Rechercher
Rechercher

Mouvement du 17 octobre

Une activiste libanaise installée à Dubaï fait les frais d’une campagne ciblée du CPL

La compagnie d’hôtellerie qui engageait « Ammounz » annule son titre de résidence.

Une activiste libanaise installée à Dubaï fait les frais d’une campagne ciblée du CPL

Amani Danhach. Des partisans du CPL ont obtenu de la société qui l’emploie à Dubaï de prendre des mesures à son encontre. Photo tirée de sa page Facebook

La chasse aux sorcières s’étend désormais hors du territoire. Les partisans du Courant patriotique libre (CPL, composante essentielle du pouvoir en place), ont pu obtenir d’une société émiratie d’hôtellerie qu’elle annule le titre de résidence d’une activiste libanaise, Amani Danhach – alias Ammounz – très suivie sur les réseaux sociaux à cause de ses vidéos satiriques contre le pouvoir, notamment le président Michel Aoun et le chef du CPL Gebran Bassil. Les partisans du CPL ne se contentent donc plus de poursuivre, à travers des campagnes sur les réseaux sociaux et des plaintes en justice, ceux qui critiquent leur camp intra muros. Ils ciblent maintenant leurs détracteurs qui s’expriment à partir de pays où ils ont émigré pour fuir les conditions socio-économiques lamentables dans lesquelles les a plongés l’incurie de la classe au pouvoir. Amani Danhach en a fait tout récemment les frais.

Dès le début du mouvement de contestation, cette Tripolitaine de 32 ans, installée à Dubaï (Émirats arabes unis) depuis 2010, manifeste sa rancœur avec rage mais aussi avec humour contre tous les dirigeants du pays. Son humour est marqué parfois par des mots familiers, un peu à l’excès selon certains.

Portrait

Ammounz, l’humour en temps de crise

Dans toutes les vidéos qu’elle diffuse notamment sur Instagram et Facebook, Ammounz s’emploie à jeter de manière acide leurs quatre vérités aux politiciens qu’elle juge incompétents sans distinction aucune. Mais plus particulièrement, elle lance des critiques incisives et virulentes à l’adresse du chef de l’État Michel Aoun, lesquelles suscitent de violentes réactions auprès des jeunes affiliés au CPL dont M. Aoun est le fondateur. Une partisane du courant aouniste, Nahla Abi-Khalil, a révélé vendredi sur les réseaux sociaux avoir adressé un courrier électronique à l’entreprise d’hôtellerie (TOH) auprès de laquelle travaille Amani Danhach à Dubaï, pour l’exhorter à prendre des mesures contre son employée, au motif qu’elle profère des insultes contre le président de la République. En parallèle, elle a également invité le ministère émirati de l’Intérieur à expulser la jeune activiste des Émirats arabes unis. Le mail envoyé a été assorti d’une violente campagne menée par de nombreux partisans du CPL, convertis pour l’occasion en une armée électronique offensive. « Nous voulons le plus grand nombre de retweets (du mail) pour faire parvenir nos voix à l’État qui accueille cette mesquine ayant porté atteinte à la tête de la pyramide (Michel Aoun) », poste sur Twitter un jeune aouniste. Un autre la qualifie de « putain », et un autre encore l’accuse de « propager du poison ». En réaction contre ces attaques et la démarche de Mme Abi-Khalil, de nombreux activistes du mouvement du 17 octobre ont enclenché une campagne hashtag baptisée « Nous sommes tous Ammounz ».

Volonté pernicieuse

Contactée par L’Orient-Le Jour, Amani Danhach affirme qu’elle avait de fait été remerciée par son entreprise il y a déjà six mois, suite à une réduction du travail dans le secteur hôtelier, provoquée par la propagation du Covid-19. La société avait néanmoins accepté de prolonger son permis de séjour pour lui donner l’opportunité de trouver un autre emploi. Mais en raison du mail reçu, ladite société s’est empressée de requérir l’annulation du titre de résidence, contraignant ainsi la jeune femme à quitter le territoire dans un délai maximal de trois semaines. Heureusement, grâce à des personnes qui lui ont manifesté leur solidarité et leur appui, la jeune femme a pu trouver en quelques jours un nouveau poste auprès d’une autre société.

En réponse à la question de savoir si dans ses vidéos, elle n’y va pas un peu fort, d’autant qu’elle y tourne en dérision l’âge avancé du chef de l’État, Amani Danhach affirme avoir « un grand respect pour les personnes âgées ».

« C’est plutôt le président Aoun qui ne respecte pas son âge », affirme-t-elle, soulignant qu’ « il devrait prendre sa retraite ». Il faut dire qu’Ammounz n’y va pas de main morte en critiquant M. Aoun. « Allez donc dormir », l’invite-t-elle dans une de ses vidéos. Elle note toutefois que sa cible n’est pas uniquement le chef de l’État, mais tous les dirigeants responsables de son départ il y a plus de dix ans et de la prolongation de son exil. « Si le ton avec lequel je m’exprime est désinvolte, il n’en manifeste pas moins une rancune justifiée contre les gouvernants », relève-t-elle avec amertume, soulignant qu’elle avait quitté le Liban à contrecœur pour pouvoir subvenir aux besoins de ses parents, tandis que « les gouvernants continuaient à conclure leurs marchés, faisant fi de l’intérêt des citoyens ».


La chasse aux sorcières s’étend désormais hors du territoire. Les partisans du Courant patriotique libre (CPL, composante essentielle du pouvoir en place), ont pu obtenir d’une société émiratie d’hôtellerie qu’elle annule le titre de résidence d’une activiste libanaise, Amani Danhach – alias Ammounz – très suivie sur les réseaux sociaux à cause de ses vidéos...

commentaires (15)

Pas grave,,,, sur la voie de l'enfer, menés par notre leader suprême et sa muse barbue, il faut bien souffrir les agacements des illuminés extrêmes et extrémistes...

Wlek Sanferlou

23 h 33, le 25 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • Pas grave,,,, sur la voie de l'enfer, menés par notre leader suprême et sa muse barbue, il faut bien souffrir les agacements des illuminés extrêmes et extrémistes...

    Wlek Sanferlou

    23 h 33, le 25 septembre 2020

  • God bless and protect you and your family, Amani.

    Je partage mon avis

    19 h 38, le 25 septembre 2020

  • Si cette demoiselle a commis une infraction quelconque, les plaignants n'ont qu'à saisir les tribunaux et certainement pas demander odieusement à ses employeurs de la renvoyer ou de faire résilier son titre de séjour. Mais le plus scandaleux est que ses employeurs ont apparemment obtempéré à ces demandes.

    Paul-René Safa

    13 h 55, le 25 septembre 2020

  • JE SUIS AMMOUNZ !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 10, le 25 septembre 2020

  • Leur jour arrivera et nous nous ferons un plaisir immense de leur envoyer les épluchures de nos fruits et légumes pour les nourrir et les gravas de nos habitations pour servir de matelas derrière les barreaux où ils pourriront. Pour cela il faut que tous les libanais descendent dans la rue pour les déloger et les traduire en justice. De toute façon le pays va à la ruine autant que ça soit pour la bonne cause. S’ils gardent le pouvoir ils continueront leur massacre du pays et du peuple et si nous les délogeons ils promettent une guerre.

    Sissi zayyat

    11 h 39, le 25 septembre 2020

  • Cette femme dit tout haut ce que des dizaines de libanais pensent tout bas. La classe gouvernante est pourrie et a échoué dans tous les secteurs de la vie publique. Qu’y a-t-il de mal à dire la vérité?

    Dounia Mansour Abdelnour

    10 h 16, le 25 septembre 2020

  • dix sir dix pour Ammounz, la sympathique commentatrice. Toute critique contre nos politiciens incapables et vereux ne peut etre que meritee.

    Goraieb Nada

    09 h 39, le 25 septembre 2020

  • C'est dangereux ce jeu-la ! je connais personnellement a Dubai 3 personnes ouvertement sympathiques au 8 Mars. Que ce passera-t-il si j’écris une lettre aux autorités de la DIFC -ou si j'allais les voir, mon bureau et le leur sont dans la meme tour- et reporte ces trois personnes come sympathisants du Hezbollah/Aoun ? J'aurais mis 3 familles a la rue ? bien sur, la délation est hors de question mais je me permet de rappeler aux Aounistes le vieux proverbe "celui dont la maison est en verre, etc..."

    Lebinlon

    09 h 33, le 25 septembre 2020

  • Ce qui me sidère chez les partisans du CPL est qu’ils n’utilisent jamais les méthodes démocratiques ou civilisées pour convaincre les autres de leurs idées. C’est soit par l’intimidation, soit les insultes, soit les menaces, soit l’utilisation d’armes à feu .... pourtant je suis persuadé que les dirigeants du CPL sont des personnes mûres et civilisées qui refusent catégoriquement ce genre de comportement.

    Liberté de Penser

    08 h 24, le 25 septembre 2020

  • MBZ contrôle tout dans son pays et la critique des dirigeants lui fait peur. Si la révolte du 17 octobre ne se canalise pas mieux en se focalisant contre l'axe transnational de l'imposture et ses complices libanais de la bande des cinq gros poissons corrompus Amal PSP CPL Hezbollah Futur et autres petits poissons pantins de l'axe: Marada, PSNS, Jamil Sayyed, Wiam Wahab, Recontre Consultative, Talal Arslan etc... alors elle sera d'autant plus incomprise des dirigeants du Golfe et leur fera d'autant plus peur. Ces autocrates sont prêts à se faire les complices des complices du Hezbollah et de l'Axe plutôt que de risquer que la manie moderne de critiquer pour un oui ou pour un non et en public les hommes de pouvoir, sans faire la distinction entre critique juste et critique injuste, ne gagne leur société. Les pays du Golfe seront les alliés de la révolte que si celle-ci montre qu'elle poursuit des objectifs qui vont dans leur intérêt à savoir l'anéantissement de l'Axe de l'Imposture.

    Citoyen libanais

    07 h 41, le 25 septembre 2020

  • Quand le CPL a pris le pouvoir on pensait qu'il allait combattre la corruption...or il combat la liberté de parole et la satire. CPL = Courant Particulièrement Lamentable

    La Colère de Zeus

    06 h 59, le 25 septembre 2020

  • Quelle mesquinerie!

    Yves Prevost

    06 h 58, le 25 septembre 2020

  • Ce qui m'étonne surtout dans cette affaire si elle s'avère vrai est que les émirats ont répondu favorablement à la demande d'un parti libanais qui ne jouit pas d'une popularité dans le golf . Il se peut que ce soit un cas isolé et que la chaine hotelière ait un certain lien avec ce parti .

    Elie H

    03 h 00, le 25 septembre 2020

  • Comment récompenser Nahla Abi-Khalil ? Un poste aux PTT ? Conseillère à la présidence ? Ministre de la propagande ? Chevalière de l'Ordre national des moutons de panurge ?

    B Malek

    02 h 48, le 25 septembre 2020

  • Cette dame est géniale. Pleine d'humour et elle leur clame la vérité en pleine tronche. Ce qui ne leur plait pas évidemment . . Comme déjà dit "le respect ne s'impose pas par la force mais par les actions, l'energie, le dynamise, l'empathie avec le peuple , les réussites et le charisme". Ce qui n'est pas le cas.

    RadioSatellite.co

    00 h 44, le 25 septembre 2020