Rechercher
Rechercher

Dette

Moody’s retire les notes de Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank

L'agence explique sa décision par le fait que les informations sont "insuffisantes" ou "inadéquates" pour permettre de maintenir la notation.

Moody’s retire les notes de Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank

Le siège social de l'agence américaine Moody's basée à New York, aux Etats-Unis. Photo d'archives AFP

Après avoir dégradé la notation souveraine libanaise lundi, passant de “Ca” à “C”, la plus basse note qu'elle puisse attribuer, Moody's, l’une des principales agences de notation américaine, a retiré jeudi les notations des trois banques libanaises qu’elle observe – Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank.

Moody's explique sa décision par le fait que les informations sont "insuffisantes" ou "inadéquates" pour permettre de maintenir la notation. Sur son site, l'agence explique que cette situation ne lui permet pas “d’évaluer efficacement la solvabilité de l'émetteur ou de l’obligation”. Cet argument est mis en avant lorsque “l'émetteur refuse de fournir les informations demandées par Moody’s", des informations que l'agence "ne peut obtenir via les canaux publics”.

Les trois autres situations dans lesquelles l'agence peut décider de retirer sa notation - qui ne sont pas évoquées pour le cas des trois banques libanaises - sont la “faillite/réorganisation/liquidation”, les “raisons commerciales” et enfin “l’obligation arrivée à maturité (elle ne peut donc plus être achetée ou vendue sur le marché secondaire, n'intéressant alors plus les investisseurs, ndlr)”.

Signification

Le rôle d’une agence de notation est d’indiquer le risque d’insolvabilité de l’émetteur aux potentiels investisseurs. Ainsi, le retrait de cette note signifie que Moody’s ne peut plus évaluer le risque de ces banques concernant leurs dettes envers les déposants, en devises et en monnaie nationale, à long et court terme, sans oublier le risque de défaillance envers leurs créanciers (Couterparty Risk). Un retrait de notation signifie, pour la chercheuse Federica Salvadè qui a étudié en 2014 ces cas en Europe et aux Etats-Unis durant la période allant de 2001 à 2011, que l'entreprise “n’a (plus) aucune valeur pour les investisseurs”.

Le retrait signifie également qu’il sera plus compliqué pour les banques libanaises d’émettre de nouvelles actions et donc de recapitaliser les banques, les investisseurs prenant en compte la notation des agences. Or, la Banque du Liban (BDL) a demandé à toutes les banques libanaises, dans sa circulaire n° 532 de novembre 2019, d'augmenter de 20 % leurs fonds propres par rapport au niveau du capital au 31 décembre 2018 avant le 30 juin (une augmentation à effectuer en deux temps). Ce afin de renforcer la solvabilité des établissements bancaires dans un contexte de crise économique et financière aiguë, doublé d’une dépréciation de la livre et marqué par les restrictions sur les retraits et les transferts vers l’étranger. Dans son plan de redressement économique voté le 30 mai, le gouvernement de Hassane Diab a, en outre, évoqué son intention de restructurer le secteur. La BDL a d’ailleurs créé le 16 juillet une commission à ce but.

Suite à l'annonce, fin février par le Liban, d'un défaut de paiement sur ses eurobonds arrivant à maturité le 9 mars dernier - le gouvernement a ensuite déclaré, en mars, la suspension du remboursement de sa dette en devises-, Moody’s, avait alors dégradé la notation souveraine libanaise de “Caa2” à “Ca”, soit dette ultra spéculative. L'agence a par la suite répercuté sa notation sur celles des banques. Ainsi, la notation des dépôts à long terme en livres était évaluée à “Caa3” (obligation de basse qualité et à haut risque), tandis que ceux en devises étaient évalués à “ Ca”.

Pour rappel, ce sont les banques qui soumettent leur candidature pour figurer dans la liste des établissements observés par les agences de notation, ce qui explique que seules ces trois banques soient citées. Cette évaluation tend néanmoins à refléter l’état de l’ensemble du secteur, qui est fortement exposé à la dette publique libanaise, évaluée à 92,9 milliards de dollars à fin avril. La banque centrale détenait 58,8 % de la dette en livre à fin avril, contre 51,7 % à la même période l’année passée, devant les banques commerciales, 28 % contre 34 %. Les chiffres concernant leur détention d'eurobonds ne sont pas clairement communiqués.

Les deux autres agences de notation, Fitch et Standard & Poor's (S&P) avaient noté respectivement Bank Audi et Byblos Bank à “RD”(restricted default) en décembre 2019; et Bank Audi, BLOM Bank et Bankmed à “SD” (selected default). Depuis mars, la notation souveraine est la même que celle des banques du pays.

Dans son communiqué de lundi, Moody’s a considéré que le défaut de paiement de mars dernier de l’État libanais sur ses eurobonds constitue une perte pour les investisseurs de "plus de 65%". L’agence prévoit que le ratio dette/PIB, évalué à 175,6% par le gouvernement en 2019, dépassera les 200% cette année, en raison de la dévaluation à 3 500 livres pour un dollar programmé par l’exécutif dans son plan de redressement. Elle a émis également des doutes concernant l’obtention de l’aide financière que le Liban a demandé début mai au Fonds monétaire international (FMI), ainsi que celle provenant d’autres investisseurs internationaux, comme la CEDRE d’avril 2018, avec une grande probabilité "qu’aucun des deux ne (soit) octroyé dans les prochains mois".


Après avoir dégradé la notation souveraine libanaise lundi, passant de “Ca” à “C”, la plus basse note qu'elle puisse attribuer, Moody's, l’une des principales agences de notation américaine, a retiré jeudi les notations des trois banques...

commentaires (8)

Caa2, Caa3, Ca, C, tout cela ne veut rien dire. La SEULE notation qui sied à une banque Libanaise est "Caca"...

Gros Gnon

09 h 29, le 01 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Caa2, Caa3, Ca, C, tout cela ne veut rien dire. La SEULE notation qui sied à une banque Libanaise est "Caca"...

    Gros Gnon

    09 h 29, le 01 août 2020

  • C’est la facture Hezbollah qu’on en enfonce dans le gosier!

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 11, le 31 juillet 2020

  • L’Etat a suffisamment atermoyé. Il lui faut reconnaître la situation catastrophique de nos banques : Elles ont irrémédiablement perdu la confiance du public et ne sont plus en mesure de jouer le rôle qui leur est imparti. Dans l’attente de la fondation de nouvelles banques il faut prendre des mesures urgentes pour sauvegarder les intérêts des déposants. Il faut nommer des liquidateurs surveillés par la société civile pour écarter les anciens dirigeants et conseils d’administration et les empêcher de disposer de ce qui reste des actifs. Dans l’attente des décisions qui doivent être prises en ce qui concerne le règlement des dettes de l’état, les actifs réalisés devront être répartis entre les déposants au prorata de leurs dépôts en réservant une priorité aux petits déposants. La Banque du Liban devra être remplacée par un institut d’émission (currency board) et le Code de la Monnaie et du Crédit devra être amendé en conséquence. Pour faciliter la création de nouvelles banques il faudra créer une zone franche bancaire ouverte aux banques étrangères qui désireraient s’y établir.

    Moussalli Georges

    13 h 21, le 31 juillet 2020

  • La première réforme / projet à mettre en œuvre, c’est de débuter la construction de nouvelles prisons....

    Bassoul Elie

    12 h 12, le 31 juillet 2020

  • Quand on vole pendant trente ans... Et plus !

    TrucMuche

    11 h 14, le 31 juillet 2020

  • Oublions toutes ces notations. Tous les pays sont, avec le corona, dans le rouge vif. Qu'ils s'occupent de leurs catastrophes, et nous fichent la paix. Leurs agressivités vis-à-vis de notre pays, a aggravé la crise financière et monétaire. Genre de complot à visée politique, et rien d'autre.

    Chahine

    11 h 00, le 31 juillet 2020

  • les bandits.

    Marie Claude

    10 h 07, le 31 juillet 2020

  • C,EST L,EFFONDREMENT TOTAL DU PAYS. VINGT SIX MOIS SONT PASSES DEPUIS LA CEDRE DE PARIS ET AUCUNE REFORME N,A ETE DECIDEE PAR LES INCOMPETENTS QUI GOUVERNENT ENCORE LE PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 01, le 31 juillet 2020