Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

La neutralité du Liban, c’est quoi ?

Il y a un sujet qui me tracasse, le problème est sans doute majeur pour que le chef de l’Église maronite y revienne deux dimanches de suite dans ses homélies.

Ce n’est pas un monsieur facétieux, s’il aime les caméras et prend des poses, cela ne veut nullement dire qu’il soit léger ; au contraire, en bon pasteur sans doute veut-il frapper l’esprit de son auditoire, attirer son attention, de façon à ce qu’il boive ses paroles, les ingurgite, les assimile, se les mette bien en tête.

Ce ne sera pas paroles d’évangile, mais c’est tout comme. Le neutralité du Liban.

En bon communicateur il prendra dans quelques jours son bâton de pèlerin, entamant un périple pour vendre son produit à commencer par le Vatican, siège de notre sainte mère l’Église catholique, qui de par sa puissance morale sur l’échiquier international l’aidera, pense-t-il, à faire avancer son projet.

Pourquoi pas, d’autant plus que localement, il est soutenu par tous ceux qui ont été à la tête du pillage institutionnalisé des richesses du Liban. Le pire qu’ait connu notre pays ces trois dernières décennies.

Qu’il s’agisse de ses supporters ou de ses contempteurs, nul d’entre eux n’est innocent, ils ont tous participé allègrement au dépeçage du Liban, à son appauvrissement et, à Dieu ne plaise, à sa mise à mort, alors que ce sont eux qui doivent disparaître après avoir rendu gorge, être passés par la case Roumieh et mieux encore avoir dansé sur l’échafaud.

Revenons à nos moutons, la neutralité du Liban.

Pour ne pas rester bête, je demande à ce saint homme ou à tout Bon Samaritain de bien vouloir éclairer ma lanterne, me dire comment il l’envisage dans un pays où se trouvent quatre cent mille réfugiés palestiniens à couteaux tirés avec l’État forban d’Israël.

Nous avons accueilli plus de deux millions de Syriens, qui font comme ils veulent chez nous, pillards invétérés, nul doute que leur loyauté va en premier au régime syrien assassin et revanchard.

Sans perdre de vue les quelques illuminés aux idées noires, le sourire malicieux, sournois et pernicieux, qui tablent sur l’appartenance communautaire de cette armée de l’ombre pour, le moment venu, renverser la table, piper les dés et tronquer les statistiques.

Cerise sur le gâteau, une communauté principale de notre pays, qui nous est très chère, faisant partie de nous, de notre tissu national, est prise en otage par la force des armes, terrorisée et asservie à un État étranger dont nous ne comprenons ni la langue ni les idéaux, lui servant de bras armé pour ses basses œuvres.

Reste une inconnue de taille, les partis politiques libanais qui soi-disant sont contre l’ingérence étrangère dans nos affaires internes, mais qui vivent et fleurissent des subsides des roitelets du pétrole. Ce matin ils sont pour la neutralité du Liban, mais demain au cas où le petit prince serait indisposé, qu’en sera-t-il ?

Je me pose beaucoup de questions, je reste perplexe, je n’ai réponse à rien, sauf une constante où je rejoins le saint homme : nul ne doit imposer sa volonté aux autres, même par la force des armes ou la terreur.

Faisons en sorte qu’il ne le puisse jamais.

Oublions la supercherie de Taëf, une nouvelle Loi fondamentale est inéluctable ; le peuple sera toujours le dernier recours, une seule tête émerge, un seul capitaine mène le navire.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Il y a un sujet qui me tracasse, le problème est sans doute majeur pour que le chef de l’Église maronite y revienne deux dimanches de suite dans ses homélies.Ce n’est pas un monsieur facétieux, s’il aime les caméras et prend des poses, cela ne veut nullement dire qu’il soit léger ; au contraire, en bon pasteur sans doute veut-il frapper l’esprit de son auditoire, attirer son...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut