ...Ca viendra un jour?? une année?? un siècle??

    radiosatellite.online

    14 h 37, le 02 décembre 2020

Retour en haut