Rechercher
Rechercher

Confinés en cuisine

Les crevettes guacamole « à la libanaise » de Liza Asseily

En ces derniers jours confus de confinement, alors que les heures s’étirent encore dans nos intérieurs, continuons à investir notre cuisine, histoire de se faire du bien, de passer le temps, de redécouvrir le plaisir du fait maison. Pour vous accompagner dans cette savoureuse aventure, « L’Orient-Le Jour » vous propose, deux fois par semaine, des recettes faciles et rapides, des recettes « bonne humeur » confiées par des chefs libanais établis au pays ou dans un autre coin de ce monde à l’arrêt. Entre une pincée de sel et de poivre, ils nous confient, aussi, comment cette épidémie a bouleversé leur vie, leur travail, leurs rêves et ce qu’ils pensent faire depuis le 4 mai, date officielle fixée au Liban pour la réouverture des restaurants. Aujourd’hui, Liza Asseily nous accompagne aux fourneaux.

Liza Asseily préparant son plat de crevettes guacamole à la libanaise.

« En ce moment, mon mari et moi sommes confinés à Paris, et nous gérons à distance le Liza Beirut. Nous avons mis sur pied une organisation efficace qui nous permet de le faire grâce à un management de confiance, que ce soit à Paris ou Beyrouth. Avec la technologie et les groupes WhatsApp, Zoom ou encore Houseparty, il devient très aisé de garder le lien avec nos équipes et de travailler à distance. En ce moment, au Liza Beirut, nous avons un service de livraison à domicile via Toters. En espérant que le projet sur lequel nous travaillons, un café dans le jardin du restaurant avec une ambiance plus informelle, puisse voir le jour bientôt… Mais ce n’est sans doute pas le moment d’en parler.

Lire aussi

Les légumes farcis au quinoa de Joanna Debbas, « un goût réconfortant »

En cette période où toutes les activités sont ralenties ou provisoirement suspendues, nous ne nous arrêtons pas, au contraire. Nous tentons de réfléchir, de travailler sur le fond, d’imaginer de nouvelles collaborations, comme celle avec Alan Geam, le chef libanais étoilé avec qui nous allons composer un menu à 4 mains pour le Liza Paris d’abord puis celui de Beyrouth. Ainsi que d’autres événements à suivre quand tout ira bien… Nous profitons également de cet arrêt pour numériser toutes les recettes que nous partageons sur les réseaux sociaux, mais aussi pour notre usage personnel. Et aussi finaliser le livre de cuisine Liza à la libanaise qui devrait paraître en anglais au mois de septembre (édition Saqui) après l’édition allemande déjà parue il y a quelques mois.



Préparation des crevettes guacamole à la libanaise de Liza Asseily. Photo DR

Financièrement, ce moment est extrêmement difficile à gérer. Nous n’avons plus de revenus ! Au Liban, c’est encore plus ardu, vu qu’il n’y a aucune aide de l’État, alors qu’en France, tous les salariés vont recevoir au moins 85 % de leur rémunération. Voilà pourquoi nous travaillons avec un effectif très réduit, en essayant au mieux de garder tous nos collaborateurs. Les comptes Instagram lizaparis et lizabeirut sont une aubaine, une échappatoire durant ces temps difficiles. Je les gère parce que ça m’amuse et surtout parce que je voudrais qu’ils aient une identité qui nous ressemble et qui exprime au mieux nos goûts et nos préférences.

J’y mets tout ce qu’on aime du Liban et d’ailleurs, tout ce qui nous inspire, sans trop parler de nous et en restant ouverts à d’autres restaurants, à des designers, des créateurs de mode. Évidemment, la nourriture et les recettes restent l’essentiel, c’est ce qu’on aime, mais aussi parler des personnes qui nous entourent et qui nous ont aidés à bâtir cette marque.

Lire aussi

La « frikeh » d’agneau « facile et traditionnelle » de Youssef Akiki

Je cherche à partager des posts généreux et j’aime partager mes idées, mes adresses... un peu comme un mezzé. Nous essayons aussi de promouvoir le Liban à travers notre communication. Mon équipe m’aide à l’enrichir, de même que mon agence de presse MagnApresse, qui me donne une certaine direction à suivre.

Enfin, le confinement est un moment que l’on passe en famille. Et qui me permet de m’occuper de ma fille de 6 ans. Mon mari et moi cuisinons tous les jours. On lit, on écoute de la musique, on joue à des jeux de société, on regarde des films, et j’avoue que ce temps de pause est aussi, quelque part, très agréable.

Toute cette période nous aide à mieux réfléchir à travailler différemment. Je suis persuadée que de belles choses vont en ressortir… »



Les crevettes guacamole à la libanaise de Liza Asseily. Photos DR

CREVETTES GUACAMOLE

À LA LIBANAISE

Pour 4 personnes

Ingrédients

3 avocats

1 citron vert

1 échalote moyenne hachée

1 botte de coriandre hachée

2,5 c. à soupe de sel

1 c. à soupe de cumin

1 c. à soupe de piment de Cayenne

20 ml d’huile d’olive

1 kg de crevettes

Préparation

Écrasez les avocats dans un bol à l’aide d’une fourchette.

Ajoutez le jus de citron vert, l’échalote, la coriandre, puis le cumin, le sel, le piment de Cayenne et l’huile d’olive.

Mélangez le tout pour bien incorporer tous les ingrédients.

Goûtez et ajustez l’assaisonnement selon le goût.

Chauffez de l’huile dans une poêle à feu moyen.

Assaisonnez les crevettes de sel et de poivre, puis jetez-les dans la poêle et faites cuire pendant 30 secondes sur chaque côté ou jusqu’à ce que l’intérieur des crevettes soit opaque.

Servez le guacamole sur une assiette et disposez les crevettes dessus.

Mon conseil : finissez le tout par un filet d’huile d’olive et une pincée de zeste de citron vert.


« En ce moment, mon mari et moi sommes confinés à Paris, et nous gérons à distance le Liza Beirut. Nous avons mis sur pied une organisation efficace qui nous permet de le faire grâce à un management de confiance, que ce soit à Paris ou Beyrouth. Avec la technologie et les groupes WhatsApp, Zoom ou encore Houseparty, il devient très aisé de garder le lien avec nos équipes et de...

commentaires (1)

Après avoir applaudi l’initiative du #CookingForACause (‘Le groupe al-Achrafieh : le plaisir de faire plaisir à travers un plat chaud’ (OLJ du 8 mai, 2020), j’étais surpris de voir dans votre rubrique ‘Les crevettes guacamole « à la libanaise »’! Au Liban, quand une grande partie de la population souffre de l’impact de la crise économique, je crains que l’auteur pourrait être perçue comme insensible à la détresse des démunis en déclarant ‘histoire de se faire du bien’ avec des crevettes ! Dans cette période difficile, je m’attendais plutôt à trouver des recettes ‘économiques’: ingrédients pas chers, et à la portée de tous. De nos jours, je ne comprends pas l’attitude élitiste (‘à la Marie Antoinette’) dans un journal libanais. Certes, cette article est rédigée à but publicitaire (pour un restaurant et la parution d’un livre); mais à l’avenir, pour l’intérêt général, et par solidarité, il serait aussi intéressant de voir proposés des plats cuisinés à prix modiques. VK

Vahe Kulbashian

21 h 31, le 13 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Après avoir applaudi l’initiative du #CookingForACause (‘Le groupe al-Achrafieh : le plaisir de faire plaisir à travers un plat chaud’ (OLJ du 8 mai, 2020), j’étais surpris de voir dans votre rubrique ‘Les crevettes guacamole « à la libanaise »’! Au Liban, quand une grande partie de la population souffre de l’impact de la crise économique, je crains que l’auteur pourrait être perçue comme insensible à la détresse des démunis en déclarant ‘histoire de se faire du bien’ avec des crevettes ! Dans cette période difficile, je m’attendais plutôt à trouver des recettes ‘économiques’: ingrédients pas chers, et à la portée de tous. De nos jours, je ne comprends pas l’attitude élitiste (‘à la Marie Antoinette’) dans un journal libanais. Certes, cette article est rédigée à but publicitaire (pour un restaurant et la parution d’un livre); mais à l’avenir, pour l’intérêt général, et par solidarité, il serait aussi intéressant de voir proposés des plats cuisinés à prix modiques. VK

    Vahe Kulbashian

    21 h 31, le 13 mai 2020