Rechercher
Rechercher

À La Une - Pandémie

Coronavirus : l'Iran s'apprête à interdire la circulation entre les villes

"Les nouveaux voyages seront interdits, sortir des villes sera interdit", déclare le porte-parole du gouvernement Ali Rabii.

Des employés iraniens préparent un lit dans un hôpital de fortune dans un centre commercial au nord-ouest de Téhéran, le 21 mars 2020. Photo AFP

Confronté à la progression de l'épidémie de Covid-19, l'Iran s'apprête à interdire, d'ici à vendredi, la circulation entre les villes du pays, selon des déclarations faites mercredi par des responsables à Téhéran.

"Les nouveaux voyages seront interdits, sortir des villes sera interdit", a déclaré le porte-parole du gouvernement Ali Rabii sur ses comptes Telegram et Twitter après que le président Hassan Rohani eut annoncé la mise en oeuvre imminente de "mesures difficiles" pour la population.

Le gouvernement avait jusqu'ici refusé d'imposer des mesures de confinement ou de quarantaine, comme l'on fait de nombreux autres pays, affirmant notamment que cela risquait de provoquer un désastre pour une économie fragilisée par les sanctions américaines. La nouvelle de l'interdiction des voyages survient en pleine vacances scolaires du Nouvel An iranien, alors que des millions de personnes sont en voyage hors de leur province. La date de son entrée en vigueur n'était pas claire mercredi après-midi.

"Les gens doivent rentrer au plus vite dans leur ville", écrit M. Rabii. Il a parlé aussi d'une "ordonnance" dont la violation sera passible d'"amendes". "Bien évidemment, les forces de l'ordre vont empêcher" les déplacements entre les villes, assure-t-il.

"L'entré et la sortie des villes seront surveillées avec plus de sérieux, nous exhortons donc les gens à coopérer davantage avec les autorités à partir de demain ou après demain quand ce projet sera mis en oeuvre", a déclaré le ministre de l'Intérieur Abdolréza Rahmani Fazli, cité par l'agence officielle Irna. M. Rabii, a pour sa part laissé entrevoir la possibilité d'un confinement à venir. "Si nous estimons qu'il y a beaucoup de circulation inutile dans les villes, nous allons certainement prendre des décisions plus strictes", a-t-il dit.


(Lire aussi : Face au virus, Téhéran ne veut pas de "forces étrangères")



L'Iran est, avec l'Espagne, l'Italie et la Chine, l'un des pays les plus touchés par la pandémie de nouveau coronavirus. Le ministère de la Santé iranien a annoncé mercredi 143 décès supplémentaires dus à la maladie Covid-19 portant le bilan officiel de l'épidémie à 2.077 morts dans le pays.

"Nos collègues ont recensé 2.206 nouveaux cas d'infection à la maladie Covid-19" dans l'ensemble des provinces iraniennes au cours des dernières 24 heures, a déclaré le porte-parole du ministère, Kianouche Jahanpour lors de son point de presse télévisé quotidien consacré à l'épidémie. Selon les chiffres du ministère, l'Iran a enregistré un total de 27.017 cas de contamination confirmés.

Parlant des mesures à venir, M. Jahanpour a déclaré "tout déplacement inutile sera évité [...] en particulier entre les villes." "Des restrictions seront imposées avec une approche pleinement participative, sociale et communautaire, en prenant compte les besoins et les nécessités [premières] de la population", a-t-il assuré, avant d'ajouter : "C'est exactement ce qu'on appelle le troisième niveau de quarantaine." Jusque-là, les autorités avaient exhorté les habitants à rester chez eux "autant que possible".


Lire aussi

Le coronavirus assombrit un peu plus le tableau au Moyen-Orient

Pompeo accuse Khamenei de « mentir » et de délaisser les Iraniens


Confronté à la progression de l'épidémie de Covid-19, l'Iran s'apprête à interdire, d'ici à vendredi, la circulation entre les villes du pays, selon des déclarations faites mercredi par des responsables à Téhéran."Les nouveaux voyages seront interdits, sortir des villes sera interdit", a déclaré le porte-parole du gouvernement Ali Rabii sur ses comptes Telegram et Twitter après que...

commentaires (2)

ET LES AYATOLLAHS TOUJOURS AU POUVOIR... ET LE PEUPLE SOUFFRE DE TOUT...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

14 h 18, le 25 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ET LES AYATOLLAHS TOUJOURS AU POUVOIR... ET LE PEUPLE SOUFFRE DE TOUT...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 18, le 25 mars 2020

  • Le pauvre (et aussi pauvre peuple iranien !)...que peut-il dire et faire d'autre ? Avec le "guide suprêmement connecté" à la situation actuelle...et qui décide de tout, selon ses conceptions surannées de la vie... Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 51, le 25 mars 2020

Retour en haut