Rechercher
Rechercher

Aides gouvernementales

Enclenché, le processus est toujours trop lent pour de nombreux démunis

Plus de 130 000 familles ont, à ce jour, bénéficié d’aides pour un montant total de plus de 50 milliards de livres.

Les contestataires crient leur colère contre la détérioration inédite du niveau de vie au Liban. Photo ANI

Plusieurs semaines ont passé depuis que le gouvernement a lancé un plan d’intervention d’urgence, alors que la paupérisation s’accroît dans un contexte de crise économique sévère aggravée par les mesures de confinement prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Une aide financière de 400 000 LL devait être distribuée aux familles dans le besoin. Où en est l’exécution de ce soutien aux plus démunis, alors que les manifestations se multiplient pour crier la misère d’innombrables personnes tombées bien en dessous du seuil de pauvreté ?

Lire aussi

Sit-in devant plusieurs ministères contre les répercussions de la crise "qui poussent les Libanais à la rue"

Pas plus tard qu’hier, un sit-in a été organisé devant le siège du ministère des Affaires sociales à Badaro, pour protester contre le niveau de vie intolérable de tant de familles réduites, selon les manifestants, à vivre dans les rues et à se nourrir dans les poubelles. Les contestataires ont appelé le ministre des Affaires sociales, Ramzi Moucharrafiyé, à se pencher sur les cas de ces familles extrêmement pauvres, l’exhortant à révéler l’identité des personnes qui ont bénéficié injustement, selon eux, des aides gouvernementales et à les déférer devant la justice. Il y a un mois, la première phase d’exécution du plan d’aide financière avait été interrompue en raison d’erreurs constatées dans les listes des bénéficiaires établies par différents ministères (Affaires sociales, Santé, Transports). Des erreurs qui avaient été attribuées à une mauvaise logistique, mais aussi à des considérations de clientélisme politique.

Des mensualités pour 200 000 familles

Contacté par L’Orient-Le Jour, le conseiller de M. Moucharrafiyé, Assem Abi Ali, rappelle que le ministre avait alors chargé le service des renseignements de l’armée de vérifier les données contenues sur ces listes et contrôler chaque nom de demandeur pour ne répertorier que les plus nécessiteux. Une plate-forme électronique avait en outre été lancée pour permettre de recueillir les demandes d’aides, formulées dans une plus grande transparence grâce à ce moyen de technologie. Baptisée Impact, cette plate-forme s’adresse aux autorités locales (municipalités et moukhtars), à travers le ministère de l’Intérieur, et en coopération avec l’Inspection centrale. Par un clic, le citoyen s’estimant en droit de recevoir cette aide financière doit remplir un formulaire de 27 questions, qui est ensuite examiné par l’autorité locale pour en vérifier la véracité, puis envoyé à une cellule spécifique à l’Intérieur composée de fonctionnaires de ce ministère et du ministère des Affaires sociales. Les demandes en ligne ont été massives puisque plus de 450 000 familles ont déjà complété les formulaires. Mais comme l’établissement et la vérification des données nécessitent beaucoup de temps, le chef du gouvernement Hassane Diab et M. Moucharrafiyé ont décidé de parer au plus pressé en répondant, en priorité, aux besoins des catégories sociales figurant dans les listes contrôlées par l’armée. Dans ces catégories figurent 105 219 familles d’élèves des écoles publiques, qui ont déjà perçu l’allocation de l’État. Selon notre correspondant à Saïda, Mountasser Abdallah, les aides se sont accrues ces derniers jours dans une dizaine d’écoles publiques de la ville, bénéficiant à plusieurs centaines de parents d’élèves, notamment les sans-emploi qui ne peuvent compter sur aucune source de revenus.

Lire aussi

La solidarité du ramadan s’organise, mais les besoins sont immenses

En outre, 1 723 victimes ou familles de victimes d’explosion de mines antipersonnel figurent parmi les bénéficiaires prioritaires, ainsi que 6 133 familles de conducteurs de transports publics, et 17 500 familles inscrites dans le cadre du National Poverty Targeting Program (NPTP) du ministère des Affaires sociales. Soit un total de 131 193 familles, qui ont profité de plus de 50 milliards de livres distribuées par l’armée sur l’ensemble du territoire.

La prochaine étape pourra débuter dès que les données de la plate-forme Impact seront finalisées, affirme M. Abi Ali, qui précise que la sélection des plus vulnérables se fera de manière électronique, sans intervention humaine. Le plan cible 200 000 familles au total, indique-t-il, soulignant que les aides se poursuivront mensuellement jusqu’à la fin de l’épidémie du coronavirus. Soixante-quinze milliards de livres au total ont été débloqués à cette fin, et si le Parlement avalise dans une loi les 1 200 milliards de LL prévus dans le plan économique du gouvernement, on s’attend à ce qu’une partie de ce montant soit consacrée à ces aides financières, anticipe le conseiller de M. Moucharrafiyé.


Plusieurs semaines ont passé depuis que le gouvernement a lancé un plan d’intervention d’urgence, alors que la paupérisation s’accroît dans un contexte de crise économique sévère aggravée par les mesures de confinement prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Une aide financière de 400 000 LL devait être distribuée aux familles dans le besoin. Où en est...

commentaires (0)

Commentaires (0)