Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Le gouvernement crée un Fonds pour la lutte contre le coronavirus

Le cabinet approuve un projet de loi amnistiant des condamnés ayant purgé leur peine, mais incapables de payer leurs amendes.

Un marchand ambulant portant un masque de protection dans une rue de Beyrouth, le 16 mars 2020. Photo AFP / JOSEPH EID

Le gouvernement libanais a pris mardi une nouvelle série de mesures pour renforcer la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus sur le territoire, en créant notamment des cellules de crise au sein des municipalités et un Fonds pour accueillir les dons consacrés à la cause.

Lors d'un Conseil des ministres tenu au Sérail gouvernemental, les ministres ont par ailleurs approuvé un projet de loi revêtu du caractère de double urgence, amnistiant les détenus qui ont purgé leur peine du versement des amendes qu'ils sont tenus de payer dans le cadre de leur condamnation. Cette loi vise à désengorger les prisons libanaises, qui souffrent de surpopulation, en permettant à ces détenus arrivés au bout de leur condamnation d'être libérés. Dans la nuit de lundi à mardi, des émeutes ont éclaté dans les établissements carcéraux de Roumieh et Qobbé, alimentées par la décision de libérer, après l'abandon des charges à son encontre,  l’ex-responsable de la milice pro-israélienne de l’Armée du Liban-Sud, Amer Fakhoury. 

Le cabinet a en outre approuvé une loi prévoyant le report de tous les délais légaux, judiciaires et contractuels, comme les délais de procédure et de prescription, jusqu'au 30 juin 2020, a rapporté à l'issue de la réunion la ministre de l'Information, Manal Abdel Samad. Cette suspension a été décidée alors que le pays est paralysé par la pandémie du nouveau coronavirus, qui a jusqu'à présent contaminé 120 personnes au Liban et fait trois morts. 


Cellules de crise
Concernant la gestion de cette crise sanitaire que traverse le pays, la ministre de l'Information a indiqué que les discussions du Conseil avaient notamment porté sur les moyens à mettre en œuvre pour lier le travail de la commission ministérielle en charge du suivi de la lutte contre le virus à celui des ministères concernés et de la chambre d'opération de la cellule de gestion des catastrophes du Sérail.

La ministre a ensuite annoncé une nouvelle série de mesures, notamment la création de cellules de crise dans les municipalités et fédérations de municipalités, qui permettront de répondre aux besoins des citoyens. Elle a encore déclaré qu'un Fonds avait été créé pour recevoir les dons des Libanais ou des étrangers, consacrés à la lutte contre le nouveau virus. Peu avant, le ministère des Finances avait rendu public les coordonnées bancaires de quatre comptes prévus à cet effet, en livres libanaises et en devises. 

En ce qui concerne la préparation d'autres hôpitaux pouvant accueillir des cas de coronavirus, en renfort de l'hôpital Rafic Hariri de Beyrouth, le ministre de la Santé Hamad Ali Hassan doit présenter jeudi, lors du prochain Conseil, une liste des hôpitaux privés et publics équipés pour traiter les personnes contaminées, a indiqué Mme Abdel Samad. M. Hassan a souligné que les frais de santé des personnes qui seront soignées dans ces établissements, et qui ne sont pas assurées, seront couverts par l’État. Les sociétés d'assurance devront couvrir les frais des personnes assurées, a-t-il affirmé. Le ministère de la Santé est par ailleurs en train de préparer une liste de permanences de médecins, dentistes et pharmaciens, afin d'assurer leur disponibilité 24h/24 dans toutes les régions du pays.

"Des propositions ont été faites sur les façons d'aider les personnes les plus affectées par la situation actuelle, notamment les familles défavorisées et les personnes comptant sur des revenus journaliers", a en outre souligné Mme Abdel Samad. Elle a affirmé que le ministre de l’Économie, Raoul Nehmé, allait renforcer la surveillance des prix dans les commerces en cette période de crise, afin d'empêcher toute augmentation injustifiée, notamment en ce qui concerne "les produits désinfectants et stérilisateurs", sur lesquels se sont rués les Libanais ces dernières semaines. Et la ministre Abdel Samad de souligner qu'un projet encadrant l'enseignement à distance, notamment via des cours diffusés sur Télé Liban, était actuellement étudié par les ministres de l’Éducation Tarek Majzoub, de l'Information, et des Télécommunications Michel Najjar.


Soulagement
Prenant la parole au début de la réunion gouvernementale, le Premier ministre Hassane Diab a déclaré, en ce qui concerne la gestion de la crise sanitaire, que l'Exécutif "fait tout pour protéger les Libanais, sans aucune négligence". Il a estimé la mobilisation générale proclamée dimanche par le cabinet "a été accueillie avec soulagement" dans le pays et que les résultats des mesures prises pour limiter la propagation du virus "sont jusqu'à présent positifs". 

La mobilisation générale, justifiée par l'état d'urgence sanitaire que connaît le Liban, a été proclamée jusqu’au 29 mars. Dans ce cadre, les citoyens sont appelés à rester confinés chez eux, les commerces à fermer leurs portes, à l'exception des pharmacies et des enseignes vendant des produits alimentaires. Toutes les frontières, les ports et les aéroports du pays seront fermés jusqu'à cette date, tout comme les établissements scolaires et universitaires.

Pour ce qui est des dossiers économiques et financiers, les ministres ont exprimé différentes remarques concernant l'imposition de mesures temporaires régulant les services bancaires, selon la ministre de l'Information. Le gouvernement doit à ce sujet discuter jeudi du projet de loi encadrant les mesures de contrôle des capitaux imposées depuis plusieurs mois dans les banques.


En soirée, la commission ministérielle pour la prévention du coronavirus a décidé à l’issue de sa réunion de charger l’ordre des infirmières et des infirmiers au Liban, en coordination avec le ministère de la Défense, de mettre en place un plan de fonctionnement pour les bâtiments qui seront réservés aux cas avérés mais asymptomatiques. La commission a également décidé de charger une équipe de l’Organisation mondiale de la Santé et du syndicat des hôpitaux privés d'évaluer les capacités des hôpitaux qui doivent recevoir les cas avérés de coronavirus. En outre, le syndicat des assistantes sociales et le Dr Jacques Mokhbat ont été chargés de mettre en place les critères sur la base desquels les personnes contaminées mais asymptomatiques peuvent s’auto-isoler à domicile.


Le gouvernement libanais a pris mardi une nouvelle série de mesures pour renforcer la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus sur le territoire, en créant notamment des cellules de crise au sein des municipalités et un Fonds pour accueillir les dons consacrés à la cause. Lors d'un Conseil des ministres tenu au Sérail gouvernemental, les ministres ont par ailleurs approuvé...

commentaires (2)

L’Etat faillis, crée un fonds.... Qu’il retourne les fonds volés dans ses caisses, plutôt que de quémander de ’argent et il y aura de quoi soigner gratuitement tout le monde...!

LeRougeEtLeNoir

23 h 50, le 17 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • L’Etat faillis, crée un fonds.... Qu’il retourne les fonds volés dans ses caisses, plutôt que de quémander de ’argent et il y aura de quoi soigner gratuitement tout le monde...!

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 50, le 17 mars 2020

  • ON EST TOUJOURS A LA TRAINE. MAIS OU SONT LES DONS DES GRANDS REQUINS FINANCIERS DE LA CORRUPTION ET DES VOLS ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 00, le 17 mars 2020

Retour en haut