Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Près de 400 nouvelles contaminations, les régions les plus touchées isolées

Le directeur de l'hôpital Rafic Hariri en faveur d'un reconfinement.

Près de 400 nouvelles contaminations, les régions les plus touchées isolées

Le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad, lors d'une visioconférence, le 28 juillet 2020. Photo AFP / ANWAR AMRO

Alors que le coronavirus continue de se propager rapidement au Liban avec un triste nouveau record de 397 nouveaux cas supplémentaires et 3 décès en 24h, selon le bilan du ministère de la Santé publié samedi, le ministre démissionnaire Hamad Hassan a annoncé que plusieurs quartiers et localités parmi les plus touchés avaient été isolés, en coordination avec les autorités municipales. 

Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion avec des médecins, à Baalbeck, le ministre démissionnaire a notamment précisé que les régions de Tarik Jdidé (Beyrouth), Bourj el-Barajné (banlieue sud de Beyrouth, dans le caza de Baabda), Barja (Chouf) et Bab el-Tebbané (Tripoli) ont été complètement isolées. Il a encore souligné qu'un contrôle spécifique a été imposé dans les régions de Ras Beyrouth et Hamra, dans la capitale, ainsi qu'à Haret Hreik, Hadat, Bir Hassan et Jnah (banlieue sud) et à Aramoun (Aley). Ces dernières régions pourraient "devoir être isolées" en fonction de l'évolution des contaminations. 

Hamad Hassan a par ailleurs appelé tous les citoyens à "prendre des mesures de précaution maximales", notamment d'un point de vue de l'hygiène personnelle du port du masque et de la distanciation sociale. 

Un soldat de la Finul
Sur les 397 nouveaux cas déclarés ces dernières 24 heures, 384 ont été signalés localement, alors que 13 cas ont été signalés parmi les personnes arrivant de l'étranger. Le nombre cumulé des contaminations depuis le début de la pandémie en février s'établit donc à 8.442 cas. Le virus a également provoqué depuis cette date la mort de 97 personnes. À ce jour, 2.650 personnes se sont rétablies, sachant que 207 sont encore hospitalisées, dont 52 en soins intensifs.

Un soldat de la Force intérimaire de l'ONU (Finul) fait partie des personnes contaminées au Liban, a annoncé dans la journée le porte-parole de la force onusienne, Andrea Tenenti, dans un communiqué. Ce militaire a été placé en isolement total au siège de la Finul à Naqqoura et toutes les personnes ayant été en contact avec lui ont été mises en quarantaine et devront passer des tests de dépistage. 

"Reconfinement"
Plus tôt dans la journée, le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le docteur Firas Abiad, avait affirmé qu'un reconfinement au Liban serait nécessaire pour reprendre le contrôle sur la propagation du coronavirus. "Durant les deux dernières semaines, la hausse des cas de coronavirus s'est poursuivie sans arrêt. Même si actuellement les patients atteints du coronavirus n'occupent que moins de 20% des lits disponibles dans les hôpitaux, ce chiffre sera rapidement dépassé", prévient le médecin, qui tire souvent la sonnette d'alarme pour tenter de contenir le virus. "Si le virus se répand largement, la capacité des hôpitaux sera insuffisante. Malgré les circonstances actuelles, et la grande gêne que cela va occasionner, nous nous dirigeons vers une situation dans laquelle le reconfinement sera nécessaire pour reprendre le contrôle", a estimé le médecin, alors que le pays panse encore ses plaies après les explosions du 4 août au port de Beyrouth, qui ont fait plus de 177 morts et 6.500 blessés, ravageant également de larges pans de la capitale. Les autorités avaient imposé un reconfinement en deux phases entre fin juillet et début août, mais la seconde avait finalement été annulée après les explosions du 4 août. Le Dr. Firas Abiad a en outre indiqué que l'hôpital Rafic Hariri a déjà entrepris des travaux d'agrandissement de ses ailes dédiées au coronavirus.  

La commission de suivi des mesures de prévention contre le coronavirus a dernièrement émis une série de recommandations. Elle enjoint notamment au ministère de la Santé et au syndicat des propriétaires des hôpitaux de rappeler aux établissements hospitaliers privés qu'ils doivent recevoir tous les patients contaminés par le coronavirus. La commission demande en outre à La Croix-Rouge libanaise de coopérer avec le ministère de la Santé et de donner la priorité absolue au transport des personnes contaminées vers les hôpitaux gouvernementaux en priorité. Le ministère de l'Intérieur est, lui, appelé à œuvrer en coordination avec le ministère de la Santé à limiter la prorogation du virus en isolant les régions ou les quartiers devenus foyers de contamination. Enfin, le ministère de la Santé est invité à rappeler aux laboratoires leur devoir de l'informer de tout cas positif.

Le ministre démissionnaire de la Santé, Hamad Hassan, avait récemment exprimé la crainte d’une forte augmentation du nombre de contaminations au coronavirus, alors que l’essentiel des moyens médicaux et hospitaliers du pays sont mobilisés pour soigner les victimes de la double explosion du 4 août.

Alors que le coronavirus continue de se propager rapidement au Liban avec un triste nouveau record de 397 nouveaux cas supplémentaires et 3 décès en 24h, selon le bilan du ministère de la Santé publié samedi, le ministre démissionnaire Hamad Hassan a annoncé que plusieurs quartiers et localités parmi les plus touchés avaient été isolés, en coordination avec les autorités...
commentaires (1)

Ça vous tombe à pic, n'est-il pas?

Christine KHALIL

22 h 14, le 15 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ça vous tombe à pic, n'est-il pas?

    Christine KHALIL

    22 h 14, le 15 août 2020

Retour en haut