Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Hariri interpellé par des dizaines de Beyrouthins en colère dans le centre-ville

Hariri interpellé par des dizaines de Beyrouthins en colère dans le centre-ville

L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri. Photo d'archives Reuters

L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri, en tournée sur les lieux détruits par la double explosion de mardi dans le port de mardi, a été interpellé mercredi par des dizaines de personnes, alors qu'il se trouvait dans le centre-ville de Beyrouth. 

M. Hariri, lors de sa visite sur les lieux du sinistre, s'est rendu sur la tombe de son père, l'ancien président du Conseil Rafic Hariri, assassiné en 2005. "Hier, ils ont tué Beyrouth", a-t-il déclaré. Il a ensuite dû faire face à des dizaines de personnes, qui se trouvaient sur place pour venir en aide aux personnes sinistrées, et qui ont scandé des slogans du soulèvement populaire du 17 octobre et l'ont exhorté à "ne plus rêver" de revenir à la tête du gouvernement. "Révolution, Révolution", ont-ils crié au passage du chef du Courant du Futur. Saad Hariri avait démissionné quelques jours après le début du grand mouvement de contestation d'octobre.

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) devrait rendre vendredi son jugement dans le procès lancé contre quatre personnes accusées d'avoir organisé l'assassinat de Rafic Hariri, le 14 février 2005. Saad Hariri devait, dans ce cadre, partir pour l'Europe afin de se rendre à La Haye, aux Pays-Bas, où le jugement doit être prononcé. Il a toutefois reporté cette visite en raison de la catastrophe survenue mardi.

Mardi, deux immenses explosions ont eu lieu dans l'après-midi dans le port de Beyrouth, où étaient stockées plus de 2.700 tonnes de nitrate d'ammonium, un comburant hautement explosif au contact d'un produit inflammable. La déflagration, lors de l'explosion de l'entrepôt où étaient stockés ces matières, a provoqué des scènes de dévastation et de panique dans la capitale libanaise, déclarée ville "sinistrée". Une centaine de personnes sont décédées lors de l'explosion et plus de 4.000 ont été blessées. Le Liban observe, ce mercredi, une journée de deuil national.


L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri, en tournée sur les lieux détruits par la double explosion de mardi dans le port de mardi, a été interpellé mercredi par des dizaines de personnes, alors qu'il se trouvait dans le centre-ville de Beyrouth. M. Hariri, lors de sa visite sur les lieux du sinistre, s'est rendu sur la tombe de son père, l'ancien président du Conseil Rafic...