Rechercher
Rechercher

Reportage

Place des Martyrs, des contestataires, menés par Roukoz, réclament la démission de Aoun

Un millier de personnes ont répondu hier à l’appel à manifester du Mouvement des anciens combattants pour le salut du pays, soutenu par le fondateur du parti Citoyens, citoyennes dans un État, Charbel Nahas.

Place des Martyrs, des contestataires, menés par Roukoz, réclament la démission de Aoun

« Je veux un État qui m’accorde mes droits et non pas qui m’exploite pour obtenir des fonds qu’il volera par la suite », peut-on lire sur une pancarte.

« Kellon, yaani kellon » (Tous, sans exception). En ce vendredi de la mi-juillet, le slogan phare de la contestation populaire du 17 octobre 2019 retentit une nouvelle fois, place des Martyrs, noyé dans les chants patriotiques et révolutionnaires diffusés par une sono hurlante. Un millier de personnes tout au plus se retrouvent, répondant à l’appel du Mouvement des anciens combattants pour le salut du pays, parrainé par le général à la retraite Chamel Roukoz et député du Kesrouan, pour réclamer la démission de tous les pôles du pouvoir, chef de l’État en tête, mais aussi président du Parlement et Premier ministre. Elles demandent la formation d’un gouvernement indépendant doté de pouvoirs législatifs exceptionnels, l’organisation de législatives anticipées et la mise en place d’un pouvoir laïc qui ne soit pas régi par le confessionnalisme politique.

Lire aussi

Marche à Beyrouth contre la répression et les « voyous »

Les retraités de l’armée libanaise et leurs familles sont majoritaires. Ils attendent impatiemment l’arrivée du parrain de l’événement, le député Chamel Roukoz, gendre du chef de l’État, qui doit prononcer son discours. Quelques familles sont aussi venues, dans l’espoir de redonner vie au soulèvement populaire. Les représentants du parti politique Citoyens et citoyennes dans un État, fondé par l’ancien ministre Charbel Nahas, affichent, eux, une présence en force, avec calicots et slogans. Ils scandent en chœur leurs revendications au rythme d’un tambour. « Le pouvoir a échoué. Nous réclamons un gouvernement de transition. Nous voulons un État laïc et ne voulons ni de Saad (Hariri) ni de Baha’ (son frère) », chantent-ils. On tente de les faire taire, prétextant le respect à la prière du soir. Car Chamel Roukoz et Charbel Nahas arrivent. Les deux hommes espèrent unifier le directoire de la contestation populaire. « Nous tentons de former un front commun d’opposition », explique Ramy Saleh, un partisan de Citoyens et citoyennes dans un État. « Désormais, nos mouvements sont politiques car nous avons l’alternative, le plan et la vision », assure-t-il à L’Orient-Le Jour.

« Cet effondrement ne leur suffit-il pas ? »
La manifestation prend alors des allures de meeting électoral. Dans l’attente des discours, embrassades et accolades sont de mise. Oubliés le masque protecteur et la distanciation sociale. Les nouvelles atteintes au coronavirus ont pourtant dépassé les 100 cas au cours des dernières vingt-quatre heures.

« Nous voulons le respect des droits des retraités de l’armée, comme ceux du peuple libanais », explique l’adjudant-chef à la retraite Tony Keyrouz. Mais la politique n’est pas loin. « Nous voulons le départ de ce pouvoir corrompu qui a volé les deniers publics et ceux du peuple. Leur place est en prison », ajoute-t-il. Dans la foule compacte, trois femmes arborent drapeaux libanais et emblèmes militaires. « Nos revendications sont sociales, dit Viviane, l’une d’entre elles. Nous voulons une carte de santé, l’assurance-vieillesse et une éducation de qualité pour nos enfants. » Rapidement, cette épouse de retraité de l’armée fait part de son soutien à Chamel Roukoz. « Je sais bien qu’il est proche du pouvoir par son épouse. Mais le fait que des proches du pouvoir se révoltent ne peut que renforcer la contestation populaire », soutient-elle.

Lire aussi

Chamel Roukoz à « L’OLJ » : Nous demandons des comptes au pouvoir dans son ensemble

Debout, à l’écart du brouhaha, Magida Nahas ne peut s’empêcher de crier sa frustration. « Cela suffit. Qu’ils s’en aillent ! Cet effondrement ne leur suffit-il pas ? Et tout le chômage qui va avec ? » Farah et Hussein, un couple en short et tee-shirt, ont fait le déplacement à cause de « la situation catastrophique du pays », de la cherté de la vie, des droits bafoués des citoyens, du chômage dont souffre le jeune homme. « Nous ne pouvons plus rester chez nous à attendre que tel ou tel soutienne ou non les appels à manifester, lance la jeune femme. Il est de notre devoir de protester. Et puis, l’armée libanaise est la seule en laquelle nous avons vraiment confiance. Ses revendications sont d’ailleurs justifiées. »

« Je ne peux me taire et oublier la cause suprême. Toute la caste au pouvoir doit démissionner », a affirmé Chamel Roukoz. Photos João Sousa

La présidence divise les contestataires
À travers les propos du couple, transparaissent les divisions qui minent la contestation populaire. Les protestataires de la Chevrolet, de Tripoli, du Akkar, de Baalbeck, de Taalabaya, de Jbeil et de Jal el-Dib, notamment, se sont désolidarisés du mouvement. Sur les réseaux sociaux, a même circulé le slogan « Si ce n’est pas Gebran (Bassil), c’est Chamel (Roukoz) », dans un refus catégorique des deux gendres du chef de l’État. Il faut dire que le slogan « Kellon, yaani kellon » qui ponctue les discours, ce vendredi, place des Martyrs, prend une nouvelle signification. Pour la première fois, il appelle à la démission du président Michel Aoun. « Nous réclamons une refonte totale du pouvoir. Cela passe par la démission du chef de l’État, Michel Aoun, du président du Parlement, Nabih Berry, et du Premier ministre, Hassane Diab », martèle le général à la retraite Joseph Asmar. « Et cette revendication est totalement rejetée par nombre de contestataires qui refusent de réclamer la démission du président Aoun. C’est pourtant bien le sens de notre slogan », insiste-t-il.

Alors que les discours se succèdent, dénonçant pêle-mêle les dérives et la corruption d’un pouvoir communautaire qui n’a fait que se partager le gâteau pour mieux préserver ses prérogatives, volant les deniers public et appauvrissant la population, c’est un Chamel Roukoz particulièrement combatif qui a condamné les marchés douteux auxquels se livre la classe au pouvoir. « Je ne peux me taire et oublier la cause suprême. Toute la caste au pouvoir doit démissionner, y compris le chef de l’État », a-t-il martelé.


« Kellon, yaani kellon » (Tous, sans exception). En ce vendredi de la mi-juillet, le slogan phare de la contestation populaire du 17 octobre 2019 retentit une nouvelle fois, place des Martyrs, noyé dans les chants patriotiques et révolutionnaires diffusés par une sono hurlante. Un millier de personnes tout au plus se retrouvent, répondant à l’appel du Mouvement des anciens...

commentaires (5)

Votre titre est faux. Roukoz n a pas demandé la demission de aoun, au contraire!

helene nasr

08 h 02, le 20 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Votre titre est faux. Roukoz n a pas demandé la demission de aoun, au contraire!

    helene nasr

    08 h 02, le 20 juillet 2020

  • Grosse Farce ?

    Cadige William

    10 h 05, le 19 juillet 2020

  • le 17 octobre a t il besoin de parrains? si oui , rien ne sera changé au Liban et surtout dans l'esprit des libanais; jusqu'a quand? jusqu'ou? J.P

    Petmezakis Jacqueline

    10 h 11, le 18 juillet 2020

  • Pour un État laïc et fort ce n’est pas dans la rue avec les manifestants que les choses vont s’obtenir M. Roukoz mais derrière un char avec la troupe, en route vers Baabda, le Grand Sérail et Aïn el Tiné, et même au-delà si nécessaire ...

    AntoineK

    09 h 37, le 18 juillet 2020

  • IL FALLAIT AUSSI L,ENTENDRE DE SA PROPRE BOUCHE POUR QU,IL AIT DU CREDIT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    01 h 02, le 18 juillet 2020