Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

L'ancien ministre et député Ghazi Zeaïter demande la levée de son immunité à Berry

L'ancien ministre et député Ghazi Zeaïter demande la levée de son immunité à Berry

Le député et ancien ministre libanais Ghazi Zeaïter. Photo d'archives Dalati et Nohra

L'ancien ministre et député Ghazi Zeaïter a annoncé jeudi qu'il avait été convoqué dans le cadre de l'enquête judiciaire sur la double explosion du 4 août dans le port de Beyrouth, demandant au président du Parlement, Nabih Berry, de lever son immunité dans ce contexte. 

Les explosions ont eu lieu dans un hangar du port de Beyrouth contenant 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium, stockés sans mesures de précaution, selon les explications officielles. Ces matières explosives se trouvaient à Beyrouth depuis 2013. La présence de ces produits était connue des autorités depuis des mois, voire des années et la rue tient les dirigeants responsables de la catastrophe. 

"Je serai le premier des ministres des Travaux publics et des Transports à me présenter devant la justice", a déclaré M. Zeaïter, qui a détenu ce portefeuille dès février 2014, au sein du gouvernement de Tammam Salam. "Je demande à Nabih Berry, qui est celui qui tient le plus à ce que toute la vérité soit faite, de lever mon immunité parlementaire et de prendre toutes les mesures nécessaires", a ajouté le député, membre du mouvement Amal du chef du Législatif. 

Selon une source judiciaire citée mercredi par l’AFP, le parquet doit interroger à partir de ce jeudi plusieurs ministres, anciens et actuels. "L’interrogatoire va commencer vendredi avec l’ex-ministre des Travaux publics Ghazi Aridi, avant la convocation la semaine prochaine" de trois autres ministres au moins, dont l’actuel ministre démissionnaire des Travaux publics Michel Najjar, avait précisé la source. Des ministres des Finances ou de la Justice, anciens ou actuels, seront également convoqués, d’après cette source.

Lundi, le directeur de la Sécurité de l’État, le général Tony Saliba, avait été entendu pendant plusieurs heures par l’avocat général près la Cour de cassation. Il n’avait pas été mis en détention après son témoignage, mais s’était engagé à rester à la disposition de la justice. Ces convocations se poursuivent après le placement en détention du directeur des Douanes, Badri Daher, son prédécesseur Chafic Merhi et le directeur général du port de Beyrouth, Hassan Koraytem.

Par ailleurs, le Conseil supérieur de la magistrature ne s'est toujours pas entendu sur le nom du juge qui sera chargé de mener l'instruction devant la Cour de justice, chargée par le gouvernement du suivi de l'affaire des explosions. A savoir que l'enquêteur judiciaire en charge de l’enquête préliminaire dans une affaire déférée devant la Cour de justice est à la fois juge d’instruction et procureur. Depuis hier, le CSM a refusé plusieurs noms présentés par la ministre démissionnaire de la Justice, Marie-Claude Najm.



L'ancien ministre et député Ghazi Zeaïter a annoncé jeudi qu'il avait été convoqué dans le cadre de l'enquête judiciaire sur la double explosion du 4 août dans le port de Beyrouth, demandant au président du Parlement, Nabih Berry, de lever son immunité dans ce contexte. 

Les explosions ont eu lieu dans un hangar du port de Beyrouth contenant 2.750 tonnes de nitrate...