Rechercher
Rechercher

Technologies

Le revirement stratégique osé de Philip Morris : le tabac chauffé plutôt que brûlé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit qu’en 2025, plus d’un milliard de fumeurs continueront à fumer. Il relève de la responsabilité des gouvernements, mais aussi de l’industrie du tabac, de proposer des alternatives moins nocives aux fumeurs adultes ne voulant pas cesser de fumer. C’est pourquoi Philip Morris mise sur l’innovation. Opérant un revirement stratégique pour le moins osé, la multinationale du tabac s’oriente résolument vers la réduction des risques en mettant au point une technologie basée sur le chauffage du tabac.

Le revirement stratégique osé de Philip Morris : le tabac chauffé plutôt que brûlé

Avec le dispositif IQOS, Philip Morris assure que le consommateur conserve la satisfaction du fumeur sans subir les méfaits de la cigarette conventionnelle.

Depuis plus de dix ans, les résultats de centaines d’études indépendantes et les professionnels de santé s’accordent à dire que le problème pour les fumeurs ne réside pas tant dans le tabac et la nicotine que dans la combustion générée du fait qu’on brûle le tabac. Exit donc la combustion et place au chauffage ! Avec le dispositif IQOS, Philip Morris assure que le consommateur conserve la satisfaction du fumeur sans subir les méfaits de la cigarette conventionnelle. L’industriel admet toutefois qu’il ne s’agit pas d’une alternative à risque zéro puisque le phénomène de dépendance à la nicotine est maintenu. C’est pourquoi le fabricant parle plutôt d’alternative à « risques réduits » ou « modifiés ».

Quand une cigarette est allumée, le tabac brûle et génère de la fumée. Plus de 6 000 produits chimiques ou « composants de la combustion » ont été identifiés dans la fumée de cigarette. Les autorités de santé publique à travers le monde ont recensé environ 100 composants de la fumée provoquant ou susceptibles de provoquer des maladies liées au tabac, telles que le cancer du poumon, les maladies cardio-vasculaires et l’emphysème.

Ces composants comprennent l’arsenic, le benzène, le benzo(a)pyrène, le monoxyde de carbone, des métaux lourds (plomb, cadmium), l’acide cyanhydrique et des nitrosamines propres au tabac, entre autres.

IQOS : qu’est-ce que c’est ?

IQOS est un type de cigarette… sans fumée. Le produit se présente sous la forme d’un stylo dans lequel on introduit un bâton de tabac avec filtre qui, en chauffant, va produire une vapeur, un aérosol de tabac à inhaler. Cela grâce à une lame chauffante contrôlée électroniquement. Il n’y a pas de combustion, et donc pas de goudron ni de monoxyde de carbone. Ses avantages par rapport aux cigarettes combustibles ? Moins d’odeur, pas de cendre et pas de fumée.

Selon Philip Morris, cet appareil « chauffe le tabac à des températures allant jusqu’à 350° C, tout en surveillant sa température pour assurer un goût constant et éviter de le brûler ». L’utilisateur inhale ensuite de la vapeur de tabac en aérosol plutôt que de la fumée, ce qui assurerait « que les niveaux de produits chimiques nocifs sont considérablement réduits par rapport à la fumée de cigarette ».

Il faut savoir que, contrairement aux cigarettes combustibles, l’IQOS est un produit très régulé. Il subit d’ailleurs un contrôle continu de la part de la FDA, et ses données sont continuellement mises à jour. C’est à ce titre que la FDA américaine (Food & Drug Administration) a accepté la mise sur le marché de son produit en réussissant à démontrer que l’IQOS est moins nocif que les cigarettes traditionnelles.

De fait, c’est en tant que « produit du tabac à risque modifié » que le dispositif électronique et ses recharges de tabac peuvent désormais être commercialisés aux États-Unis. Rappelons que la FDA est habilitée à réglementer les produits du tabac sur le marché américain, notamment les nouveaux produits correspondant à des innovations. D’où la mise en place, par ses soins, d’un processus de reconnaissance de « produit du tabac à risque modifié » (MRTP). Il convient de noter que c’est le premier et le seul produit électronique délivrant de la nicotine à se voir accorder une autorisation par le biais de ce processus.

L’accès à l’information

Le souci de l’industrie du tabac depuis des décennies est de réduire les risques liés au tabagisme tout en procurant le même plaisir aux consommateurs. Selon Philip Morris, le dispositif IQOS répond à cette norme. Il cite à cet égard plusieurs études qui révèlent que sa nocivité est réduite à 95 %. Ceci ne veut pas nécessairement dire qu’IQOS est à 95 % moins nocif car IQOS n’est pas sans risques.

L’objectif du groupe Philip Morris est que, d’ici à 2025, 40 millions des fumeurs de cigarettes combustibles qui veulent continuer à fumer passent à un produit du tabac chauffé, notamment IQOS. Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, la visée ultime de la compagnie pourrait bien être de cesser un jour de commercialiser les cigarettes combustibles.

Mais le fabricant est en même temps conscient qu’il faut que les fumeurs soient mieux informés pour pouvoir faire un choix éclairé et arrêter de fumer ou se tourner vers de meilleures alternatives à la cigarette traditionnelle. Il reste convaincu, à cet égard, que les gouvernements et les médias ont un rôle à jouer dans cet accès à l’information.

Présenté par Philip Morris

Management Services Limited

(Moyen-Orient) – branche du Liban


Depuis plus de dix ans, les résultats de centaines d’études indépendantes et les professionnels de santé s’accordent à dire que le problème pour les fumeurs ne réside pas tant dans le tabac et la nicotine que dans la combustion générée du fait qu’on brûle le tabac. Exit donc la combustion et place au chauffage ! Avec le dispositif IQOS, Philip Morris assure que le...

commentaires (0)

Commentaires (0)