Rechercher
Rechercher

Crise au Liban

La démission de Moustapha Adib, une "trahison collective" selon l'entourage de Macron

Le président tiendra une conférence de presse dimanche.

La démission de Moustapha Adib, une

Le président français, Emmanuel Macron, le 23 septembre 2020 en banlieue parisienne. Photo AFP / POOL / Ludovic MARIN

La démission du Premier ministre libanais désigné Moustapha Adib constitue une "trahison collective des partis libanais" mais la France restera aux côtés du pays pour l'aider à sortir de la crise qu'il traverse, a-t-on déclaré samedi dans l'entourage d'Emmanuel Macron.

Moustapha Adib a démissionné samedi après avoir échoué à former un nouveau gouvernement, une décision qui constitue un revers dans la mise en oeuvre du plan porté par la France pour redresser le liban.

"C'est une trahison collective des partis libanais", a-t-on déclaré dans l'entourage d'Emmanuel Macron, rapporte l'agence Reuters. "Il est indispensable d'avoir un gouvernement capable de recevoir l'aide internationale, donc la France ne lâchera pas le Liban", a-t-on ajouté.

Lire aussi

Récusation d'Adib et taux de change : des Libanais descendent dans la rue

En début de soirée, l'Elysée a annoncé que M. Macron tiendra une conférence de presse dimanche sur la situation politique au Liban. 

Moustapha Adib a annoncé peu après 11h, samedi, à l'issue d'un entretien avec le président Michel Aoun, son incapacité à former un nouveau gouvernement. Le chef de l'Etat a accepté sa récusation, et a annoncé qu'il prendra "les mesures nécessaires prévues par la Constitution".

Le 10 août, six jours après la gigantesque explosion au port de Beyrouth qui a fait plus de 190 morts et 6.500 blessés, le gouvernement de Hassane Diab avait démissionné, sous la pression de la rue. Moustapha Adib, qui était ambassadeur du Liban en Allemagne, avait alors été nommé le 31 août pour former un nouveau cabinet, quelques heures avant l'arrivée du président français, Emmanuel Macron à Beyrouth, le 1er septembre.

Lire aussi

Berry se défend ; "vous allez vous en mordre les doigts", prévient Hariri

Moustapha Adib était appelé à former, conformément à l'initiative française visant à sortir le Liban de sa crise, un cabinet de "mission" restreint regroupant des spécialistes indépendants. Le principal obstacle rencontré par le Premier ministre désigné dans ses tractations concernait le portefeuille des Finances, réclamé par le Hezbollah et le mouvement Amal. Ces deux formations exigent qu'une "personnalité chiite" soit nommée à la tête de ce ministère qui, selon elles, doit être exclu du principe de rotation des portefeuilles défendu par M. Adib et soutenu par plusieurs parties dont les anciens Premiers ministres sunnites, avec à leur tête Saad Hariri. Et elles exigent de proposer elles-mêmes les noms des autres ministres chiites au sein du cabinet. Il y a quelques jours, M. Hariri avait toutefois fait une ouverture, en acceptant qu'un chiite, indépendant, reste à la tête du ministère des Finances, cette fois-ci seulement.

Avec la récusation de M. Adib, le Liban est de nouveau dans l'impasse, au niveau de la formation du nouveau cabinet. Une situation d'autant plus grave que les bailleurs de fonds étrangers répètent qu'aucune aide structurelle ne sera allouée au Liban sans le lancement de réformes désormais bien identifiées.


La démission du Premier ministre libanais désigné Moustapha Adib constitue une "trahison collective des partis libanais" mais la France restera aux côtés du pays pour l'aider à sortir de la crise qu'il traverse, a-t-on déclaré samedi dans l'entourage d'Emmanuel Macron.

Moustapha Adib a démissionné samedi après avoir échoué à former un nouveau gouvernement, une décision...

commentaires (26)

Et jes traîtres ça se fusille !

Yves Prevost

13 h 30, le 27 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (26)

  • Et jes traîtres ça se fusille !

    Yves Prevost

    13 h 30, le 27 septembre 2020

  • S'il est vrai que Aoun a voulu nommer lui-même les ministres chrétiens, à l'instar des milices chiites, on comprend bien l'insistance de Adib à se récuser, et aussi la rapidité avec laquelle Aoun a accepté. Pratiquement, Aoun ne diffère pas des milices chiites en termes de blocage, et de trahison de l'initiative française.

    Esber

    10 h 05, le 27 septembre 2020

  • Bien sûr une trahison ! Mais lorsque tous lui ont promis de faciliter la formation du gouvernement, comment Macron a-t-il pu être assez naïf pour les croire ? Spécialement en ce qui concerne le Hezbollah, dont il n'y a aucun exemple connu qu'il ait tenu ses engagements.

    Yves Prevost

    07 h 23, le 27 septembre 2020

  • J'espère que Trump va gagner et qu'on en finisse des Ayattollah

    Eleni Caridopoulou

    01 h 45, le 27 septembre 2020

  • La démission de Moustapha Adib, une "trahison collective" selon l'entourage de Macron NON MESSIEURS CE N'EST PAS UNE TRAHISON COLLECTIVE VOUS VOUS TROMPER ET J'ESPERE QUE M MACRON NE DIRA PAS CELA CE SOIR BEAUCOUP DE PARTIS ONT TENU PAROLE ET N'ONT FAIT AUCUNE DEMANDE A M DIB ET ONT ACCEPTE DU MINISTERE QU'IL VOUDRA SANS RIEN IMPOSER EUX MEMES UNIQUEMENT LES DEUX PARTIS CHIITES , AVEC LA COMPLICITE DIRECTE DE AOUN ET DE SON PARTI LE CPL ONT DEMOLI VOTRE INITIATIVE ET ONT DEVOILE AU MONDE ENTIER QUE L'IRAN GOUVERNE CE PAYS ET PAS LES LIBANAIS.L'EMPRESSEMENT AVEC LEQUEL IL A ACCEPTE CETTE RECUSION EN DIT LONG SUR SA POSITION REELLE LA VERITE NOUS VOUS REMERCIONS D'AVOIR VOULU AIDER LE LIBAN MAIS JE VOUS EN PRIE N'AMALGAMER PAS TOU LE MONDE DANS LE MEME SAC, CECI N'EST PAS VRAI ET VOTRE ENTOURAGE SE TROMPE LOURDEMENT

    LA VERITE

    01 h 41, le 27 septembre 2020

  • He accepted Mr Adib resignation on the spot because he was told to do so.

    Gougassian Jean-Jacques

    23 h 09, le 26 septembre 2020

  • Notre De Gaulle? Seul le Peuple le saura!!

    Wlek Sanferlou

    19 h 37, le 26 septembre 2020

  • En forçant le Premier ministre a démissionner le tandem Chiite HB / N.Berri souhaitaient vous démontrer que c'est eux qui mènent la barque et que vous n'aurez qu'a vous plier et accepter leurs exigences. Le President Aoun essaie de jouer la carte de la conciliation afin de ne pas couper les ponts. Dans l'évidence les ponts sont bien rompus.

    DRAGHI Umberto

    18 h 38, le 26 septembre 2020

  • MONSIEUR LE PRESIDENT MACRON VOUS AIMEZ SUREMENT LES LIBANAIS ET VOS GESTES ENVERS LE PAYS ONT ETE APPRECIES A LEURS JUSTES VALEURS. CE QUE VOUS NE POUVIEZ PAS CONNAITRE C'EST L'EMPRISE DE HEZBALLAH SUR TOUTES LES DECISIONS QU LIBAN GRACE A LEUR MISE AU POUVOIR D'UN VIEUX GENERAL QUE LA FRANCE AVAIT RECEUILLI PENDANT 15 ANS MAIS QUI ETAIT DEVENU REDEVABLE DE HEZBALLAH POUR ACCEDER ALA PRESIDENCE APRES LE FAMEUX MOI OU PERSONNE CAD 2 ANS ET DEMI SANS PRESIDENT PAR LE FAIT QUE LES CHIITES EMPECHES LE PARLEMENT D'AVOIR ;ES 2/3 DES DEPUTES POUR ELIRE UN PRESIDENT LA VERITE LE HEZBALLAH PAR SA BRANCHE POLITIQUE A PRIS LE POUVOIR EN ELIMINANT PAR LA FORCE TOUTE PERSONNE QUI VOULAIT SE PRESENTER DANS LEURS REGIONS GRACE A SES MILICES DONC LE FAIT DE CONSIDERER QUE LE COTE POLITIQUE N'EST PAS UN TERRORISTE EST UNE TRES GRAVE ERREUR D'APPRECIATION TOUT COMME DE CROIRE QU'ILS ALLAIENT ACCEPTER DE SAUVER LE LIBAN CE QUI LEUR IMPORTE C'EST L'IRAN ET DE PRENDRE UN JOUR MANU MILITARI LE PAYS ET EN FAIRE UNE SUCCURSALE DE L'IRAN CERTAINS VOUS DEMANDENT DE FAIRE DES SANCTIONS CONTRE CEUX QUI N'ONT PAS TENU PAROLE, CELA N'EST MEME PAS SUFFISANT, IL FAU LES DETRUIRE UNE FOIS POUR TOUTE EN BLOQUANT TOUS LEURS FONDS EN EUROPE ET AUX ETATS UNIS ET DANS LE MONDE ENTIER OU C'EST ENCORE POSSIBLE E TLEURS INTERDIRE DE QUITTER LE PAYS EUX ET LEURS FAMILLES AFIN QU'ILS COMPRENNENT DE QUOI VOUS ETES CAPABLE AUTREMENT ILS VONT VOUS RIRE AU NEZ COMME ILS L'ONT FAIT POUR LES SANCTIONS AMERICAINES

    LA VERITE

    18 h 11, le 26 septembre 2020

  • Monsieur Macron vous vous êtes frotté à la pire des espèces, avec ces gens là il ne faut jamais rien lâché même pas une miette car depuis des années ils sont devenus gourmands et particulièrement mafieux ... C'est le bâton qu'ils comprendront peut-être il faut bloquer les avoirs de Berritus et de tous ces amis... il faut les asphyxié comme ils le font avec les Libanais.

    Zeidan

    17 h 45, le 26 septembre 2020

  • la carte de Macron: declarer le HB (en entier) comme une organisation terroriste.

    Zampano

    17 h 10, le 26 septembre 2020

  • Pays dévasté à tous les points de vue suite aux abus d'une fraction militarisée . Une solution s'impose avec l'intervention de L'ONU. Justement, L'ONU doit protéger les autres citoyens de l'hégémonie et de la corruption imposée par cette fraction qui s'impose en ayant échappé au désarmement accompli en 1992 de toutes les autres composantes du pays.

    Esber

    17 h 09, le 26 septembre 2020

  • Certains croient encore que les chiites ont la majorité parlementaire et que grâce aux armes du Hezbolalh, ils vont prendre et garder le pouvoir au Liban. Ces gens ne savent pas encore de qui et de quoi est composé le Liban. Ils veulent la guerre, ils l'auront. Le régime des mollahs ne vaincra pas au Liban. Nous avons chassé les palestiniens et les syriens. Nos chasserons les traitres libanais et toute la classe politique mafieuse qui ont cru que le Liban leur appartenait. Le Liban appartient à son peuple, celui qui veut faire du Liban une grande nation et un Etat de droit pour toute une composante communautaire quelle soit Sunnite, Chiite, Druze ou Chrétienne..

    carlos achkar

    17 h 05, le 26 septembre 2020

  • Trump 1 Macron 0. Macron va-t-il enfin utiliser le bâton des sanctions et ainsi emboîter le pas à Trump ? Macron avait déjà fait une première concession-capitulation face aux imposteurs de l'Axe en laissant de côté les législatives anticipées. Suite à cela il avait reçu leur parole (d'imposteurs) qu'ils laisseraient Adib former son gouvernement comme il l'entend. Quand donc le tandem de l'imposture avait commencé à revendiquer le ministère des finances, Macron aurait très bien pu leur dire qu'ils n'ont pas tenu parole et les menacer de sanctions. Au lieu de cela il a voulu arrondir les angles et trouver encore un compromis via Saad Hariri, et dissuader Adib de démissionner. Si donc Macron continue sur sa lancée, il peut très bien trouver un Diab bis plus malléable que Adib et qui choisisse lui-même les ministres chiites (mais sur la base d'une short list que lui aura remis sous le manteau le tandem de l'imposture bien entendu). Allez Biden sera élu les sanctions américaines seront levées et Total pourra aller se régaler du pétrole des mollah et des pasdaran !!

    Citoyen libanais

    16 h 40, le 26 septembre 2020

  • Un bateau sans commandant est voué au naufrage. Nous n’avons pas dans ce pays un commandant digne de la fonction. Ce bateau ivre navigue à vue, et arrive tout près des falaises, il tangue au grès des vagues dont les sillons creusés par un bateau ennemi qui prétend l’escorter à bon port et le pousse sur les rochers les plus proches pour simuler un accident. Encore un qui va nous coute notre nation cette fois ci a l’indifférence générales de tous ces vendus ivres d’argent et de pouvoir.

    Sissi zayyat

    16 h 30, le 26 septembre 2020

  • LE MAL VIENT DE L,IRAN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 29, le 26 septembre 2020

  • Président Macron, la carotte n'a pas fonctionné. Et vous connaissant bien, vous avez certainement un plan B: le bâton espérons. Alors allez-y, lâchez-vous. Nous sommes avec vous.

    PPZZ58

    16 h 26, le 26 septembre 2020

  • Sur les pas de la France...il y a 81 ans nos amis français ont eu Pétain puis De Gaulle...

    Wlek Sanferlou

    16 h 23, le 26 septembre 2020

  • Je ne vois plus qu’une solution : appliquer les sanctions tant promises. Les politiciens libanais ont trahi leur promesse au président Macron, ils doivent donc payer cette trahison et leurs magouilles doivent être dénoncées publiquement.

    Liberté de Penser

    16 h 23, le 26 septembre 2020

  • Comme d'hab, "ils" ( Berry et nasrallah) vont créer une diversion sur le terrain. Soit un nouveau scandale social, économique, alimentaire , sanitaire. Soit à Dieu ne plaise, un incendie, incident ou même explosion ou incidents sécuritaires entre milices, tribus etc.. De sorte à ce que "le libanais" reporte sa destestation du duo chiite vers les autres. ET COMME D'HAB ca marchera. Le libanais oublie très vite. D'où cette éthiquète de résilience. Normal. Lorsqu'on oublie, on peut avancer. Sinon, on fait du surplace. La guerre libanaise a forgé ce caractère d'oubli. La preuve? A t on demandé à poursuivre les auteurs de tirs sur la population? ( yahchouch, parlement, centre ville?? les médias suivent ils ces sujets?? NIET RIEN. Même notre OLJ ne revient plus dessus. Circulez...y a rien à voir...c'est libanais. Alors qu'en France? l'histoire de Charlie Hebdo est suivie, poursuivie et on en parle. Personne n'oublie.

    RadioSatellite.co

    16 h 18, le 26 septembre 2020

  • Si trahison il y a , et ceci semble évident , celà se sanctionne. Sévèrement !!

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 17, le 26 septembre 2020

  • "Le chef de l'Etat a accepté sa récusation, et a annoncé qu'il prendra "les mesures nécessaires prévues par la Constitution"." De grâce cessez la loufoquerie. Le prez n'a jamais voulu la constitution et, de plus, son association avec le hezb, pro-syrien pro-iranien et surtout anti-Liban le prouve. Que tout ces politiciens charlatans se taisent et qu'ils nous laissent mourir en silence!!!! Bande d'inutiles...

    Wlek Sanferlou

    16 h 15, le 26 septembre 2020

  • HEZBOLLAL/AMAL/CPL LES TROIS PLAIES QUI RONGENT LE PAYS. LIBANAIS, DEGAGEZ-LES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 04, le 26 septembre 2020

  • SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS! SANCTIONS!

    Gros Gnon

    16 h 03, le 26 septembre 2020

  • C’est des traîtres , vous l’avez dit Messieurs les français. Au moins une source externe le confirme désormais ! La mafia a noyauté la justice, la police, établi les règles , et éliminé ceux que ne les respectaient pas. Voilà où en est le Liban. Face à la force , au chantage, il faut de la force . L’accouchement ne se fera pas sans douleur !

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 49, le 26 septembre 2020

  • Tant qu'ils disposent de la majorité parlementaire et que la révolution n'a réussi à déloger personne, comment peut-on encore penser pouvoir changer la donne par une petite révolution sunnite de palais ? Les chiites , forts de la majorité parlementaire, trouvent normal d'avoir leurs propres revendications ! Il aurait mieux valu maintenir le gouvernement du Dr Hassan ! C'est la plongée dans la guerre civile devastarice a présent à moins que le président ne suspende la constitution et forme un gouvernement militaire mais il n'est pas enclin aux coups d'etat

    Chucri Abboud

    15 h 36, le 26 septembre 2020