Syrie

Nouvelle dépréciation record de la livre syrienne avant des sanctions américaines

Trois commerçants à Damas, joints au téléphone par l'AFP, ont indiqué samedi que le dollar se négociait à plus de 2.300 livres au marché parallèle.

Des livres syriennes dans un bureau de change à Azaz, en Syrie, le 3 février 2020. REUTERS/Khalil Ashawi

La livre syrienne a connu une nouvelle baisse historique sur le marché noir, se négociant à plus de 2.300 livres pour un dollar, ont indiqué samedi des commerçants et des experts, à l'approche de nouvelles sanctions américaines contre le régime de Damas.

Dans la Syrie en guerre et confrontée à un effondrement économique, le taux de change officiel est actuellement de 700 livres syriennes pour un dollar. Trois commerçants à Damas, joints au téléphone par l'AFP, ont indiqué samedi que le dollar se négociait à plus de 2.300 livres au marché parallèle. Avant le début de la guerre en Syrie en 2011, le dollar s'échangeait à 48 livres syriennes au taux fixé par la Banque centrale. La dégringolade historique de la livre face au dollar se poursuit depuis plusieurs mois, s'accompagnant d'une hausse de l'inflation qui touche aussi les produits alimentaires de base. Pour des experts, la nouvelle dépréciation s'explique notamment par les sanctions américaines prévues par la loi César et qui doivent entrer en vigueur à la mi-juin.

Lire aussi

Caesar Act : quelles répercussions sur le Liban ?


Le texte, promulgué en décembre par le président Donald Trump, prévoit un gel de toute aide à la reconstruction pour la Syrie ainsi que des sanctions contre le gouvernement de Bachar el-Assad ou des entreprises collaborant avec celui-ci. "La loi César commence déjà à avoir un impact. Les entreprises étrangères (y compris russes) préfèrent ne pas prendre de risques", indique à l'AFP Zaki Mehchy, consultant au centre de réflexion britannique Chatham House. Même constat pour Heiko Wimmen, en charge de la Syrie pour l'International Crisis Group. Avec la loi César, "faire des affaires avec la Syrie deviendra encore plus difficile et risqué", explique-t-il. Les deux experts pointent aussi du doigt les tensions entre les autorités et l'homme d'affaires Ramy Makhlouf, cousin du président qui a vu ses avoirs gelés.

M. Makhlouf, qui dirige la société de téléphonie Syriatel, fleuron de l'économie, a dénoncé des intimidations de la part des autorités, qui lui réclament plusieurs millions de dollars d'impayés. "La saga Makhlouf effraie les riches. Si le régime agit de la sorte avec des gens de ce calibre, personne n'est en sécurité", explique M. Wimmen.

La crise a été amplifiée par les mesures de confinement adoptées en pleine épidémie de Covid-19, mais aussi par le naufrage économique au Liban voisin, touché par une pénurie de dollars. Or, selon des experts, le Liban offrait à la Syrie et à ses hommes d'affaires un accès aux dollars, vitaux pour l'économie et les importations.


La livre syrienne a connu une nouvelle baisse historique sur le marché noir, se négociant à plus de 2.300 livres pour un dollar, ont indiqué samedi des commerçants et des experts, à l'approche de nouvelles sanctions américaines contre le régime de Damas.

Dans la Syrie en guerre et confrontée à un effondrement économique, le taux de change officiel est actuellement de 700...

commentaires (1)

VOILA OU SONT ALLES LES DOLLARS LIBANAIS. GRACE A LA BDL ET LES PREDATEURS BANQUIERS QUI ONT FACILITE LE TRAVAIL DES TRAFICANTS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

23 h 16, le 06 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • VOILA OU SONT ALLES LES DOLLARS LIBANAIS. GRACE A LA BDL ET LES PREDATEURS BANQUIERS QUI ONT FACILITE LE TRAVAIL DES TRAFICANTS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 16, le 06 juin 2020