Rechercher
Rechercher

Double explosion du port

Nasrallah : Certains ont tenté de renverser l'Etat et mener à la guerre civile

Le leader du Hezbollah s'est prononcé en faveur de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Nasrallah : Certains ont tenté de renverser l'Etat et mener à la guerre civile

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une allocution télévisée le 14 août 2020. Capture d'écran al-Manar

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé vendredi certaines formations politiques libanaises d'avoir tenté d'entraîner le Liban dans la guerre civile en tentant de "renverser l'Etat" dans la foulée de la double explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et des pans de la capitale mardi 4 août.

"Après une catastrophe d'une telle ampleur, nous avons assisté à une tentative de faire tomber l'Etat, et c'est le plus grave", un État attaqué "dès les premières heures par certaines parties politiques, des médias et des armées électroniques", a déclaré le leader du parti chiite lors d'une allocution télévisée à l'occasion de la commémoration du 14ème anniversaire de la guerre ayant opposé Israël au Hezbollah en 2006. "La première cible était le président Michel Aoun et son mandat, notamment dans la rue chrétienne, à qui on a tenté de faire porter responsabilité de cette explosion. Le but était de faire pression sur le chef de l'Etat afin qu'il démissionne. Après avoir tenté d'attaquer la présidence, on a tenté de renverser le Parlement. Une action a été menée par certains blocs parlementaires pour présenter leur démission collective dans le but de renverser la légitimité de l'Assemblée. Ils ont échoué (...) Face à la catastrophe, aucun gouvernement n'aurait pu se maintenir", a expliqué Hassan Nasrallah.

L'éditorial de Issa Goriaeb

Les pièges du mi-chemin

"Ces derniers jours, certains ont tenté de provoquer une guerre civile pour des raisons politiques et personnelles (...) Les Libanais doivent faire attention. Tout conflit d'ordre politique doit avoir une limite : éviter le renversement de l'Etat et la guerre civile".

Gouvernement d'union nationale
Le leader du parti chiite s'est également prononcé en faveur de la formation d'un gouvernement d'union nationale, quatre jours après la démission du cabinet de Hassane Diab. "Le Hezbollah demande la formation d'un gouvernement fort et politiquement protégé par le Parlement. Nous avons toujours appelé à un gouvernement d'union nationale, ayant la plus large représentation politique et populaire. Nous disons aujourd'hui la même chose. Nous demandons que le Premier ministre qui sera désigné, quel que soit son nom, œuvre pour la formation d'un gouvernement d'union nationale ou d'un cabinet composé de personnalités politiques et de spécialistes", a déclaré le leader du parti chiite. "Ce gouvernement aura pour priorité de mener la reconstruction du pays, de mener les réformes économiques nécessaires, notamment dans le domaine de l'électricité ou des déchets, de lutter contre la corruption et de faire le suivi de l'enquête sur la tragédie du 4 août dernier", a-t-il ajouté.

Lire aussi

Zarif met en garde contre toute volonté "d'exploiter" la crise pour "imposer des diktats" au Liban

"Les discussions sur un gouvernement neutre sont une perte de temps, a tranché Hassan Nasrallah. Nous considérons qu'il n'y a pas de personnalités neutres" au Liban.

Négligence ou sabotage
Le secrétaire général du Hezbollah est en outre revenu sur la double explosion du port de Beyrouth. "C'est à l'enquête de déterminer ce qui s'est passé dans le port, mais il y a deux possibilités : soit il s'agit d'un accident dû à un acte de négligence qui a enflammé le nitrate d'ammonium, soit il s'agit d'un acte de sabotage", a déclaré Hassan Nasrallah.

Michel Aoun s'est prononcé contre une enquête internationale, mais plusieurs experts étrangers participent aux investigations, dont le FBI américain. "Si Israël portait la responsabilité de cette tragédie, soyez sûrs que le FBI l'innocentera. Toute enquête internationale, que réclament certains, écarterait tout responsabilité d'Israël s'il était responsable", a déclaré le secrétaire général du Hezbollah. "Certains disent ne pas avoir confiance en une enquête locale. Nous, nous disons ne pas avoir confiance en une enquête internationale", a-t-il expliqué. Et d'ajouter  :"Si l'on découvre qu'Israël est derrière cette tragédie, ce n'est pas seulement le Hezbollah qui doit prendre position, c'est l'ensemble des forces politiques. Israël en paiera le prix s'il s'avère responsable".

L'explosion meurtrière au port de Beyrouth a fait plus de 170 victimes, plus de 6.000 blessés et dévasté des quartiers entiers de la capitale, rendant 300.000 personnes sans abri. La tragédie est sans doute due à l'explosion d'une énorme quantité de nitrate d'ammonium entreposé sans précaution depuis six ans dans le port de la capitale.
Le 7 août dernier, le leader du parti chiite avait "nié catégoriquement" que son organisation possède un "entrepôt d'armes" dans le port de Beyrouth, après des accusations à son encontre dans les médias et sur les réseaux sociaux. "Ni entrepôt d'armes, ni entrepôt de missiles (...) ni une bombe, ni une balle, ni nitrate", avait-il martelé.

Par ailleurs, Hassan Nasrallah a déclaré que le Hezbollah ne se sentait" pas concerné" par le verdict que doit prononcer mardi prochain le Tribunal spécial pour le Liban, chargé de juger les responsables de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, et dans le cadre duquel quatre membres du Hezbollah sont mis en accusation. "Si nos frères sont condamnés injustement, comme nous nous y attendons, nous resterons attachés à leur innocence", a déclaré le chef du parti chiite, mettant toutefois en garde contre le fait que "certains tenteront d'exploiter le TSL pour cibler la résistance et le Hezbollah" et appelant ses partisans à "se montrer patients" en cas de réactions les visant dans la rue après l'énoncé du verdict.

Israël/Emirats
Sur le plan régional, Hassan Nasrallah a déclaré qu'il n'avait pas été surpris par l'annonce, jeudi, par le président américain Donald Trump, d'un accord historique de normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis, qu'ils devraient signer d'ici trois semaines.

Cet accord a été conclu sous l'égide des États-Unis et fera d'Abou Dhabi la troisième capitale arabe à suivre ce chemin depuis la création de l’État hébreu en 1948, après l’Égypte et la Jordanie. Les Palestiniens ont fermement rejeté l'accord, le qualifiant de "trahison" de leur cause. Plus tôt dans la journée, Téhéran a condamné cet accord en la qualifiant de "stupidité stratégique d'Abou Dhabi et de Tel-Aviv qui renforcera sans aucun doute l'axe de résistance", dont le Hezbollah fait partie.

"Nous n'avons pas été surpris par cette annonce. La normalisation est en cours depuis longtemps. Mais il semble que cette annonce réponde à un agenda américain car Donald Trump avait besoin d'une réalisation sur le plan international avant la fin de son mandat", a déclaré le leader du parti chiite. "Cette annonce montre également à quel point certains dirigeants du Golfe sont au service politique et personnel de Donald Trump et (du Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu, qui se trouvent en mauvaise posture sur le plan électoral", a-t-il ajouté, soulignant qu'il s'attendait à d'autres accords de paix similaires avec d'autres pays arabes jusqu'aux élections américaines prévues en novembre prochain.

Lire aussi

Normalisation entre les Emirats et Israël: les principales réactions

"Nous devons tous dire qu'il s'agit de quelque chose de condamnable, d'une trahison à l'islam, aux Arabes et à Jérusalem et au peuple palestinien. C'est un coup de couteau dans le dos", a-t-il martelé, avant de s'adresser aux peuples palestiniens, arabes et musulmans : "Il est bon que les masques tombent", leur a-t-il lancé.

"L'équilibre de la terreur protège le Liban"
Evoquant dans la première partie de son discours le dossier israélien et la situation à la frontière sud, le leader du Hezbollah a déclaré que grâce à sa "victoire" en 2006, la résistance et le peuple libanais ont défait Israël, fait échouer le projet américain du "nouveau Moyen-Orient" et "imposé des règles d'engagement protégeant le Liban grâce à l'équilibre de la terreur".

En 2006, une guerre avait opposé pendant 33 jours Israël au Hezbollah, sa bête noire, faisant 1.200 morts côté libanais, civils pour la plupart, ainsi que d'énormes destructions au Liban provoquées par des bombardements intensifs de l'aviation et de l'artillerie israéliennes, et 160 côté israélien, en majorité des militaires. Quelque 4.000 roquettes tirées par le Hezbollah avaient paralysé la région nord d'Israël. Le Hezbollah évoque depuis une "victoire divine".

"Lors de la guerre de 2006, la résistance et le Liban ont imposé des règles d'engagement protégeant le Liban grâce à l'équilibre de la terreur", a déclaré Hassan Nasrallah qui a estimé que ce qui s'est passé en juillet 2016 était "une véritable guerre imposée par l'ennemi israélien contre le Liban sur décision des États-Unis". "C'est le triptyque peuple-armée-résistance et cet équilibre de la terreur qui protègent le Liban depuis 14 ans. Ce ne sont ni la Ligue arabe, ni les résolutions internationales qui le protègent", a-t-il ajouté.  "Pour le Liban et son peuple, la résistance est une question d'existence, tant qu'aucune alternative sérieuse et convaincante n'est proposé", a-t-il déclaré.

Cet anniversaire intervient dans un contexte de montée des tensions entre les deux parties depuis plusieurs mois. Israël a récemment annoncé être en état d'alerte à la frontière libanaise, affirmant notamment avoir déjoué une attaque "terroriste" et ouvert le feu sur des hommes armés ayant franchi la "ligne bleue" séparant le Liban et Israël. Benjamin Netanyahu a alors attribué l'infiltration au Hezbollah qui a, lui, démenti toute implication. Cet accès de tension était intervenu après la mort d’un combattant du Hezbollah, Ali Kamel Mohsen, tué le 20 juillet dernier dans un raid israélien en Syrie. "La décision de riposter à son martyr n'a pas changé. Ce n'est qu'une question de temps", a assuré Hassan Nasrallah.


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a accusé vendredi certaines formations politiques libanaises d'avoir tenté d'entraîner le Liban dans la guerre civile en tentant de "renverser l'Etat" dans la foulée de la double explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et des pans de la capitale mardi 4 août.

"Après une catastrophe d'une telle ampleur, nous avons...

commentaires (51)

Ce tragi-comique soi disant "equilibre de la terreur" qui justifie la resistance armée du Hezbollah tout en prenant le Liban en otage est une rhethorique folle. Croire vaincre Israel militairement par le jeu de mini embuscades au détriment de tout un peuple, est une illusion que les libanais ont payé et payeront encore très cherement s'ils appuient ce discours du "plus fort" qui n'a de fort que la gueule. Le Hezbollah se conforte devant tout ce qui divise les libanais, complice d'un gouvernement corrompu et inefficace, dont il se sert lui-meme, en volant taxes et ressources. Il n'y a plus d'Etat libanais, mais un avatar d'etat au service d'un agenda politique étranger, qui en jouant habilement sur la peur et le besoin de nous défendre, paralyse notre independance et notre souveraineté. Le Liban n'a pas besoin de leçons de patriotisme de ce Monsieur. Ni d'un gouvernement d'union nationale avec les mêmes marionettes au pouvoir. Le Liban a un besoin criant de changement radical de toute sa gouvernance, mitée par toutes sortes d'enjeux, pour aller dans le sens de la raison, de la justice et du progrès pour tous les libanais: Ceux qui aiment le Liban dans toute sa richesse et diversité. Un Liban qui ne peut exister et grandir que dans la Paix. Les paroles du Hezbollah ne peuvent que nous en éloigner. Il est grand temps que la société civile de tous bords, qui l'a compris, s'unisse et soit clairement représentée, pour vaincre aux prochaines échéances electorales

Alfred Homsy

13 h 37, le 16 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (51)

  • Ce tragi-comique soi disant "equilibre de la terreur" qui justifie la resistance armée du Hezbollah tout en prenant le Liban en otage est une rhethorique folle. Croire vaincre Israel militairement par le jeu de mini embuscades au détriment de tout un peuple, est une illusion que les libanais ont payé et payeront encore très cherement s'ils appuient ce discours du "plus fort" qui n'a de fort que la gueule. Le Hezbollah se conforte devant tout ce qui divise les libanais, complice d'un gouvernement corrompu et inefficace, dont il se sert lui-meme, en volant taxes et ressources. Il n'y a plus d'Etat libanais, mais un avatar d'etat au service d'un agenda politique étranger, qui en jouant habilement sur la peur et le besoin de nous défendre, paralyse notre independance et notre souveraineté. Le Liban n'a pas besoin de leçons de patriotisme de ce Monsieur. Ni d'un gouvernement d'union nationale avec les mêmes marionettes au pouvoir. Le Liban a un besoin criant de changement radical de toute sa gouvernance, mitée par toutes sortes d'enjeux, pour aller dans le sens de la raison, de la justice et du progrès pour tous les libanais: Ceux qui aiment le Liban dans toute sa richesse et diversité. Un Liban qui ne peut exister et grandir que dans la Paix. Les paroles du Hezbollah ne peuvent que nous en éloigner. Il est grand temps que la société civile de tous bords, qui l'a compris, s'unisse et soit clairement représentée, pour vaincre aux prochaines échéances electorales

    Alfred Homsy

    13 h 37, le 16 août 2020

  • En effet, d'accord avec le forum, les médias lui déroulent une autoroute et lui érigent un podium, de ce fait ils se ridiculisent car il y a un long moment que le peuple libanais éduqué zappe ses radotages et ses index compulsifs. Ça nous servirait que chacun éteigne son poste et aille faire quelque chose d'intelligent dans les moments de délire de ce mégalo criminel.

    Je partage mon avis

    23 h 58, le 15 août 2020

  • Ces propos sont très surprenants pour plusieurs raisons: 1) S'opposer aux dirigeants actuels ne signifie pas "renverser l'Etat" sauf à confondre l'Etat avec les intérêts des dirigeants. C'est une excellente définition de l'Etat totalitaire! Dans l'Histoire, on a renversé des régimes et jamais un Etat. 2) Déclarer qu'il n'y pas de citoyens neutres au Liban est effarant! Cela voudrait dire que ceux qui ne sont pas de son bord politique sont ses ennemi jurés. Comment l'Etat peut-il protéger tous les citoyens s'il est dirigé par une telle vision sectaire et totalitaire? Où est la démocratie? 3) Au-delà de la recherche de coupables tiers qui auraient allumé la mèche, sont certainement coupables ceux qui ont gardé ce stock de nitrates en réserve dans un port surveillé en permanence par leur milice et leurs espions. 4) Y a-t-il seulement un sentiment de compassion pour ceux qui sont morts et tout perdu à Beyrouth? Ou avons-nous affaire à des extra-terrestres déterminés à tout contrôler y compris l'âme des gens et leur liberté de penser?!

    Jad Khallouf

    23 h 29, le 15 août 2020

  • Si il y a quelqu'un qui a saboté le pays c'est bien toi Nasrallah

    yves kerlidou

    21 h 03, le 15 août 2020

  • "Nasrallah qui a estimé que ce qui s'est passé en juillet 2016 était "une véritable guerre imposée par l'ennemi israélien contre le Liban sur décision des États-Unis". Il a peut-être la mémoire courte, mais pas les libanais. Tout le monde sait que c'est lui qui, par l'enlèvement de 2 soldats en territoire israélien a déclenché la guerre. Il l'avait lui-même reconnu à l'époque disant qu'il connaissait tous les plans israéliens et avait voulu déclencher la guerre au moment choisi par lui-même. Ce qui ne l'empêchait pas de se contredire une semaine plus tard en déclarant que s'il avait su que la réaction israélienne serait aussi violente, il ne l'aurait pas fait ! Quoi qu'il en soit, c'est bien lui le responsable des 1200 victimes et des destructions subies par le Liban. Et il ose s'en vanter ! Et célébrer cette catastrophe ! Si quelqu'un au volant de sa voiture tue un passant il va en prison et lui, volontairement fait tuer 1200 citoyens innocents, et personne n'ose lui demander des comptes !

    Yves Prevost

    20 h 55, le 15 août 2020

  • boycott, Hezbollah, Aoun et son entourage proche...les ignorer totalement

    Jack Gardner

    20 h 06, le 15 août 2020

  • A l olj Si vous avez du cran boycottez les discours de le oracle de la banlieue sud infâme

    Robert Moumdjian

    19 h 26, le 15 août 2020

  • "Certains ont tenté de renverser l'Etat et mener à la guerre civile..." C'est tout à fait vrai! Merci cheikh Hassan de nous avouer que vous avez raté votre plan...

    Algebrix

    19 h 19, le 15 août 2020

  • ET SI ON BOYCOTT LE SAYYED HASSAN NASRALLAH ? Au lieu de boycotter tout le monde sauf lui COMME LE FAIT L’OLJ (Si je suis publier alors chapeau)

    Bery tus

    15 h 36, le 15 août 2020

  • On peut reprocher au TSL sa lenteur (15 ans!) , mais certainement pas son manque de sérieux ou d'objectivité. Il est donc étonnant, s'il est prononcé que Nasrallah ne se sente pas concerné par un verdict de culpabilité concernant 4 de ses partisans. Il est pourtant évident que ces agents n'ont pu agir sans ordre, lequel ne pouvait venir que de lui-même. Autrement dit, même si les preuves ont été détruites, sa culpabilité personnelle ne fera alors de doute pour personne.

    Yves Prevost

    15 h 23, le 15 août 2020

  • Toujours les mêmes menaces pathétiques...il est rayé ton disque papi !!!

    In Lebanon we (still) Trust

    14 h 23, le 15 août 2020

  • 2006: 1200 morts libanais, des destructions de toute notre infrastructure, 160 morts Israéliens avec des dégâts mineurs pour eux. Elle est où la victoire divine? Faut arrêter la. Nous ne sommes pas des imbéciles. Dans n’importe quel pays du monde, un tel discours est équivalent à de la haute trahison.

    Bashir Karim

    13 h 48, le 15 août 2020

  • Il faut que les médias prennent exemple sur le peuple de la Biélorussie. Le président arrivé à être élu par la fraude s’est retrouvé seul devant un parterre vide de tous les médias pour vomir son discours. Les ouvriers, la fierté du pays se sont mis en grève et descendus dans la rue accompagnés de tout le corps médical qui ont tous déclarée une grève ouverte après les images de leurs jeunes tabassés par les forces de l’ordre et leurs arrestations. Le lendemain même ce dictateur s’est vu obligé de libérer tous les détenus mais cela n’a pas calmé la population après avoir vu les corps marqués par les coups reçus. Uni contre leurs tortionnaires. Quand le peuple libanais se réveillera pour demander en une seule voix et avec force l’arrêt de l’assassinat de leur pays et le leur?

    Sissi zayyat

    13 h 40, le 15 août 2020

  • Cette fois-ci les libanais ne seront pas seuls si vous jouez au feu cher Monsieur. Vous ne pourrez plus menacer les libanais comme avant: la soumission ou bien le feu ! Et ceux qui seront à leurs côtés sont beaucoup plus forts que vous et vos patrons. Vous le paierez très cher, cette fois-ci. Les mouvements en mer n’ont pas échappé au facteur venu porter des lettres persanes...

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 32, le 15 août 2020

  • Il y a toujours quelqu'un qui complote quelque chose et Hezbollah est toujours la victime. L'etat dont Hassan Nasrallah parle c'est son etat et celui de ses allies accrohes au pouvoir ce n'est guere l'etat des Libanais.

    EL KHALIL ABDALLAH

    13 h 12, le 15 août 2020

  • Je félicite la direction de la LBCI pour sa décision de ne plus transmettre des allocutions et autres chinoiseries en direct...surtout celles de ce monsieur venu d'un autre âge!

    Georges MELKI

    12 h 41, le 15 août 2020

  • "soit il s'agit d'un accident dû à un acte de négligence qui a enflammé le nitrate d'ammonium, soit il s'agit d'un acte de sabotage", a déclaré Hassan Nasrallah." Monsieur le Sayyed, la présence du nitrate d'ammonium au port de Beyrouth est en soi un acte de négligence monstre! Vos ministres, parmi d'autres, étaient au courant de la chose depuis 2014 et ils n'ont rien fait pour vider le hangar 12 de ces produits dangereux. Le Conseil des Ministres a même octroyé un permis d'importation de NA à la Société libanaise d\explosifs à raison de 100 tonnes par mois, et ce en octobre 2014!!! Qu'est ce qui a empêché Tammam Salam et son gouvernement, réunis pour discuter de l'octroi de ce permis, de prendre la décision de vendre la quantité stockée au Port au lieu de permettre des importations supplémentaires? Soit ils sont des abrutis finis(ce qui n'est pas impossible!), soit il y a une magouille quelque part...

    Georges MELKI

    12 h 38, le 15 août 2020

  • Comment un guignol vendu de son espèce ose, alors que tous les représentants et pas les moindres des grandes puissances sont à proximité de son poulailler, sortir et en ayant les pieds dans la merde pousser des petits cris de poule agacée parce qu’elle se sent agressée et contrariée par des projets de construction alors que le but n’était celui là, menacer publiquement les libanais de massacre puisque c’est de cela dont il s’agit et non de guerre civile vu qu’il est le seul à détenir des armes? COMMENT, COMMENT ET POURQUOI NOUS LE LAISSONS FAIRE. Ce qu’il sait c’est que sa fin est arrivée et pour se donner un peu de contenance, il lance des menaces à l’adresse des libanais pour les terroriser en leur promettant encore plus de sang si par malheur ils continuent à se révolter. L’armée libanaise a un grand rôle à jouer dans ce changement. Son rôle serait de protéger tous les libanais et non les pourchasser parce qu’en premier lieu ces libanais défendent l’honneur de la patrie qui a été piétiné et qui est l’armée libanaise. N’ayez pas peur pour vos postes vous ne seraient que plus honorables en épaulant les citoyens et en tournant le dos à tous les traitres, vous serez les héros de notre nation.

    Sissi zayyat

    12 h 07, le 15 août 2020

  • Non monsieur. Les députés qui ont démissionné ont eu un sursaut de dignité qualité qui semble manquer aux autres députés en place,FL en tête, alors que la population leur crache au visage. Non monsieur, ce n’est pas parce que on ne partage pas votre point de vue cela veut dire que l’on veut faire un coup d’Etat. L’Etat, par définition, appartient au peuple. Les gouvernants ne sont que de passage et sont choisis par ce même peuple. Lorsque le peuple ne veut plus d’eux, ils doivent partir. Non monsieur, personne ne veut d’une guerre civile car vous êtes les seuls à posséder des armes et que nous avons compris que la violence ne sert à rien. Cependant ne pensez pas que l’on vous craint, nous étions sur cette terre libanaise des siècles avant vous et nous demeurerons des centaines de siècles après vous.

    Liberté de Penser

    11 h 41, le 15 août 2020

  • Les dictatures modernes utilisent tout le savoir-faire de la légitimité formelle pour sauvegarder son pouvoir et asseoir ses dogmes. La démocratie garante de l’évolution et de l'alternance du pouvoir doit se réinventer; mais à quel pris la société moderne est prête à le faire.

    DAMMOUS Hanna

    11 h 16, le 15 août 2020

  • Si c'est lui le chef, il faut commencer par le mettre en prison, lui ! Les autres marionnettes criminelles suivront, un à un.

    TrucMuche

    11 h 15, le 15 août 2020

  • Pour Tonton Nasrallah, le mot PAIX lui procure les pires cauchemars: - plus de guerres alternées de danses Tango avec son voisin-cousin préféré du Sud...- plus de milice de moutons-suiveurs défilant en couleurs jaune- canari, donc plus de fabrication et culte du martyre, avec tout ce qui s'ensuit: cérémonies et émissions sans fin qui remplissent des heures sur leur chaine Al Manar - plus de discours répétant sans fin les mêmes menaces et accusations...panachées de tentatives de s'innocenter de tout ce dont on le soupçonne...Bref...plus d'emploi du temps financé et programmé par le Tonton guidé suprêmement à Téhéran...! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 58, le 15 août 2020

  • juste 1 petite question: pourquoi chaque 'responsable" qui se fele d'un discours evite-t-il de nommer les "certains"? le pays va à la derive, et on continue à jouer aux devinettes

    kindarji joseph

    10 h 45, le 15 août 2020

  • Le gouverneur effectif du Liban a dit son mot et tracé la feuille de route à moyen terme. -Pas de coup d'état qui renverse ses marionettes de Baabda. -pas de guerre civile malgré le "shiaa shiaa" et la demande à ses ouailles d'interioriser leur colère pour l'utiliser le moment venu. - Pas de gouvernement en vue sauf si conforme à ses exigences.

    DJACK

    10 h 21, le 15 août 2020

  • Une question simple et sans complexe ni arrière pensée ni pour attiser quoi que ce soit : peut on encore prétendre former, avec ce Monsieur et ses foules, une seule nation et un pays uni et indépendant ? Que ceux qui répondent oui expliquent comment. Personnellement je réponds NON car assez d’hypocrisie et de langue de bois. Nous appartenons à 2 mondes, 2 conceptions, 2 cultures, 2 philosophies, 2 civilisations diamétralement opposés

    Liberté de Penser

    09 h 57, le 15 août 2020

  • Sainte-Nitouche, le gars...

    Punjabi

    09 h 26, le 15 août 2020

  • Un attribut majeur des politiciens de ce pays (je n'ai pu écrire Nos Politiciens car je refuse leur repésentation), est leur prévisibilité et leur répétitivité...aucune originalité et aucun sens de l'innovation. Ah si, sauf pour ceux qui basculent d'un côté à l'autre puis de l'autre à l'un au gré du vent utilisant l'effet surprise. Des efforts pour se sauver la face. Sarcasme.

    CK

    09 h 00, le 15 août 2020

  • HEHEHEHEHE ! NASROULLAH HASSAN A BOUT DE NOUVEAUX MOTS SORTIS DE SON DICTIONNAIRE PERSAN ? COMME, D'AILLEURS SON PATRON ZARIF ? TELLEMENT A BOUT QU'IL N'A PAS TROUVE MIEUX QUE REPRENDRE CE QUE SON FRERE AVAIT DIT TOUT FIER: ILS PREPARAIENT UN COUP D'ETAT ! WOW NASROULLAH HASSAN ! IL DOIT VRAIMENT GIGOTER DANS SON ABRI A SENTIR LE SOUFFLE DES VEHICULES EMPORTANT SES ENNEMIS OCCIDENTAUX ICI ET LA, ACCLAMES MEME PAR PLUSIEURS DE SES CORELIGIONNAIRES D'AILLEURS PLEINS DE COMPASSION POUR LEURS CONCITOYENS EUX. MEME SON INDEX FAISAIT DEFAUT A NSAROULLAH !

    gaby sioufi

    08 h 54, le 15 août 2020

  • Même leitmotiv qui se répète à chaque fois et mêmes menaces et tentatives de réprimer les opinions par la terreur et la menace d'une guerre civile. Guerre civile entre qui et qui?? Et qui d'autre possède des armes (illégales)?? Donc il ne s'agit pas d'une menace de guerre civile mais d'une menace voilée envers le peuple libanais tout court. Comme pour dire nous vous attaquerons si vous osez penser différemment. Voila! Mais il est clair que la peur les hante..les fait trembler, qu'ils haussent le ton pour se donner une contenance, mais comme il serait bon qu'ils sachent que cela n'impressionne plus et n'effraie plus un peuple qui n'a plus rien à perdre et qui plus est, leur en veut à tous, tous meurtriers et plein de toupet en plus. Dégueulasse!

    CK

    08 h 51, le 15 août 2020

  • Non, l’équilibre de la terreur ne protège pas le Liban, il nous fait vivre constamment sur une corde raide. En fait , ce discours semble être un copié collé des positons de Aoun, ou est-ce l’inverse. Non, nous ne voulons plus des approches de ces 30 dernières années où votre mentor a imposé à notre peuple des alliances et un mode de vie contre natures et surtout menés à la gabegie actuelle. Trop c’est trop. Place aux nouveaux.

    Bashir Karim

    08 h 31, le 15 août 2020

  • Renverser l’état ? En plein jour ? D’ailleurs existe il ? C’est la démocratie. On est au Liban. Pas en Iran. Et non ! « Le plus grave » est tous les morts tombés pour vous tous. Des branleurs à cette heure ! Plus de 2 ans sont passées. Plus de 30 ans sont passées. Rien a été fait. Parlement ou cirque ? En plus de l’incompétence, de la tromperie, vous avez du sang sur vos mains. Quel culot. Li staho meto !

    Alors...

    07 h 27, le 15 août 2020

  • Le ridicule ne tue pas. Ce monsieur, qui n'a pas honte de declarer qu'il est totalement soumis a l'Iran, est le seul a comploter contre l'Etat libanais et il le fait depuis l'an 2000 Les politiciens Libanais le savent tres bien. Certains en profitent et d'autres ont peur de s'opposer a sa milice. Mais il faut esperer. il y a une fin a tout.

    Goraieb Nada

    07 h 24, le 15 août 2020

  • Guerre civile? Il ne peut y avoir de guerre civile que si ceux qui possèdent des armes les retournent vers l’intérieur. S’agit-il d’une menace?

    Gros Gnon

    02 h 42, le 15 août 2020

  • We had a so-called national unity government before the government of Dr. Diab, and it did nothing; no reforms, no solutions to the festering crises. Why can't we negotiate with Israel a settlement of our conflict, similar to Egypt and Jordan? Jordan has the largest population of Palestinians, most of whom were granted citizenship. Meanwhile, we allow Palestinians to languish in refugee camps while pretending to support their cause. Most of them were born in Lebanon and have not known any other country. This is pure hypocrisy. Most Lebanese refuse to engage in any more wars and conflicts.

    Mireille Kang

    02 h 17, le 15 août 2020

  • Mon Dieu, il est tellement prévisible que c’en est (presque) amusant. Il pourrait même réciter ses discours en play-back et se servir de la bande-son des années précédentes, on n’y verrait que du feu : “Complot d’Israel, bla-bla-bla ...”, “Complot et machinations contre notre bon président bien-aimé, re bla-bla-bla” , “Complot contre le parlement, re-re bla-bla-bla”, “L’Axe de la résistance vaincra, re-re-re bla-bla-bla “. Franchement, ce n’est même plus du comique de répétition ou du radotage en boucle tant les ficelles sont usées.

    DC

    01 h 05, le 15 août 2020

  • Toujours la même rengaine... le pire est que son public ne s’en lasse jamais et même en redemande

    Jad

    00 h 53, le 15 août 2020

  • Le muet qui parle aux sourds ! Mets tes lunettes et écoute comme ça sent bon ! Il a quand même eu droit lui aussi à son sosie effigie suspendu et pendu à la place des martyrs alors qu’il fallait le faire à la Costa Brava!

    PHENICIA

    00 h 42, le 15 août 2020

  • Le chef des mercenaires pro Iraniens menace les libanais Libres de guerres civiles... HN et le Hezbollah sont liés viscéralement à l’Iran et son guide, ils n’ont rien à faire des intérêts du Liban et de la majorité des Libanais. Mais le Président Aoun va-t-il se réveiller un peu!? Bassil peut-il se ressaisir!? Quel est l’intérêt des libanais et spécifiquement des chrétiens libanais de tourner le dos à l’occident?!

    Alexandre Husson

    00 h 31, le 15 août 2020

  • Les protestataires, la révolte, et tous ceux qui ont étaient trahis dans leurs alliances demandent la chute du mandat depuis bien longtemps. D’autres ont rejoints ce mouvement suite à l’apocalypse du 4 Août. La seule différence est qu’avant le 4 Août Nasrallah les ignoré tous et soudainement il les prend au sérieux. Parler de guerre civile est une projection de ce qu’il est capable de faire.

    Zovighian Michel

    00 h 20, le 15 août 2020

  • Gouvernement d'union nationale est une farce de guignol. Msgr Nasrallag, que Dieu ait son ame, l'a bien dit lorsqu'il a dit "comment voulez-vous gouverner lorsque une partie tire vers l'avant. Et l'autre vess l'arriere". Une democratie c'est une majorite qui rend des comptes a une minorite qui l'observe. Votre force est dans vos armes. Et c'est la faute a Lahoud et a Aoun de vous avoir laisser faire. Dans tout autre pays vous tous auriez ete dans une prison a vie pour traitrise. Que Dieu vous damne.

    Jean Michael

    00 h 17, le 15 août 2020

  • Et re belote, notre triste HN persiste et signe.... Comprenez son message entre les lignes: 1- que personne ne s’aventure à parler de gouvernement apolitique: c’est la guerre civile garantie ( sous-entendu nos milices investissent les rues et malheur à qui s’y trouve), 2- OK pour un gouvernement d’union nationale (style du sieur Diab, avec variantes cosmétiques pour noyer le poisson) 3- n’importe qui veut la démission du président prône un coup d’état et ça finira mal pour lui 4- notre victoire divine sur Israël a créé un équilibre de la terreur et protégé notre pays et vos enfants de l’agressivité d'Israël: soyez reconnaissants, bande d’ingrats 5- cette explosion apocalyptique à Beyrouth n’est que le résultat d’une bande d’inconscients à qui on va tirer les oreilles: que voulez-vous, ce sont des accidents qui arrivent dans les meilleures familles..6- et puis, votre fameux TSL et ses accusations bidon, vous pouvez vous en torcher le c.., et si quelqu’un veut l’utiliser contre nous dans la rue, vous savez bien de quoi on est capable.... Alors, à bon entendeur, salut.... Notre pays carrément pris en otage à tous points de vues, régime de terreur en coulisses et, seulement un changement radical des données géopolitiques régionales pourrait donner un espoir de sortie de ce cauchemar!... En attendant, c’est le sauve qui peut collectif, chacun pour soi et la merde pour tous!

    Saliba Nouhad

    00 h 10, le 15 août 2020

  • Rien à dire car ca ne sert à rien de commenter ces inepties. Mais il est certain que la fin du Hezbollah s'approche ainsi que de tous les traitres et les voleurs de la nation. Le Grand Liban est éternel.

    carlos achkar

    00 h 03, le 15 août 2020

  • On s'attendait à savoir à qui appartenait le nitrate. On est resté sur notre faim.

    Esber

    23 h 57, le 14 août 2020

  • ET C,EST CE TRYPTIQUE QUI A DETRUIT COMPLETEMENT LE PAYS ET LE MENE A LA CATASTROPHE GENERALE. ASSEZ DE NOUS MENACER DE GUERRE CIVILE DANS TOUS VOS DISCOURS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 47, le 14 août 2020

  • Merci monsieur le secrétaire, Vos sorties sont très importantes car tout le monde sait que vous êtes le réel président des libanais et il est important de prendre l’opinion de nos dirigeants. Nous vous invitons à demander la démission à votre employé, Michel Aoun. Ne vous en faites pas, dans notre nouveau pacte national vous pourrez vous présenter officiellement pour la présidence, puisqu’elle sera accessible à tous les libanais. Et nous vous remettrons officiellement un allé simple en Iran retrouvez votre patrie de cœur. Vous êtes un traître et mettez les priorités d’un pays étranger avant le vôtre. Sachez que notre pays n’est d’aucune importance pour vous et qu’il ne possède aucune ressources intéressantes. Nous avions le tourisme mais vous vous en êtes occupés et il est maintenant absent. Par conséquent, laissez nous avec notre liban détruit on a plus rien à vous donnez. Nous vous souhaitons une bonne continuation!!!

    Montana

    23 h 43, le 14 août 2020

  • S'il ya quelqu'un qui doit se taire aujourd'hui c'est bien hassan. Une déclaration complètement inutile... Alors que le peuple paie le prix de la destruction de l'état soutenue par le hezb à la grande satisfaction d'Israël qui, coupable ou non du désastre du port n' en est pas moins ravi ! C'est sûrement le meilleur cadeau qu'israel reçoit ce mois ci ainsi que l'accord signé avec les emirats....

    Wlek Sanferlou

    23 h 17, le 14 août 2020

  • Il n'a pas dit à qui appartenait le nitrate d'argent.

    Esber

    23 h 11, le 14 août 2020

  • Notre meilleur comique du moment ... il se répète un peu non ?

    Zeidan

    23 h 05, le 14 août 2020

  • HN hausse clairement le ton ce qu’il ne fait que quand il se sent menacé lui ou le régime qui le soutient.

    Marionet

    22 h 41, le 14 août 2020

  • Une seule partie peut mener le pays à la guerre civile et c’est vous, l’Etat rebelle, dans l’Etat. Quand à renverser l’Etat, vous l’avez fait depuis longtemps vous-même, il s’agit aujourd’hui de le restaurer, et de renverser l’ordre milicien que VOUS avez imposé.

    LeRougeEtLeNoir

    22 h 41, le 14 août 2020

  • CEUX QUI ONT RENVERSE L,ETAT DEPUIS DES ANNEES ET NE LE LAISSENT PAS TRAVAILLER EN TANT QUE TEL SONT TOUT INDIQUES ET S,INDIQUENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 41, le 14 août 2020