Rechercher
Rechercher

Consommation

Le poids du paquet de pain arabe relevé à un kilo pendant 62 jours à partir de lundi

Le poids du paquet de pain arabe relevé à un kilo pendant 62 jours à partir de lundi

Le ministre sortant de l’Économie et du Commerce Raoul Nehmé, lors de sa conférence de presse hier. Photo ANI

Le ministre sortant de l’Économie et du Commerce, Raoul Nehmé, a annoncé hier lors d’une conférence de presse que le poids du paquet de pain arabe, la « rabta », passera de 900 grammes à un kilo pendant 62 jours à partir de lundi prochain (21 septembre), et ce sans modification des prix. Ainsi, le prix du paquet de pain pesant un kilo est plafonné à 2 000 livres libanaises et celui de 400 grammes est à 1 000 livres jusqu’au 22 novembre.

Les professionnels de la filière demandaient depuis près d’un an l’augmentation du prix de vente – et ont obtenu en partie gain de cause – en raison de la crise de liquidités et de la dépréciation de la livre, le pays devant importer les matières premières pour sa fabrication (blé ou farine, levure, sucre). Ainsi, cette augmentation du poids du pain, au même prix, s’explique par le don du Programme alimentaire mondial (PAM) de 12 000 tonnes de farine, suite à la double explosion meurtrière du port de Beyrouth, le 4 août dernier, qui a notamment éventré les silos de blé.

Mécanisme de distribution

Par ailleurs, Raoul Nehmé a annoncé la mise en place d’un mécanisme de distribution de farine aux boulangeries « pour assurer que ce don de farine arrive directement aux Libanais ». Contactée par L’Orient-Le Jour, une source au ministère a révélé que la PAM se chargera de la distribution de farine aux minoteries selon « la taille de l’établissement ». Les boulangeries, quant à elles, recevront des « bons », également en fonction de leur taille sur le marché.

Le ministre, qui a répété plusieurs fois après l’explosion que le Liban ne risquait pas de pénurie ni de farine ni de pain, a annoncé hier que le pays « n’a pas besoin de dons de farine ou de blé mais plutôt d’équipements modernes pour décharger et conserver le blé ». La source précitée indique qu’il s’agit d’un aspirateur industriel pour décharger les bateaux, et de silos pour stocker les grains. Le député démissionnaire du Kesrouan, Neemat Frem, avait d’ailleurs annoncé mi-août que la PAM est également à l’origine de la livraison de 18 silos à grains préfabriqués en métal qui devaient alors être assemblés « dans les prochains jours ». Un dossier jusqu’à maintenant sans suite.

Le ministre sortant a également assuré que la subvention à 3 900 livres du « panier alimentaire » contenant plus de 300 produits était maintenue. Le taux dollar/livre du marché noir a atteint hier 7 700 livres. Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé avait annoncé fin août que le niveau des réserves de la Banque centrale, évaluées à 19,5 milliards de dollars selon lui, dont 17,5 milliards de réserves obligatoires dont la BDL ne peut disposer, ne peuvent désormais subventionner à 1 507,5 livres (soit le taux officiel) l’importation des produits de première nécessité – blé, carburant, médicaments – que pour une durée de trois mois.

Il reste que cette aide alimentaire en farine ne plaît pas à tout le monde. En effet, le président du syndicat des minotiers au Liban, Bassem Assaf, a dénoncé fin août « l’irresponsabilité des autorités » en acceptant les dons de farine plutôt que ceux de blé alors que les minoteries « ont soutenu la production nationale » pour faire face aux crises. À ce sujet, la source au ministère indique qu’elles seront responsables du stockage de la farine dans le cadre de ce programme d‘aide.


Le ministre sortant de l’Économie et du Commerce, Raoul Nehmé, a annoncé hier lors d’une conférence de presse que le poids du paquet de pain arabe, la « rabta », passera de 900 grammes à un kilo pendant 62 jours à partir de lundi prochain (21 septembre), et ce sans modification des prix. Ainsi, le prix du paquet de pain pesant un kilo est plafonné à 2 000 livres...

commentaires (0)

Commentaires (0)