Rechercher
Rechercher

Polémique

À Batroun, la mise sous scellés d’une école de voile provoque un tollé

La décision de fermeture prise par l’avocat général près la Cour de cassation, Ghassan Khoury, est dénoncée par le président du club et les activistes environnementaux. Elle pourrait être modifiée aujourd’hui, selon une source judiciaire interrogée par « L’OLJ ».

À Batroun, la mise sous scellés d’une école de voile provoque un tollé

L’école de voile du LYC attirait à Batroun de nombreux enfants amoureux de la navigation. Photo DR

Havre de paix sur un littoral globalement pollué et bétonné, l’école de voile du Lebanese Yacht Club (LYC), à Thoum, dans la région de Batroun, a été mise vendredi sous scellés sur ordre de l’avocat général près la Cour de cassation, Ghassan Khoury. Une plainte avait été déposée par une société propriétaire du terrain voisin, pour « occupation illégale d’un bien-fonds public maritime ». Le LYC se défend, assurant détenir un permis d’utilisation du site émanant du ministère des Transports, et estime que son activité préserve le littoral qui reste accessible au public.

Consacrée à l’apprentissage de la navigation, l’école permet aux enfants de plus de sept ans d’exercer une activité sportive dans un environnement préservé, en contact avec la nature. Renfermant une source naturelle, le périmètre sur lequel se trouve l’école de voile fait partie du domaine public maritime. Depuis 2015, le LYC s’est vu octroyer une licence d’utilisation délivrée par le ministère des Travaux publics et des Transports sous condition de préserver le caractère écologique du bien-fonds. Le ministère avait justifié cette licence par le fait que l’association est d’utilité publique et à but non lucratif. Celle-ci compte d’ailleurs sur les donations de philanthropes attachés aux causes environnementales et culturelles. Le président du club, Rabih Salem, affirme que le LYC a fait de cette plage un lieu comparable au littoral du sud de la France. Contrairement à ce qui prévaut sur la majeure partie de la côte libanaise, cette plage est ouverte au public et attire tant des Libanais en quête de quiétude, que des amoureux de la voile provenant des quatre coins du monde. Ce qui a généré nombre d’emplois dans la région. En outre, le club participe activement à la tenue du championnat de voile organisé chaque année par la Fédération libanaise de voile à partir du site aménagé. Il coopère aussi avec de nombreuses fédérations et associations internationales de yachts de tradition.


La mise sous scellés de l’école de voile a suscité un tollé hier. Capture d’écran de la MTV


Lattes de bois

Récemment, le propriétaire du terrain voisin, présenté comme étant la société Azur bleu, a porté plainte auprès du parquet de cassation, pour « occupation illégale » par le LYC d’un bien-fonds public. Joint par L’Orient-Le Jour, Rabih Salem affirme que, convoqué à plusieurs reprises au poste de gendarmerie de Batroun, il a réfuté à chaque fois cette accusation, s’appuyant sur les documents prouvant la légalité du droit du club à occuper l’espace. Mais rien n’y a fait. Il a récemment reçu un ordre d’évacuation des lieux, auquel il n’a pas obtempéré. D’où la mise sous scellés de l’école de voile vendredi.

Le Lebanese yacht club est à présent dans le collimateur de la justice, alors qu’il affirme exploiter dans les règles un terrain de 500 m2 sur lequel seules des lattes de bois – amovibles – ont été installées pour l’entreposage de 44 bateaux à voile. Contrairement à tant de projets qui ont bétonné la plage avec des constructions en dur, sans être inquiétés pour autant...

Rabih Salem affirme avoir présenté hier un recours pour contester la décision du juge auprès du procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate. Une source judiciaire affirme que ce dernier devrait examiner le dossier aujourd’hui, et qu’il devrait notamment se pencher sur la question de savoir si le terrain objet de litige est sujet à imposition ou non, c’est-à-dire si les propriétaires ou les exploitants devraient s’acquitter d’une taxe. Selon M. Salem, son organisation ne doit payer aucune taxe puisqu’il n’empiète pas sur le domaine public, d’autant que le club détient du ministère des Travaux publics une autorisation d’utilisation. En fin de compte, si le juge Oueidate en décide autrement, l’ordre donné par M. Khoury serait retiré. La mise sous scellés de l’école de voile a aussitôt suscité un tollé sur les réseaux sociaux et dans les milieux activistes. Le Mouvement écologique libanais (LEM), fondé par Paul Abi Rached, qui regroupe 60 ONG environnementales, a publié un communiqué dans lequel il se demande si la décision de M. Khoury ne serait pas dans « l’intérêt d’un autre bien-fonds ».


Havre de paix sur un littoral globalement pollué et bétonné, l’école de voile du Lebanese Yacht Club (LYC), à Thoum, dans la région de Batroun, a été mise vendredi sous scellés sur ordre de l’avocat général près la Cour de cassation, Ghassan Khoury. Une plainte avait été déposée par une société propriétaire du terrain voisin, pour « occupation illégale d’un...

commentaires (4)

A quand une police de l'environnement et de la pollution au Liban ? C'est d'une urgence absolue.

nabil zorkot

11 h 56, le 17 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • A quand une police de l'environnement et de la pollution au Liban ? C'est d'une urgence absolue.

    nabil zorkot

    11 h 56, le 17 novembre 2020

  • Il faudrait se poser la question sur toutes les magouilles qui servent les intérêts des promoteurs immobiliers inarrêtables dans le massacre du littoral libanais!!! Comment peut-on s'en prendre à une organisation qui donne la possibilité aux jeunes libanais de faire ce qui est très commun en France... C'est incroyable que cette terre Phénicienne ne puisse avoir un littoral préservé avec des activités nautiques qui font un bien fou au corps et à la tête de nos bambins! L'école de la mer est passionnante car elle nous apprend à respecter la mer, la faune, la flore, la nature qui nous entoure! Elle nous apprend à vivre avec les éléments, l'eau et l'air! Elle nous apprend à utiliser la science pour nous déplacer. Mais non il faut que des malades de bétons viennent encore et toujours détruire les rêves, détruire l'environnement au profit de ceux qui n'en ont rien à faire de préserver le pays et sa jeunesse.... Pauvre Liban aux mains des hommes de peu de Foi, de peu de Science, de peu d'Humanité.

    Free Mind

    10 h 21, le 17 novembre 2020

  • encore un roman dont les ficelles sont tellement transparentes .........qu'on n'y comprend rien.

    gaby sioufi

    10 h 07, le 17 novembre 2020

  • Bienvenue au pays de la corruption. Un bon piston et un gros pot de vin et l’affaire sera reglée.

    Nadine Naccache

    08 h 00, le 17 novembre 2020