Rechercher
Rechercher

Finances

Byblos Bank accuse des pertes de 122 millions de dollars en 2019

Byblos Bank a publié hier ses résultats financiers pour l’année 2019, totalisant des pertes de 122 millions de dollars « pour la première fois depuis sa fondation il y a soixante ans ». Les pertes proviennent essentiellement de l’augmentation des « provisions collectives » concernant les créances douteuses de ses clients, ainsi que les pertes anticipées concernant ses investissements en eurobonds – titres de dette en devises – et en certificats de dépôts auprès de la Banque du Liban.

Ainsi, le total des actifs de la banque a chuté de 12 % en 2019 pour atteindre 21,92 milliards de dollars, résultant d’une baisse des dépôts de 5,9 %, totalisant ainsi 17,38 milliards de dollars, et de celle des prêts qui ont chuté de 18 % pour tomber à 4,47 milliards de dollars. Les fonds propres de Byblos Bank ont également baissé de 13 % pour atteindre 1,95 milliard de dollars, suite aux pertes accusées en 2019.

Byblos Bank n’a pas toutefois relayé les observations des auditeurs de ses comptes, alors que ceux chargés de contrôler les résultats financiers de la BLOM Bank, publiés il y a deux semaines environ (Ernst & Young ainsi que BDO, Semaan, Gholam & Co), avaient émis une «  adverse opinion  » (opinion défavorable). La semaine dernière, l’agence de notation américaine Moody’s a retiré les notations de Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank, avançant que les informations dont elle disposait étaient « insuffisantes » ou « inadéquates » quant à « la solvabilité de l’émetteur ou de l’obligation » pour permettre de maintenir la notation. Elle a également dégradé la notation souveraine du pays, à « C » soit la plus basse note possible. En mars dernier, le Liban a fait défaut sur ses obligations d’État en devises, tandis que les négociations entamées en mai pour décrocher une assistance financière du Fonds monétaire international sont au point mort.


Byblos Bank a publié hier ses résultats financiers pour l’année 2019, totalisant des pertes de 122 millions de dollars « pour la première fois depuis sa fondation il y a soixante ans ». Les pertes proviennent essentiellement de l’augmentation des « provisions collectives » concernant les créances douteuses de ses clients, ainsi que les pertes anticipées...

commentaires (0)

Commentaires (0)