Rechercher
Rechercher

Liban

Mobilisation dans les camps palestiniens contre les accords de normalisation


Mobilisation dans les camps palestiniens contre les accords de normalisation

Sit-in dans le camp de Aïn el-Heloué contre les accords de normalisation signés entre Israël, Bahreïn et les Emirats arabes unis, le 15 septembre 2020. Photo Mountasser Abdallah

Les réfugiés palestiniens au Liban ont condamné les accords signés mardi à la Maison Blanche par Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn, réitérant lors d'un sit-in, la "honte" que représente cette normalisation de deux pays du Golfe avec l'État hébreu.Selon notre correspondant à Saïda, Mountasser Abdallah, des représentants des différentes factions palestiniennes se sont rassemblés mardi soir pour un sit-in à Aïn el-Héloué, le plus grand camp palestinien du Liban, afin de dénoncer ces accords.  Prenant notamment la parole lors de ce rassemblement, le représentant de l'Organisation pour la libération de la Palestine au Liban, Maher Choubeita, a salué "les sacrifices du peuple palestinien qui lutte depuis des années contre l'ennemi sioniste et ses agressions". Les différents responsables qui se sont exprimés au cours de ce sit-in ont réaffirmé le droit au retour sur leurs terres des Palestiniens et leur attachement à la résistance pour la libération de la Palestine. 

Dans les camps de Rachidiyyé (Sud) et Beddaoui (Nord), des manifestations "de colère" ont également été organisées mardi contre les accords de normalisation. Dans le camp de Beddaoui, un porte-parole de l'Alliance des forces palestiniennes du Liban a appelé les Palestiniens à "unir leurs rangs" et rejeté toute forme de normalisation "traîtresse".

Bahreïn et les Émirats arabes unis sont les premiers pays arabes à reconnaître Israël depuis les traités de paix avec l'Égypte et la Jordanie, en 1979 et 1994. Les Émirats et Bahreïn, des monarchies sunnites, partagent avec l'État hébreu une animosité envers l'Iran chiite, ennemi numéro un de Washington dans la région. De nombreux gouvernements arabes pétroliers cultivent discrètement des liens avec les autorités israéliennes depuis des années. Cette normalisation offre de riches opportunités, notamment économiques, à ces pays qui tentent de réparer les ravages de la pandémie de Covid-19.


Les réfugiés palestiniens au Liban ont condamné les accords signés mardi à la Maison Blanche par Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn, réitérant lors d'un sit-in, la "honte" que représente cette normalisation de deux pays du Golfe avec l'État hébreu.Selon notre correspondant à Saïda, Mountasser Abdallah, des représentants des différentes factions palestiniennes se sont...