Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Parades militaires de clans dans la Békaa : 14 arrestations

De nombreuses armes légères, moyennes et lourdes saisies par la troupe qui patrouille dans la région.

Parades militaires de clans dans la Békaa : 14 arrestations

Des armes saisies par l'armée libanaise dans la Békaa, dans des photos publiées sur son site le 7 octobre 2020

Quelques heures après avoir été appelée en renfort dans la région de Baalbeck pour restaurer l'ordre après des parades militaires de clans rivaux sur fond de vendetta, l'armée libanaise a procédé à quatorze arrestations et à la saisie de nombreuses armes légères, moyennes et lourdes, ainsi que des munitions, poursuivant également ses patrouilles dans le secteur, photos à l'appui.

Sur son site, la troupe a annoncé, dans la nuit de mercredi à jeudi, avoir arrêté "quatorze personnes qui se déplaçaient à bord de deux voitures dans le secteur de Sahel Hrabta, dans la Békaa-Nord, avec en leur possession des armes et des munitions".

Des hommes arrêtés par l'armée libanaise dans la nuit du 7 au 8 octobre dans la Békaa. Photo tirée du site de l'armée libanaise

"Ces armes ont été saisies et les détenus ont été déférés devant les instances compétentes", a expliqué l'armée, faisant savoir que les militaires "maintiennent leurs mesures sécuritaires dans la Békaa à la poursuite de tous ceux qui portent atteinte à la sécurité, et effectuent des patrouilles et dressent des barrages ponctuels dans la région". 


Sur Twitter, l'armée a publié une vidéo qui montre de longues colonnes de véhicules blindés et d'autres légers patrouillant sur des axes routiers de la Békaa. Des photos des armes saisies y apparaissent aussi.

Une colonne de blindés de l'armée libanaise patrouillant dans la Békaa, le 8 octobre 2020. Photo tirée du site de l'armée libanaise

Toutefois, sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont estimé que ces arrestations ont été réalisées uniquement pour la forme, sachant que sur les images montrant les clans rivaux parader avec leurs armes, des dizaines de miliciens y apparaissent. 

"Dérapages sécuritaires"
Le président du Conseil supérieur islamique chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan, a dans ce contexte appelé l'Etat à "assumer ses responsabilités vis-à-vis des citoyens, en commençant par assurer la sécurité et la stabilité et en mettant un terme aux dérapages sécuritaires ayant eu lieu dernièrement dans différentes régions du pays, et notamment à Baalbeck et dans le Hermel". 

Tout s'est accéléré dimanche, lorsque, selon des habitants de Baalbeck, des membres du clan Jaafar, arrivés à bord de voitures tout-terrain, ont abattu, en plein jour, un membre du clan Chamas dans son magasin situé dans la ville. Un meurtre motivé par une vendetta vieille de plus de deux ans. Après le crime, ces hommes armés sont revenus, sans être inquiétés le moindre du monde, au quartier Charawné, fief de leur clan, où ils ont "célébré" leur vengeance par des tirs d’armes lourdes et moyennes. En 2017, deux membres du clan Chamas avaient en effet tué un membre de la famille Jaafar, et des informations ont circulé selon lesquelles la libération des meurtriers serait proche. Depuis le meurtre de dimanche, des vidéos circulent largement sur les réseaux sociaux montrant des hommes nombreux et lourdement armés, certains à côtés de véhicules équipés de mitrailleuses. Ces images montrent, a priori, des membres des deux clans, Jaafar et Chamas. Ces miliciens ont même dressé des barrages sur certaines routes de la région, provoquant la panique. 

Lire aussi

Armes, drogue et honneur... à Hay el-Charawné, bastion du clan Jaafar

Le mohafez de la région de Baalbeck-Hermel, Bachir Khodr, a tiré la sonnette d'alarme mercredi soir, estimant que "ce qui se passe est extrêmement dangereux pour la région de Baalbek-Hermel et ses habitants". Il avait également annoncé l'envoi de l'armée en renfort.

Plusieurs clans chiites sévissent dans la région de Baalbeck. Ils sont connus pour être plus ou moins lourdement armés et font souvent la une des informations dans des affaires de vols de véhicules, de crimes, ou de trafics en tout genre. Parmi ces principaux clans, on retrouve les familles Jaafar, Chamas, ou encore Zeaïter. Le site d'information Al-Modon rappelle que si le clan Jaafar est connu pour ses pratiques violentes, celui de Chamas était jusque-là réputé pour être plus pacifiste, jusqu'à ce que ces images circulent.


Quelques heures après avoir été appelée en renfort dans la région de Baalbeck pour restaurer l'ordre après des parades militaires de clans rivaux sur fond de vendetta, l'armée libanaise a procédé à quatorze arrestations et à la saisie de nombreuses armes légères, moyennes et lourdes, ainsi que des munitions, poursuivant également ses patrouilles dans le secteur, photos à...

commentaires (5)

Waouh. 14 individus arrêtés. Même dans les rangs des manifestants non armés ils ont fait beaucoup mieux. De la poudre aux yeux. Voyons maintenant ce que la justice va en faire. On va bien rigoler d’eux et de leur autorité. Au moins un sujet qui nous arrachera un sourire jaune. Bande d’impotents.

Sissi zayyat

11 h 50, le 09 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Waouh. 14 individus arrêtés. Même dans les rangs des manifestants non armés ils ont fait beaucoup mieux. De la poudre aux yeux. Voyons maintenant ce que la justice va en faire. On va bien rigoler d’eux et de leur autorité. Au moins un sujet qui nous arrachera un sourire jaune. Bande d’impotents.

    Sissi zayyat

    11 h 50, le 09 octobre 2020

  • Rappelez vous les paroles de La Marseillaise ... Aucune armée ou milice ou clan armé ne nous fait peur, bien au contraire !

    Liberté de Penser

    19 h 59, le 08 octobre 2020

  • ON PEUT S,IMAGINER LES CATASTROPHES ET LES BARBARIES SI UNE GUERRE CIVILE VENAIT A ECLATER DANS LE PAYS COMME EN MENACENT TOUJOURS LES MERCENAIRES.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    17 h 20, le 08 octobre 2020

  • Et c’est avec ça que nous voulons bâtir un nouveau Liban C’est un vœu pieux....mais les poules auront des dents avant de voir ces individus se débarrasser de leurs armes et devenir « sociables « . Actuellement ce sont des hommes pré historiques. Même les néandertaliens étaient plus futés...

    mokpo

    15 h 11, le 08 octobre 2020

  • Je suis fatigué. Mais fatigué...

    Gros Gnon

    14 h 48, le 08 octobre 2020

Retour en haut