Rechercher
Rechercher

Société - Pandémie

Coronavirus au Liban : 5 nouvelles contaminations locales et 3 parmi les rapatriés ces dernières 24 heures

Le président de l'Ordre des médecins appelle à un renforcement des mesures de prévention. 

Deux garçons s'enlaçant lors d'une partie de football dans les rues de Beyrouth, le 11 mai 2020. Photo AFP

A la veille de la fermeture totale du pays pour quatre jours, le Liban a enregistré 8 nouvelles contaminations au coronavirus lors de ces dernières 24h, portant le total de cas recensés dans le pays depuis le 21 février à 878, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié mercredi. Il s'agit d'une légère baisse après la hausse des contaminations enregistrées depuis la fin de la semaine dernière.

Parmi ces nouveaux cas, on dénombre cinq contaminations locales et trois cas signalés parmi des personnes rapatriées au Liban depuis plusieurs jours. Cent-vingt Libanais rapatriés au total ont donc été testés positifs alors que la troisième phase de rapatriement doit être lancée demain, avec l'arrivée de sept vols. Aucun nouveau décès n'a toutefois été enregistré, le bilan total se maintenant donc à 26 cas, tandis que 236 patients ont été totalement guéris. Le nombre de personnes actuellement positives au Covid-19 s’élève donc à 616, dont trois se trouvent dans un état critique.

Lors d'une visite à l'hôpital gouvernemental de Deir el-Kamar, dans le Chouf, le ministre de la Santé, Hamad Hassan, a déclaré que "les statistiques de ces derniers jours étaient choquantes". "Nous effectuons le suivi de tous les cas et demandons à toutes les personnes ayant été en contact avec une personne contaminée de nous appeler sans tarder pour passer les tests de dépistage", a-t-il ajouté. "Tant que nous pouvons garder le contrôle sur la source de la contagion, la sécurité sanitaire n'est pas menacée dans le pays", a-t-il souligné.

Lire aussi

« Quand le secteur infirmier est en danger, la santé des Libanais l’est tout autant »

Concernant les contaminations recensées dans la région de Baalbeck-Hermel, le mohafez Bachir Khodr a indiqué que 75 personnes avaient été identifiées comme ayant été en contact avec la personne souffrant du coronavirus identifiée à Majdeloun. "Une équipe sanitaire va faire passer des tests de dépistage à ces personnes et la municipalité et des volontaires vont apporter tout le soutien nécessaire à la personne contaminée", a indiqué M. Khodr.

Pour faire face à la hausse des contaminations de ces derniers jours, le gouvernement libanais a décrété mardi un reconfinement total de quatre jours, à compter de 19h ce mercredi jusqu'à lundi matin 5h, alors que le pays avait amorcé fin avril un plan de déconfinement progressif et continuait en parallèle de rapatrier ses expatriés. Ce confinement s'accompagne d'un renforcement du couvre-feu, désormais actif de 18h à 5h. Peu après la publication par le ministère de l'Intérieur de la circulaire détaillant les modalités de cette fermeture totale du pays et de ses exemptions, les Forces de sécurité intérieure ont affirmé qu'elles allaient renforcer les mesures prises à l'encontre des contrevenants, à partir de 19h ce soir. 

Mise en garde d'Abou Charaf
Lors de ces quatre jours, le plan de déconfinement progressif du gouvernement, qui avait notamment permis ces derniers jours la réouverture des commerces certains jours de la semaine et des restaurants à 50% de leur capacité, est donc suspendu. Le cabinet devrait se réunir dimanche afin de réévaluer la situation et de décider de l'évolution de ce plan et du confinement. Parallèlement, l'exécutif avait décidé le 5 mai de prolonger jusqu'au 24 mai la mobilisation générale qui devait initialement prendre fin le 10 mai, conformément à une recommandation du Conseil supérieur de la défense. 

Alarmé par la situation dans le pays, le président de l'Ordre des médecins, Charaf Abou Charaf, a appelé lors d'une conférence de presse mercredi à un renforcement des mesures de prévention, réclamant notamment un report de la réouverture des écoles et des restaurants.

Diaporama

Dans un hôpital de Beyrouth, le quotidien des héros du Covid-19, en photos

Par ailleurs, la Middle East Airlines (MEA) a confirmé, dans un communiqué, qu'elle poursuivait ses vols d'évacuation, prévus dans le cadre de la troisième phase des rapatriements, malgré la fermeture totale du pays. Plusieurs dizaines de vols sont prévus dans ce cadre entre le 14 et le 24 mai, et sont répartis en deux catégories : les vols en provenance de pays dans lesquels les ressortissants libanais ont pu passer un test de dépistage avant de monter dans l'avion, et ceux en provenance de pays dans lesquels ils ne pourront pas passer de tests PCR. Dans ce second cas de figure, les rapatriés devront passer ce test à leur arrivée à Beyrouth. Dans son communiqué, la MEA précise que, pour les passagers justifiant d'un test de dépistage négatif avant leur voyage, les mesures de distanciation sociale ne devront pas être prises à bord de l'avion et les passagers pourront être assis sur des sièges contigus. La semaine dernière, un vol en provenance de Londres avait causé la polémique, les voyageurs étant assis les uns à côté des autres, alors que la MEA a justifié le prix élevé du billet par l'obligation de laisser des espaces entre tous les passagers. 

Toujours sur le plan des rapatriements, le chef de la diplomatie, Nassif Hitti, a affirmé mercredi, dans des propos repris par des médias locaux, qu'il est "impossible de suspendre ces vos en raison des conditions de vie des Libanais qui se trouvent à l'étranger, avec l'approche de la fin de l'année scolaire, le confinement et la difficulté de leur transférer de l'argent". 

Dans ce contexte, certains rapatriés sont soupçonnés d'avoir sciemment trompé les autorités afin de se dérober à l'obligation de la quatorzaine à domicile. Ainsi, le mohafez du Mont-Liban, Mohammad al-Macaoui, a demandé à la procureure générale près la cour d'appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, d'enquêter sur 5 personnes récemment rentrées au Liban : I.H.A. (de retour de Varsovie), H.T. (Francfort), H.A.Z. (Bucarest), H.M.S.Ch. (Téhéran) et N.A.M (Cameroun). Ces personnes sont soupçonnées d'avoir cherché à tromper les autorités chargées de s'assurer qu'elles respectaient les règles du confinement à domicile, en donnant de fausses adresses et de faux numéros de téléphone.

En outre, les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont annoncé avoir contrôlé un Libanais de 27 ans qui faisait de la marche dans la région de Ouyoun al-Simane, alors qu'il était censé respecter une quarantaine à domicile, et ce suite à plusieurs plaintes émises par les habitants de la localité. L'individu fera l'objet de poursuites judiciaires ultérieurement, a annoncé la police.


A la veille de la fermeture totale du pays pour quatre jours, le Liban a enregistré 8 nouvelles contaminations au coronavirus lors de ces dernières 24h, portant le total de cas recensés dans le pays depuis le 21 février à 878, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publié mercredi. Il s'agit d'une légère baisse après la hausse des contaminations enregistrées depuis la fin...

commentaires (1)

LE RAPATRIEMENT SE FAIT D,UNE MANIERE FAUSSE ET SURTOUT LE LACHAGE DANS LA NATURE DES RAPATRIES UNE FOIS ARRIVES AU LIEU DE LES ASSIGNER EN QUARANTAINE DE DEUX SEMAINES CONTROLEE.

LA LIBRE EXPRESSION.

23 h 18, le 13 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • LE RAPATRIEMENT SE FAIT D,UNE MANIERE FAUSSE ET SURTOUT LE LACHAGE DANS LA NATURE DES RAPATRIES UNE FOIS ARRIVES AU LIEU DE LES ASSIGNER EN QUARANTAINE DE DEUX SEMAINES CONTROLEE.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    23 h 18, le 13 mai 2020

Retour en haut