Rechercher
Rechercher

Finance

BCE : les effets de la politique monétaire « pas encore pleinement satisfaisants »

Les effets des mesures de relance de la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir l’économie en pleine pandémie de Covid-19 ne sont « pas encore pleinement satisfaisants car les pressions sur les prix et les anticipations d’inflation devraient rester modérées », a estimé hier Fabio Panetta, membre italien du directoire de la BCE. « Nous devons rester vigilants et évaluer attentivement les informations entrantes, y compris l’évolution des taux de change », a ajouté le banquier central.

L’emballement de l’euro depuis quelques mois met la BCE sous pression car il contribue à éloigner l’inflation de l’objectif de l’institution qui est de la maintenir « proche mais inférieure à 2 % ». L’euro progressait encore un peu hier face au dollar, à la veille d’une réunion de la Banque centrale américaine qui devrait marquer un changement de politique de l’institution. Le chef économiste de la BCE, Philippe Lane, a écrit vendredi dans un blog « qu’il n’y a pas de place pour la complaisance » de la part de l’institution face au risque d’un euro fort, une expression reprise depuis par la présidente de la BCE, Christine Lagarde. Pour 2020, la BCE prévoit une inflation de 0,3 %, puis 1 % en 2021 et 1,3 % en 2022, selon ses nouvelles prévisions annoncées demain.


Les effets des mesures de relance de la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir l’économie en pleine pandémie de Covid-19 ne sont « pas encore pleinement satisfaisants car les pressions sur les prix et les anticipations d’inflation devraient rester modérées », a estimé hier Fabio Panetta, membre italien du directoire de la BCE. « Nous devons rester vigilants...

commentaires (0)

Commentaires (0)