Liban

Le prix du pain revu à la hausse : le paquet de 900 grammes désormais à 2.000 L.L.

"Personne ne sait jusqu'où peut chuter la livre", dit le ministre de l’Économie.

Le prix du pain revu à la hausse : le paquet de 900 grammes désormais à 2.000 L.L.

Une boulangerie à Beyrouth. Photo d'archives Nabil Ismaïl

Le ministre libanais de l’Économie Raoul Nehmé a annoncé mardi une nouvelle augmentation du prix du paquet de pain, alors que cette filière de production subit, comme tous les autres secteurs de l'économie, les conséquences de la crise qui frappe le Liban depuis plusieurs mois.

S'exprimant à la sortie du Conseil des ministres, M. Nehmé a souligné "la responsabilité de protéger les consommateurs, notamment en assurant que les prix des biens de consommation sont justes, mais aussi les commerçants, en garantissant qu'ils ne subissent pas de pertes financières". Il a indiqué dans ce cadre avoir mené une étude afin d'assurer que ces différentes parties soient satisfaites du prix fixé pour la vente de pain. A l'issue de cette enquête, le ministère de l’Économie a décidé d'une hausse du prix de la rabta (paquet de pain arabe, ndlr) de 900 grammes à 2.000 livres libanaises, soit 500 livres de plus que le prix fixé au début du mois. Le prix du petit paquet de 400 grammes reste, lui, fixé à 1.000 livres.

M. Nehmé a souligné que ce tarif serait annoncé officiellement mercredi matin. Il a encore affirmé travailler sur une solution permettant de soutenir le prix des matières premières nécessaires pour la production du pain, mais que cela "prendra du temps", assurant toutefois que son ministère allait "suivre de manière continue l'évolution du prix du paquet". "Nous avons des quantités suffisantes de farine", a-t-il ajouté. Et le ministre d'ajouter qu'il a obtenu "l'autorisation du Conseil des ministres d'importer, lorsque cela sera nécessaire, 80.000 tonnes de farine". "Il n'est absolument pas nécessaire d'en stocker", a-t-il souligné.

Depuis plusieurs mois, les boulangeries du Liban mettent régulièrement les autorités en garde contre "les graves crises qui touchent le secteur", en raison notamment de la pénurie de mazout et de l'augmentation du prix des matières premières, dans un contexte de hausse du dollar face à la livre libanaise et de la crise économique et financière. Samedi, les Libanais, craignant une pénurie de farine et de pain, s'étaient rués sur les boulangeries de plusieurs régions du pays afin d'acheter du pain en quantité. 

Concernant l'approvisionnement en mazout, le ministre de l’Économie a rappelé le mécanisme lancé plus tôt dans la journée, conjointement avec le ministre de l’Énergie, Raymond Ghajar, qui oblige les revendeurs de carburant à fournir des listes détaillées des quantités de mazout vendues et des informations concernant leurs acheteurs. 

Répondant par ailleurs à une question d'un journaliste concernant la chute vertigineuse de la livre libanaise face au dollar, M. Nehmé a répondu : "Personne ne sait jusqu'où peut chuter la livre". Depuis plusieurs mois, le Liban est secoué par la plus grave crise économique de son histoire, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie nationale qui a plongé près de la moitié de la population dans la pauvreté. Mardi, la monnaie nationale s'échangeait à plus de 8.000 livres pour un dollar, contre 5.000 livres pour un dollar il y a dix jours.  Officiellement, la livre est toujours indexée sur le dollar depuis 1997 au taux fixe de 1.507 livres.


Le ministre libanais de l’Économie Raoul Nehmé a annoncé mardi une nouvelle augmentation du prix du paquet de pain, alors que cette filière de production subit, comme tous les autres secteurs de l'économie, les conséquences de la crise qui frappe le Liban depuis plusieurs mois.

S'exprimant à la sortie du Conseil des ministres, M. Nehmé a souligné "la responsabilité de...

commentaires (5)

Qu’ils continuent à acheminer des vivres en Syrie payés par le peuple libanais pendant que ce dernier est affamé. Vous êtes des mauviettes déguisés en hommes et femmes respectables parce que vous portez un titre. Vous valez la racaille qui vous a nommé à ces postes rien de plus. Que Dieu vous punisse dans votre chair et ainsi le peuple sera vengé. A moins que les libanais ne décident de le faire eux mêmes pendant qu’il est encore temps. Les libanais n’en peuvent plus de votre cynisme et vos trahisons. DU BALAI BANDE D’INCAPABLES ET DE LÂCHES VENDUS.

Sissi zayyat

16 h 51, le 01 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Qu’ils continuent à acheminer des vivres en Syrie payés par le peuple libanais pendant que ce dernier est affamé. Vous êtes des mauviettes déguisés en hommes et femmes respectables parce que vous portez un titre. Vous valez la racaille qui vous a nommé à ces postes rien de plus. Que Dieu vous punisse dans votre chair et ainsi le peuple sera vengé. A moins que les libanais ne décident de le faire eux mêmes pendant qu’il est encore temps. Les libanais n’en peuvent plus de votre cynisme et vos trahisons. DU BALAI BANDE D’INCAPABLES ET DE LÂCHES VENDUS.

    Sissi zayyat

    16 h 51, le 01 juillet 2020

  • M. Nehmé a répondu : "Personne ne sait jusqu'où peut chuter la livre". Depuis plusieurs mois, le Liban est secoué par la plus grave crise économique de son histoire, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie nationale qui a plongé près de la moitié de la population dans la pauvreté VOUS CONNAISSEZ LES SOLUTIOS AUX PROBLEMES MAIS VOUS N'ETES PAS CAPABLE DE LES APPLIQUER CAR CEUX QUI VOUS ONT NOMMES N'EN VEULENT PAS QUAND LA FARINE SUBVENTIONNEE VA EN SYRIE, C'EST AUJOURDH'UI VOTRE FAUTE CAD LA FAUTE DE TOUS LES MEMBRES DU GOUVERNEMENT QUI N'ONT PAS LE COURAGE D'ORDONNER UNE FERMETURE DES FRONTIERES ILLEGALES A VOTRE PLACE, POUR GARDER UN MINIMUM DE RESPECT JE DEMISSIONNERAI IMMEDIATEMENT , MOI ET TOUS LES MINISTRES . CAR L'HISTOIRE VOUS FERA PORTER LA RESPONSABILITE DE NE PAS AVOIR PU EXECUTER DES SOLUTIONS EVIDENTES ET ATTENDUEES DE TOUS DEPUIS 3 ANS VOUS FAITES PARTI AUJOURDH'UI DE TOUS CAD TOUS MALHEUREUSEMENT CAR NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER EST IDEENTIQQUE A VOLER LE PAYS DANS LA SITUATION OU IL EST

    LA VERITE

    13 h 41, le 01 juillet 2020

  • A tous les zaims qui ont plongé le pays dans la ruine et le prennent encore en otage en refusant d’avancer vers des solutions : un peuple qui a faim n’est plus contrôlable

    AntoineK

    20 h 42, le 30 juin 2020

  • "Il n'est absolument pas nécessaire d'en stocker", a-t-il souligné. on est d accord mais il faut préparer la porte monnaie le prix va continuer à augmenter comme la livre continue à descendre tout ca c est du calment c est pour quand le traitement curatif ? (le reformes)

    youssef barada

    20 h 39, le 30 juin 2020

  • Ministre non populiste. Il a tout fait avant de décider les 2000 livres. Ceux qui critiquent, le font par démagogie.

    Chahine

    20 h 07, le 30 juin 2020