Rechercher
Rechercher

Consommation

Réduction du nombre de biens subventionnés du « panier alimentaire  »

Réduction du nombre de biens subventionnés du  « panier alimentaire  »

Certaines denrées ont été éliminées, soit parce qu’elles n’ont pas été importées « pendant six mois », soit car leur prix n’a pas baissé malgré leur subvention. Photo C.A.

Le ministère de l’Économie et du Commerce a réduit le 13 novembre le nombre de biens subventionnés au taux de 3 900 livres pour un dollar (8 200 livres pour un dollar sur le marché noir) inclus dans le « panier alimentaire élargi », mis en place dans la circulaire n° 564 du 8 juillet, qui amende les mécanismes des circulaires n° 556 et n° 557 de mai dernier, lesquelles financent respectivement les importations en matières premières pour l’industrie et celles de denrées alimentaires. Contactée, une source au ministère a précisé que certaines denrées ont été éliminées, soit parce qu’elles n’ont pas été importées « pendant six mois », soit car leur prix n’a pas baissé malgré leur subvention. D’ailleurs, cette nouvelle liste précise que les biens dont les prix ne baissent pas se verront retirer de la liste.

Lire aussi

Seulement « 20 % » des subventions bénéficient aux Libanais les plus nécessiteux, estime Platform1

Ce système de subventions a été mis en place en marge de la crise économique et financière que traverse le Liban et pour réduire les effets de la dépréciation de la livre de plus de 80 % sur les prix de certains biens come ceux inclus dans le panier alimentaire et les besoins essentiels (blé, carburant, médicaments et matériel médical, selon les circulaires n° 530 et 535). Toutefois, les réserves de la Banque du Liban se réduisent de plus en plus, le gouverneur les ayant estimées en août à 19,5 milliards de dollars, dont 17,5 milliards de réserves obligatoires (et donc intouchables). De plus, plusieurs de ces produits subventionnés sont vendus au prix fort en Syrie grâce à la contrebande et certains observateurs révèlent que les pauvres, soit ceux qui ont le plus besoin de ces subventions, sont ceux qui en profitent le moins, ayant le pouvoir d’achat le plus faible. Ainsi, depuis quelque temps, nombre de voix s’élèvent pour demander la levée de ces subventions et leur remplacement par un système plus ciblé, à l’instar du collectif citoyen Platform1, de la commission parlementaire de l’Économie et du Parti socialiste progressiste. Le ministre sortant de l’Économie, Raoul Nehmé, avait annoncé en juillet que des bons d’achat seront mis en place pour les plus nécessiteux. Réitéré par Riad Salamé en août, ce projet, en partenariat avec le ministère et la Banque mondiale, est dans l’attente d’un nouveau gouvernement, que le Premier ministre désigné Saad Hariri est en charge de former depuis le 23 octobre dernier.


La nouvelle liste non exhaustive

De neuf pages, ce panier alimentaire en est passé à six. Il contient toujours plusieurs produits à base de viande, comme les boîtes de conserve contenant de la mortadelle, des sardines et du bœuf (Corned beef), des hot dogs, de la viande de bœuf congelée et du poisson frais. Les produits gras restent au menu, tels que les huiles végétales, le fromage pasteurisé, le beurre et la margarine, mais uniquement les tailles « familiales » pour ces deux derniers. Les fromages pasteurisés ont désormais des prix maxima en fonction de leurs formes (35 000 livres maximum par kilogramme pour la forme triangulaire, 40 000 livres/kg en carrés et 25 000 livres/kg en bloc). Les oignons frais sont retirés de la liste des légumes qui comprend toujours l’ail frais, les champignons et le maïs en conserve. Parmi les graines (noix, noisettes, amandes, pistaches), seules celles de sésame destinées à l’industrie et aux pâtisseries demeurent.

Lire aussi

Les prix de certains produits ont baissé, selon le ministère de l’Économie

La liste des boissons a également diminué : le café soluble est le seul café inclus (boîte de plus de 45 grammes), le café en grains avec et sans caféine et la crème à café sont à présent exclus. Le thé noir, le maté et le lait à usage personnel sont restés dans la liste, au contraire du lait concentré et de la crème de lait. Les différentes épices, comme la cannelle, le cumin, les types de poivre (dans toutes ses formes : en grains et moulus), sont désormais exclus, ainsi que les fruits secs (dattes, raisins, abricots, baies). La levure, elle, ainsi que les pâtes, la vermicelle, le riz, le sucre, les lentilles, les pois chiches, les haricots et les soupes instantanées sont toujours subventionnés. La liste de produits destinés à l’industrie agroalimentaire a diminué.

Certains produits non alimentaires ont disparu, comme les gants, les rasoirs ou les piles électriques. Toutefois, le dentifrice, toujours au prix maximal de 8 000 livres pour 125 grammes, et les insecticides restent dans la liste, à laquelle s’ajoutent les serviettes hygiéniques et les couches pour bébés. Au niveau des produits agricoles, pas de changement pour les animaux vivants, comme les poussins femelles et le bétail (moutons, chèvres et vaches), ni des graines de légumes, semences et pousses d’arbres fruitiers et tubercules de pommes de terre ou encore du fourrage, mais certains fertilisants ont disparu de la liste. Enfin, les produits destinés à l’industrie sont restés inchangés.


Le ministère de l’Économie et du Commerce a réduit le 13 novembre le nombre de biens subventionnés au taux de 3 900 livres pour un dollar (8 200 livres pour un dollar sur le marché noir) inclus dans le « panier alimentaire élargi », mis en place dans la circulaire n° 564 du 8 juillet, qui amende les mécanismes des circulaires n° 556 et n° 557 de mai dernier,...

commentaires (1)

ET LE TURC PROFITE DE LA FAIM DES GENS POUR S,INTRODUIRE POLITIQUEMENT DANS LES CENTRES SUNNITES. OU SONT LES RESPONSABLES DE CE PAYS ? OU EST LE HEZBOLLAH QUI DEVRAIT SAVOIR QUE LE TURC EST PIRE QUE L,ISRAELIEN.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

12 h 56, le 20 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • ET LE TURC PROFITE DE LA FAIM DES GENS POUR S,INTRODUIRE POLITIQUEMENT DANS LES CENTRES SUNNITES. OU SONT LES RESPONSABLES DE CE PAYS ? OU EST LE HEZBOLLAH QUI DEVRAIT SAVOIR QUE LE TURC EST PIRE QUE L,ISRAELIEN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 56, le 20 novembre 2020