Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Aoun décide d’envoyer un ministre à la conférence de Damas sur les réfugiés

"Une décision remarquable à la suite des sanctions américaines contre (l'ancien ministre) Gebran Bassil", indique une source proche du ministre Ramzi Moucharrafiyé.

Aoun décide d’envoyer un ministre à la conférence de Damas sur les réfugiés

Le ministre sortant des Affaires sociales et du Tourisme, Ramzi Moucharrafieh. Photo Dalati et Nohra

Le président libanais Michel Aoun a décidé de dépêcher le ministre sortant des Affaires sociales et du Tourisme Ramzi Moucharrafiyé à Damas, afin d'assister à une conférence portant sur le retour des déplacés syriens.

"Le président de la République a décidé, avec le Premier ministre sortant (Hassane Diab), de relever le niveau de représentation du Liban à la conférence pour le retour des déplacés syrien, qui se tiendra à Damas, en y dépêchant un ministre plutôt qu'un ambassadeur. Ils ont chargé le ministre Ramzi Moucharrafiyé", a-t-on affirmé de source proche de ce dernier. "Il s'agit d'une décision remarquable à la suite des sanctions américaines contre (l'ancien ministre) Gebran Bassil", a-t-on ajouté. Le palais présidentiel n'a pas encore fait d'annonce en ce sens. M. Moucharrafiyé est proche du régime syrien. 

La conférence internationale doit avoir lieu le 11 et 12 novembre dans la capitale syrienne. C'est ce qu'avait annoncé fin octobre une délégation russe en tournée auprès des responsables libanais et reçue par M. Aoun. 

C’est la première fois que Michel Aoun, depuis son accession à la présidence, charge un ministre de représenter l’État libanais à Damas, dans ce qui semble être une forme de normalisation avec le régime syrien, sachant que le Liban officiel observe une politique de distanciation depuis le début de la crise dans ce pays. Des ministres libanais s’étaient rendus en Syrie, certes, mais de leur propre initiative. Toutefois, il convient de relativiser la notion de normalisation dans ce contexte, étant donné que cette décision n’est pas très étonnante venant du chef de l’État qui a déjà annoncé à plusieurs reprises qu’il serait prêt à coopérer sur le dossier des réfugiés syriens. Le Liban accueille en effet plus d’un million de déplacés de ce pays.

Cette décision du chef de l’État semble en tout cas répondre aux vœux de l’émissaire du président russe Vladimir Poutine, Alexander Lavrentiev, qui présidait la délégation ayant visité le Liban en octobre, et qui avait exprimé l’espoir que ce pays participerait à la conférence de Damas.

"Le Liban ne peut plus supporter les conséquences négatives de la présence de ces déplacés qui a coûté au pays des pertes dépassant les 40 milliards de dollars, selon les chiffres du Fonds monétaire international", avait déclaré M. Aoun en recevant la délégation russe. "La présence sur le territoire libanais d'environ un million et demi de déplacés syriens et d'environ 500.000 réfugiés palestiniens, constituant la moitié des habitants du Liban, a un impact négatif sur plusieurs secteurs, avec la crise économique, les conséquences de la pandémie de coronavirus et les pertes causées par l'explosion du port de Beyrouth (le 4 août dernier", avait-il ajouté. 

Cette décision intervient en outre alors que le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, a été lourdement sanctionné vendredi par Washington qui l'accuse de corruption, abus de pouvoir et soutien au Hezbollah. Ces sanctions ont été prises sur la base du Magnitsky Act, qui vise tout responsable portant atteinte aux droits de l'homme et ayant trempé dans des affaires de corruption. Conformément à ce texte de loi, les actifs de M. Bassil seront pour l'essentiel gelés aux États-Unis.


Le président libanais Michel Aoun a décidé de dépêcher le ministre sortant des Affaires sociales et du Tourisme Ramzi Moucharrafiyé à Damas, afin d'assister à une conférence portant sur le retour des déplacés syriens."Le président de la République a décidé, avec le Premier ministre sortant (Hassane Diab), de relever le niveau de représentation du Liban à la conférence pour...

commentaires (6)

Un ministre un president peu importe ce ne sont que des statuettes qui ont peur des criminels du parti de Salim Ayache..... République de M

CBG

10 h 53, le 09 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Un ministre un president peu importe ce ne sont que des statuettes qui ont peur des criminels du parti de Salim Ayache..... République de M

    CBG

    10 h 53, le 09 novembre 2020

  • Bravo bravo ! Changeons complètement d'all8ance, aloons vers la Russie si sincère avec le Liban et méprisons enfin ceux qui méprisent le Liban ! Le président Aoun est un homme courageux et Poutine est bien plus fiable que toute la clique de ces satanés américains qui secrelayent au pouvoir

    Chucri Abboud

    00 h 57, le 09 novembre 2020

  • Et voilà les amateurs en politique. L'officier de l'armée Aoun a déclenché une guerre en 1987 et en 1990 suite à un pétage de plombs !! Il a détruit le pays ( avec les autres évidemment). Aujourd'hui, propulsé malgré nous, président, il n'a aucune vision, aucune stratégie, c'est juste des réactions de pétage de plombs suite à l'accusation contre son gendre. Il va emmener le pays dans la m...de encore plus, juste parce que son EGO ne supporte pas qu'on touche à son bébé. TRUMP aux USA mais nous avons son alter égo au LIBAN.

    radiosatellite.online

    22 h 28, le 08 novembre 2020

  • Aoun en réponse aux américains envoie un ministre pour régler le problème des réfugiés syriens... Maman j’ai peur.. a t-il eu l’accord de son maître sur le nom du ministre dépêché? Ha, Ha,,, ha.

    Sissi zayyat

    21 h 11, le 08 novembre 2020

  • SI ON LE FAIT DANS L,ESPRIT DE REVANCHE POUR LES SANCTIONS CONTRE BASSIL... ON COMMET LA PLUS MEGA ERREUR DU MONDE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    20 h 49, le 08 novembre 2020

  • Qu'est-ce qu'on en a à faire des avoirs de Bassil. Ce qu'il faut souhaiter c'est que tous ces déplacés rentrent chez eux. Ça sera difficile car à comparer la vie et la liberté dont ils jouissent au Liban, il leur sera difficile de retrouver aussi bien. Je n'y crois pas beaucoup car pour le régime syrien c'est un lourd fardeau en moins à devoir supporter, et a tous les niveaux.

    Citoyen

    20 h 37, le 08 novembre 2020

Retour en haut