Rechercher
Rechercher

Repère

Normalisation entre les Emirats et Israël: les principales réactions

L'agence de presse iranienne affiliée aux Gardiens de la Révolution affirme que l'accord est "honteux".

Normalisation entre les Emirats et Israël: les principales réactions

La mairie de Tel Aviv éclairée aux couleurs du drapeau émirati le 13 août 2020. AFP / JACK GUEZ

Les Emirats arabes unis et Israël ont convenu jeudi de normaliser leurs relations, dans le cadre d'un accord historique négocié par les Etats-Unis et qui, une fois signé, ferait d'Abou Dhabi la troisième capitale arabe seulement à suivre ce chemin depuis la création de l'Etat hébreu. Annoncé en premier par le président américain Donald Trump sur Twitter, cet accord verra Israël mettre fin à ses récents projets d'annexion en Cisjordanie occupée, selon les Emirats. Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas confirmé, loin de là: l'annexion de pans de ce territoire palestinien occupé est "reportée" mais Israël n'y a "pas renoncé", a-t-il précisé.

Voici les principales réactions à l'annonce de la normalisation des relations :

- L'ONU :  Saluant cette avancée dans un communiqué transmis par son porte-parole, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a confié espérer que cet accord créerait "une occasion pour les dirigeants israéliens et palestiniens de reprendre des négociations substantielles, débouchant sur une solution à deux Etats conformément aux résolutions onusiennes en la matière". M. Guterres a rappelé qu'il avait toujours milité pour la suspension des projets israéliens d'annexion en Cisjordanie occupée, une mesure qui est inclue dans l'accord, même si le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a évoqué qu'un "report". "La paix au Moyen-Orient est plus importante que jamais, alors que la région est confrontée aux graves menaces du Covid-19 et de la radicalisation", a souligné le chef de l'ONU.

- La France : "La décision, prise dans ce cadre par les autorités israéliennes, de suspendre l'annexion de territoires palestiniens est une étape positive, qui doit devenir une mesure définitive", a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian dans un communiqué. "L'état d'esprit nouveau dont témoignent ces annonces doit désormais permettre la reprise des négociations entre Israéliens et Palestiniens en vue de l'établissement de deux Etats dans le cadre du droit international et des paramètres agréés, qui est la seule option pour permettre une paix juste et durable dans la région", a-t-il ajouté.

- La Grande-Bretagne : "La décision des Emirats et d'Israël de normaliser leurs relations est une excellente nouvelle, a dit le Premier ministre britannique, Boris Johnson. J'espérais profondément que l'annexion ne se poursuivrait pas en Cisjordanie et l'accord d'aujourd'hui visant à suspendre ces projets est une étape bienvenue sur la voie d'un Moyen-Orient plus pacifique."

- L'Iran : L'accord est une "stupidité stratégique d'Abou Dhabi et de Tel-Aviv qui renforcera sans aucun doute l'axe de résistance dans la région", a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères. Tasnim, l'agence de presse iranienne affiliée aux Gardiens de la Révolution, a déclaré que l'accord était "honteux". 

- La Turquie : "Les Emirats arabes unis s'efforcent de présenter cela comme une sorte de sacrifice pour la Palestine, alors qu'ils trahissent la cause palestinienne pour servir leurs petits intérêts", a réagi dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères.

- L'Egypte: "J'ai suivi avec attention le communiqué tripartite des Etats-Unis, de l'Etat frère des Emirats arabes unis et d'Israël sur l'arrêt de l'annexion des territoires palestiniens par Israël", a tweeté le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, saluant "une étape" vers la "réalisation de la paix au Moyen-Orient". "J'apprécie les efforts des artisans de cet accord pour la prospérité et la stabilité de notre région", a ajouté M. Sissi dont le pays est signataire, également sous la tutelle de Washington, du premier traité de paix avec l'Etat hébreu en 1979. 

- Bahreïn : "Le royaume salue les efforts diplomatiques déployés par les Emirats arabes unis. Cette étape historique contribuera au renforcement de la stabilité et de la paix dans la région", a rapporté l'agence de presse officielle, Bahrain News Agency (BNA).

- La Jordanie : Ayman Safadi, chef de la diplomatie jordanienne n'a ni salué ni rejeté l'accord. Il a affirmé que son avenir dépendrait des prochaines actions d'Israël, qui doit mettre un terme à "son entreprise illégale" d'occupation de territoires, qui mine les efforts de paix, ainsi qu'à "ses violations des droits des Palestiniens". M. Safadi a appelé Israël à s'engager "dans des négociations actives, directes et sérieuses de paix sur la base d'une solution à deux Etats". La Jordanie est le second pays arabe après l'Egypte à avoir signé un traité de paix avec Israël en 1994. Un peu plus de la moitié de la population du royaume est d'origine palestinienne. La Jordanie soutient "tout effort concret qui contribue à atteindre une paix juste et globale, met un terme à l'occupation israélienne et garantit les droits légitimes du peuple palestinien", a poursuivi M. Safadi. Le royaume continuera à travailler avec ses alliés dans ce but, a-t-il ajouté, insistant sur le fait que la région était toutefois à "un carrefour: soit la paix... ou un conflit dont Israël sera responsable". 





Les Emirats arabes unis et Israël ont convenu jeudi de normaliser leurs relations, dans le cadre d'un accord historique négocié par les Etats-Unis et qui, une fois signé, ferait d'Abou Dhabi la troisième capitale arabe seulement à suivre ce chemin depuis la...

commentaires (4)

- « Comme deux amants qui se tournaient autour depuis quelque temps ... » Très bien trouvé! Bien qu’en vérité, il y a belle lurette qu’au Moyen Orient tout-le-monde couche avec tout-le-monde, pendant que nous prétendons stupidement sauvegarder notre virginité... Pas question que nous soyons une sainte-ni-touche non plus, loin de là, juste une mauvaise fille prétentieuse! Et combien de malheurs nous aura couté ce jeu au fil des ans? Combien aurions-nous pu gagné en avancement, en opportunités, en sécurité, en prospérité, en qualité de vie et surtout en félicité d’avoir nos familles autour de nous réunies plutôt que déchiquetées? Oui, il est grand temps d’envisager la paix, avant la neutralité. Nous ne sommes pas venus sur cette terre pour n’être rien d’autre qu’une monnaie de change dans les guerres d’autrui. Nous aimerions bien avoir quelques années à vivre en paix et dans la paix et pouvoir léguer autre chose à nos enfants que de la haine et du baroud. Si nous attendons que tout le monde passe avant avant nous, nous serons encore une fois perdants sur tous les tableaux car ce sera une paix obligée et non négociée.

Fady Abou Hanna

14 h 42, le 14 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • - « Comme deux amants qui se tournaient autour depuis quelque temps ... » Très bien trouvé! Bien qu’en vérité, il y a belle lurette qu’au Moyen Orient tout-le-monde couche avec tout-le-monde, pendant que nous prétendons stupidement sauvegarder notre virginité... Pas question que nous soyons une sainte-ni-touche non plus, loin de là, juste une mauvaise fille prétentieuse! Et combien de malheurs nous aura couté ce jeu au fil des ans? Combien aurions-nous pu gagné en avancement, en opportunités, en sécurité, en prospérité, en qualité de vie et surtout en félicité d’avoir nos familles autour de nous réunies plutôt que déchiquetées? Oui, il est grand temps d’envisager la paix, avant la neutralité. Nous ne sommes pas venus sur cette terre pour n’être rien d’autre qu’une monnaie de change dans les guerres d’autrui. Nous aimerions bien avoir quelques années à vivre en paix et dans la paix et pouvoir léguer autre chose à nos enfants que de la haine et du baroud. Si nous attendons que tout le monde passe avant avant nous, nous serons encore une fois perdants sur tous les tableaux car ce sera une paix obligée et non négociée.

    Fady Abou Hanna

    14 h 42, le 14 août 2020

  • Peut etre Amine Gemayel aurait du signer cet accord de paix avec israel qui avait eu l'approbation des deputes mais il a pu peur que la Syrie ferme ses frontieres et probablement d'etre tue comme son frere Bachir RECONNAISSONS AUJOURDH'UI QUE LE LIBAN AURA ETE EPARGNE DE TOUS LES MALHEURS QU'IL A SUBIT DEPUIS 1986 A CE JOUR , LA VERITE LES DECISIONS LES PLUS DIFFICILES A PRENDRE SONT TOUJOURS LES MEILLEURS POUR L'AVENIR D'UN PAYS

    LA VERITE

    14 h 08, le 14 août 2020

  • Quant à nous, au Liban, nous serons les derniers à normaliser nos relations avec l'Etat hébreux: nous avons été, nous sommes et nous resterons le dernier bastion du refus, de la confrontation et de la...stupidité!

    Georges MELKI

    09 h 47, le 14 août 2020

  • IL N.Y A QUE L,IRAN POUR VOIR LES CHOSES D,UN OEIL AVEUGLE POUR SES INTERETS PROVOCATEURS DANS LA REGION.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 14, le 14 août 2020