Rechercher
Rechercher

Confinés en cuisine

La « khodra w batata » de Joe Barza

En ces jours de confinement renforcé, alors que les heures s’étirent encore dans nos intérieurs, continuons à investir notre cuisine, histoire de se faire du bien, de passer le temps, de redécouvrir le plaisir du fait maison. Pour vous accompagner dans cette savoureuse aventure, « L’Orient-Le Jour » vous propose, deux fois par semaine, des recettes faciles et rapides, des recettes « bonne humeur » confiées par des chefs libanais établis au pays ou dans un autre coin de ce monde à l’arrêt. Entre une pincée de sel et de poivre, ils nous confient, aussi, comment cette épidémie a bouleversé leur vie, leur travail, leurs rêves et ce qu’ils pensent faire dès que les restaurants pourront rouvrir leurs portes de manière régulière. Aujourd’hui, Joe Barza nous accompagne aux fourneaux.

La « khodra w batata » de Joe Barza. Photos DR

« Je suis rentré de Lyon le 3 mars dernier. Je m’y étais rendu pour aider un ami qui ouvrait son restaurant. Mais j’ai dû rentrer au Liban le jour-même de mon arrivée en France, car mon père venait de décéder. J’ai découvert mes parents et surtout mon père bien tard. J’ai grandi loin d’eux à cause de la guerre. Ce n’est que depuis sept ans que j’avais commencé à me rapprocher de lui. En habitant chez lui pendant deux ans, j’ai découvert que c’était un homme qui aimait la cuisine. Il préparait d’une façon très basique de très bonnes recettes.

Lire aussi

Les crevettes guacamole « à la libanaise » de Liza Asseily

J’ai passé mon confinement à la maison. Tous les jours, je faisais 10 kilomètres de marche en effectuant des centaines d’allers-retours dans le parking de l’immeuble où j’habite. J’ai pris des cours en ligne pour perfectionner mes connaissances en cuisine et j’ai passé beaucoup de temps avec mes enfants.


Le chef Joe Barza et sa « khodra w batata » bien libanaise.

Je suis proche d’eux. Ma fille Noura voyage souvent avec moi et mon fils Karim a fait l’école hôtelière, mais n’aime pas se retrouver derrière les fourneaux. J’ai tenté durant ce confinement de lui transmettre les ficelles du métier et ma passion. Et j’ai appris à mieux le connaître.

J’ai également été plus actif sur les réseaux sociaux, notamment en filmant et postant mes recettes sur mon compte chefjoebarza. Je continue à le faire. Le confinement ne m’a pas trop gêné. D’ordinaire, je voyage beaucoup pour mon métier. J’ai donc pu apprécier les moments passés à la maison avec ma famille. C’était également un moment de réflexion nécessaire. Nous perdons tellement de temps sur des détails inutiles. Je pense aussi que la crise économique nous apprendra beaucoup ; elle nous montrera d’une manière plus évidente ce qui est essentiel dans la vie.

Lire aussi

Les légumes farcis au quinoa de Joanna Debbas, « un goût réconfortant »

L’année 2020 est une année perdue pour tous et partout dans le monde. Il en reste six mois. En ce qui me concerne et pour en faire quelque chose d’utile, je vais faire le tour des villages libanais, partir chaque semaine à la découverte d’une localité pour être plus familier avec les produits du terroir et rencontrer des agriculteurs et des fermiers. Peut-être que nous pourrions monter des projets, améliorer notre production, surtout en cette période de crise où il nous faut remplacer les importations qui deviennent de plus en plus chères. Nous avons de bons produits, que nous pouvons améliorer et travailler autrement. Et que nous pouvons inclure dans de nouvelles recettes bonnes et faciles. La recette que j’ai choisie est également simple, à base de légumes et de pommes de terre. Je l’ai baptisée khodra w batata (légumes et pommes de terre). »

LÉGUMES ET POMMES DE TERRE

Pour deux personnes

Ingrédients

Pour le plat :

2 aubergines

2 tomates

3 oignons

3 pommes de terre

500 g de fromage Akkawi

Une pincée de thym vert séché

1 litre de bouillon de légumes

Huile d’olive.

Pour la sauce :

5 g de gousse d’ail

5 g de menthe fraîche

5 g de coriandre fraîche

5 g de persil frais

40 g d’huile olive

100 g de labneh

50 g de tahini (crème de sésame)

100 g de bouillon de légumes.

Préparation

Pour le plat :

Épluchez les aubergines et les pommes de terre, coupez-les en tranches épaisses.

Épluchez les oignons, coupez-les en tranches épaisses.

Coupez les tomates et le fromage en tranches épaisses.

Préchauffez le four à 200 °C.

Dans un plat à gratin, disposez les aubergines, le fromage, les tomates, les oignons et les pommes de terre.

Répétez l’opération jusqu’à avoir utilisé tous les ingrédients.

Recouvrez de bouillon de légumes.

Saupoudrez de thym vert séché.

Ajoutez de l’huile d’olive sur du papier sulfurisé.

Recouvrez le plat à gratin avec le papier sulfurisé. Recouvrez le tout d’une feuille de papier d’aluminium.

Enfournez et laissez cuire 30 minutes jusqu’à ce que les légumes soient bien cuits.

À la sortie du four, retirez la feuille d’aluminium ainsi que le papier sulfurisé, et poursuivez la cuisson 10 minutes supplémentaires pour gratiner le dessus.

Pour la sauce :

Dans une poêle versez un peu d’huile d’olive.

Ajoutez l’ail et faites revenir 2 minutes.

Ajoutez les herbes et faites revenir 2 minutes.

Dans un bol mélangez la labneh, la tahini et le bouillon de légumes.

Versez le mélange de labneh sur les herbes.

Laissez bouillir à feu doux.

Versez la sauce sur le gratin. Servez.



« Je suis rentré de Lyon le 3 mars dernier. Je m’y étais rendu pour aider un ami qui ouvrait son restaurant. Mais j’ai dû rentrer au Liban le jour-même de mon arrivée en France, car mon père venait de décéder. J’ai découvert mes parents et surtout mon père bien tard. J’ai grandi loin d’eux à cause de la guerre. Ce n’est que depuis sept ans que j’avais commencé...

commentaires (4)

Oui !! Des gâteaux !! Please !!

lila

22 h 00, le 15 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Oui !! Des gâteaux !! Please !!

    lila

    22 h 00, le 15 mai 2020

  • Les amis, revenez au dessert. Les enquêtes prouvent qu’un confiné sur trois a pris du poids. Dans votre répertoire, personne n’a fait un gâteau aux dattes ? Voilà un fruit bien de chez nous, je veux dire de la rive orientale de la méditerranée. J’ai déjà fait un cake aux dattes, et c’est délice, ""à tomber par terre"", mais je ne livre la recette à personne. C’est un secret de chef. Je conseille ce gâteau avec un café ou un vin doux espagnol, et à ne jamais prendre avec du Jack Daniel ! (Légumes au quinoa, pommes de terre avec légumes, c’est facile à faire et à prendre du poids, question de féculents). Du dessert !!! Un gâteau aux dattes, pour remonter le moral, si vous trouvez un chef…

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    12 h 25, le 15 mai 2020

  • peut mieux faire !!! walaw ?

    lila

    11 h 21, le 15 mai 2020

  • DU PLUS SERIEUX SVP !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 21, le 15 mai 2020