Rechercher
Rechercher

Coronavirus au Liban

Des chiffres toujours alarmants : 1.534 cas et sept décès en 24 heures

Le directeur de l'hôpital Rafic Hariri de Beyrouth estime que le nombre de cas va "continuer d'augmenter".


Une travailleuse migrante passant un test PCR de dépistage du coronavirus, dans un hôtel de la banlieue de Beyrouth, le 5 octobre 2020. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Pas de répit pour la propagation de la pandémie de coronavirus au Liban : ces dernières 24 heures, 1.534 nouveaux cas de contamination au Covid-19 ont été enregistrés (dont 74 en provenance de l’étranger), selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié vendredi. Sept décès supplémentaires sont également à déplorer. Le nombre de cas cumulés depuis l’apparition de la pandémie dans le pays en février s’élève désormais à 68.479, dont 559 décès. Au total, 32.412 patients se sont rétablis, alors que 685 personnes sont encore hospitalisées, dont 242 en soins intensifs.

Trois décès au sein d'une même famille
Au Liban-Nord, une famille a été touchée de plein fouet par le virus qui a emporté trois de ses membres. Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), un homme, F. Samad, résident à Bakhoun dans le caza de Denniyé, est décédé des suites du virus, au lendemain de la mort de sa mère pour les mêmes raisons. Le 15 octobre, la virus emportait son père. Deux frères et une sœur de la même famille sont en outre hospitalisés actuellement à Tripoli.

"Répercussions économiques désastreuses"
Commentant la situation, le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad a estimé dans une série de tweets que le nombre de cas de Covid-19 allait "continuer à augmenter", surtout si les citoyens ne respectent pas les mesures sanitaires, ce qui forcera les autorités à augmenter les capacités d'accueil des hôpitaux. "Il est clair que la stratégie actuelle de lutte contre le virus est d'éviter un confinement total, afin de ne pas en subir les répercussions économiques désastreuses", a écrit M. Abiad, dont l'hôpital est en première ligne dans la lutte contre la pandémie. Il a toutefois souligné qu'une telle stratégie devrait s'accompagner de "conditions" et "aura un prix". Rappelant que le Liban est dans une phase de transmission communautaire du virus, il a souligné que "le nombre de contaminations va continuer à augmenter, surtout que les citoyens ne respectent pas convenablement les mesures sanitaires". Accompagnant ses tweets de graphes illustrant la situation sanitaire dans le pays, il a précisé que la "stabilisation" actuelle du nombre de nouveaux cas quotidiens est "partiellement due au fait que le nombre de tests effectués est stable". "Mais l'augmentation régulière du nombre de patients en soins intensifs et le nombre de décès prouvent que la propagation s'étend toujours plus, ce qui était attendu étant donné le peu de restrictions imposées sur les mouvements et les contacts sociaux".

Le directeur de l'hôpital Rafic Hariri a rappelé l'importance d'"augmenter la capacité d'accueil des hôpitaux", soulignant que dans de nombreuses régions du Liban, ces établissements travaillent "à plus de 90 % de leur capacité". Il a enfin appelé à "renforcer les mesures" sanitaires notamment en ce qui concerne les personnes arrivant au Liban et à lancer de nouvelles campagnes de sensibilisation.


Pas de répit pour la propagation de la pandémie de coronavirus au Liban : ces dernières 24 heures, 1.534 nouveaux cas de contamination au Covid-19 ont été enregistrés (dont 74 en provenance de l’étranger), selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié vendredi. Sept décès supplémentaires sont également à déplorer. Le nombre de cas cumulés...

commentaires (2)

ET LES IDIOTS ANNULENT LES BOUCLAGES ET LES CONFINEMENTS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

22 h 43, le 23 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ET LES IDIOTS ANNULENT LES BOUCLAGES ET LES CONFINEMENTS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 43, le 23 octobre 2020

  • C’est bon, Hariri v4.0 va nous sauver...

    Gros Gnon

    21 h 25, le 23 octobre 2020