Coronavirus

Pour avoir critiqué la gestion de l’épidémie, un médecin se voit interdit d’exercer

Hadi Mourad a été sanctionné par le ministre de la Santé Hamad Hassan, après son intervention sur le plateau d’une émission télévisée.

Le Dr Hadi Mourad. Photo tirée de la page Facebook du médecin

L’affaire de Hadi Mourad, le médecin à qui le ministre de la Santé publique Hamad Hassan a retiré le permis de travail et qui doit comparaître ce matin devant le bureau d’investigation criminelle, a provoqué un tollé au cours du week-end écoulé. Dans une intervention jeudi soir sur une chaîne télévisée, le Dr Mourad avait estimé que M. Hamad « avait commis un crime envers le peuple libanais » dans la gestion de l’épidémie du nouveau coronavirus (Covid-19). Il a souligné que la campagne « Reste à la maison » à elle seule ne suffit pas « tant que les frontières aériennes sont toujours ouvertes et que des avions transportant des passagers de pays endémiques ou dans lesquels le virus s’est propagé continuent à atterrir à l’aéroport de Beyrouth ». « J’étais sur le plateau avec plusieurs autres médecins, précise le Dr Mourad à L’Orient-Le Jour. J’ai haussé le ton, d’autant que la veille (mercredi), un avion en provenance d’Iran avec à son bord 150 passagers a atterri. Je ne pouvais pas me taire, d’autant que c’est un scandale. Ces personnes auraient dû être placées en quarantaine pour protéger leur entourage. »


(Lire aussi : Covid-19 : la revanche de l’Étatle commentaire d'Anthony SAMRANI)


Le Dr Mourad, qui avait déjà dénoncé il y a plus d’un mois la mise sur le marché libanais de médicaments iraniens qui ne répondent pas aux normes, explique que la réponse ne s’est pas fait attendre. « Douze heures après l’émission (vendredi matin), je reçois un appel du bureau d’investigation criminelle qui m’a convoqué à une enquête, poursuit-il. On s’est entendu à ce que je me présente lundi à 10 heures (aujourd’hui). Vendredi soir, vers 19 heures, je découvre que le ministre de la Santé a retiré mon permis d’exercice de la profession. Or, conformément aux lois en vigueur, seul l’ordre peut retirer le permis d’exercice d’un médecin dans des cas bien précis. Or aucun de ces cas ne s’applique à cette affaire. »

Et le Dr Mourad de poursuivre : « Mon affaire est devenue une affaire d’opinion publique. Le ministre aurait pu me poursuivre en justice pour diffamation, mais il n’a pas le droit de prendre des mesures vindicatives parce que j’ai haussé le ton. Le corps médical a dénoncé cette mesure, même les médecins affiliés aux partis, ainsi que des avocats du mouvement de contestation populaire. Demain, malgré l’épidémie du coronavirus, plusieurs médecins m’accompagneront au bureau d’investigation criminelle pour m’exprimer leur soutien. Ils prendront bien sûr les mesures préventives nécessaires. »


(Lire aussi : Écoutons ce que le coronavirus nous ditl'Edito d'Emilie SUEUR)


Le droit de s’exprimer
Réagissant à cette affaire, le président de l’ordre des médecins, Charaf Abou Charaf, a appelé le ministre de la Santé à « revenir sur sa décision » le temps que celle-ci soit « réglée dans le cadre syndical ». Dans un communiqué, le Dr Abou Charaf a affirmé que « le fait de s’exprimer est le droit de tout médecin ». « Vu les défis médicaux par lesquels passe le pays, nous appelons tous les collègues à adopter un discours calme et à soutenir les autorités officielles dans les efforts qu’elles déploient afin de surmonter cette crise avec le moins de dégâts possible. »

Et de rappeler que lors « d’épidémies et de catastrophes sanitaires, la loi exige que tout le monde se conforme aux décisions du ministère de la Santé publique ».


Lire aussi
L’enseignement en ligne pour tenter de sauver l’année scolaire au Liban

Le Liban en état d'urgence sanitaire : voici les principales mesures adoptées

Comment réussir son auto-isolement ?



L’affaire de Hadi Mourad, le médecin à qui le ministre de la Santé publique Hamad Hassan a retiré le permis de travail et qui doit comparaître ce matin devant le bureau d’investigation criminelle, a provoqué un tollé au cours du week-end écoulé. Dans une intervention jeudi soir sur une chaîne télévisée, le Dr Mourad avait estimé que M. Hamad « avait commis un crime...

commentaires (13)

MR LE MINISTRE DE LA SANTE VOUS AVEZ FAILLI A VOTRE MISSION DE PRESERVER LA SANTE DES RESIDENTS AU LIBAN EN LAISSANT VENIR PLUSIEURS AVIONS DES PAYS CONNUS POUR AVOIR UNE GRANDE EPIDEMIE DU VIRUS CORONA EN PARTICULIER L'ITALIE ET L'IRAN VOUS N'AVEZ MEME PAS FAIT UN MINIMUM QUI CONSISTAIT A METTRE EN QUARANTAINE OBLIGATOIRE TOUS LES PASSAGERS DURANT 14 JOURS VOUS ETES DONC RESPONSABLE DE MANQUE A VOTRE DEVOIR ET NON PAS LE MEDECIN QUI A CRITIQUE VOS DECISIONS, VOUS ESSAYEZ DE FAIRE CE QU'A FAIT LE REGIME CHINOIS EN EMPRISONNANT LE MEDECIN QUI A ALERTE EN PREMIER SUR CE VIRUS ET QUI EN EST MORT PAR LA SUITE LA VERITE VOUS DEVEZ DES EXCUSES PUBLIQUE AU PEUPLE POUR AVOIR MIS LA POLITIQUE DU PARTI QUI VOUS A NOMME MINISTRE AVANT LA SANTE DES LIBANAIS ET DES RESIDENTS DANS CE PAYS ET POUR AVOIR DECIDE QUE LE MEDECIN QUI VOUS A CRITIQUE NE PEUT PLUS EXERCER SON METIER CAR SANS LA LIBERTE D'EXPRESSION LA VIE N'A AUCUN SENS

LA VERITE

00 h 52, le 18 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • MR LE MINISTRE DE LA SANTE VOUS AVEZ FAILLI A VOTRE MISSION DE PRESERVER LA SANTE DES RESIDENTS AU LIBAN EN LAISSANT VENIR PLUSIEURS AVIONS DES PAYS CONNUS POUR AVOIR UNE GRANDE EPIDEMIE DU VIRUS CORONA EN PARTICULIER L'ITALIE ET L'IRAN VOUS N'AVEZ MEME PAS FAIT UN MINIMUM QUI CONSISTAIT A METTRE EN QUARANTAINE OBLIGATOIRE TOUS LES PASSAGERS DURANT 14 JOURS VOUS ETES DONC RESPONSABLE DE MANQUE A VOTRE DEVOIR ET NON PAS LE MEDECIN QUI A CRITIQUE VOS DECISIONS, VOUS ESSAYEZ DE FAIRE CE QU'A FAIT LE REGIME CHINOIS EN EMPRISONNANT LE MEDECIN QUI A ALERTE EN PREMIER SUR CE VIRUS ET QUI EN EST MORT PAR LA SUITE LA VERITE VOUS DEVEZ DES EXCUSES PUBLIQUE AU PEUPLE POUR AVOIR MIS LA POLITIQUE DU PARTI QUI VOUS A NOMME MINISTRE AVANT LA SANTE DES LIBANAIS ET DES RESIDENTS DANS CE PAYS ET POUR AVOIR DECIDE QUE LE MEDECIN QUI VOUS A CRITIQUE NE PEUT PLUS EXERCER SON METIER CAR SANS LA LIBERTE D'EXPRESSION LA VIE N'A AUCUN SENS

    LA VERITE

    00 h 52, le 18 mars 2020

  • Des vauriens , menteurs patentés de surcroit , nous gouvernent......SOLENNELLEMENT ! Mais de qui pensent-ils encore se foutre?

    LeRougeEtLeNoir

    09 h 29, le 17 mars 2020

  • On tombe bien bas ! Bravo docteur. On vous soutient.

    Brunet Odile

    08 h 28, le 17 mars 2020

  • Investigation criminelle pour avoir exprimé ce qu'une majorité du pays pensait!!! Et ceux qui envoient de jeunes Libanais se faire faucher et massacrer en faisant la guerre des Iraniens contre les turcs, c'est quoi ça? N'est ce pas criminel?? Le pays est envahit de virus. sûrement le covid19 n'en est pas le plus insidieu et dangereux. Allah yihmik ya Watan ya lébnèn

    Wlek Sanferlou

    18 h 42, le 16 mars 2020

  • En France. "Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l'ouvrir ça démissionne". Jean-Pierre Chevènement, qui démissionna le 22/3/1983. Au Liban. Un médecin qui critique un ministre de la Santé, on lui retire le permis de travail et comparait illico devant le bureau d'investigation criminelle. Pas moins.

    Honneur et Patrie

    15 h 15, le 16 mars 2020

  • Les nerfs sont à cran . Partout dans le monde . Le nombrilisme est aussi un état d'âme perturbateur .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 52, le 16 mars 2020

  • JUSQU,OU LA BETISE PEUT ALLER...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 57, le 16 mars 2020

  • il est financé par Sorros ce virus.

    Toni Pantaloni

    11 h 39, le 16 mars 2020

  • museler les lanceurs d'alerte,empecher la parole légitime et responsable ,ça ,c'est la démocratie Libanaise ;pire ,désigner coupable celui qui veut préserver ses concitoyens ,cela ressemble aux méthodes honnies des pires dictatures;J.P

    Petmezakis Jacqueline

    09 h 45, le 16 mars 2020

  • Laisser les frontieres aeriennes et terrestres ouvertes pendant des semaines c'est l'acte criminel.D'ailleurs c'est le ministre de la sante qui doit etre poursuivi en justice.

    EL KHALIL ABDALLAH

    09 h 29, le 16 mars 2020

  • Et la liberté d’expression ?? Ca leur parle ces dictateurs en place? La critique est libre quelque soient les conditions de vie et de crise Mais bon... Depuis quand cette classe actuellement au pouvoir a t elle accepté une critique ? L’un se considère divin L’autre considère qu’on veut abattre à tout prix son mandat et régime à chaque critique !! L’autre se considère éternel assis sur son trône depuis plus de 30 ans Voilà la classe intellectuelle qui régit le liban

    RadioSatellite.co

    08 h 05, le 16 mars 2020

  • C’est Mr Hamad qui devrait être poursuivi pour: 1) négligence à fermer les frontières 2) inféodation à un Axe ennemi du Liban En tout cas merci Mr Hamad d’avoir prouvé encore une fois par a + b l’illégitimité de tout votre gouvernement, au delà de vos affinités personnelles bien connues à l’Axe qui veut infester tout le Liban!

    Citoyen libanais

    07 h 32, le 16 mars 2020

  • Scandaleux! Le nouveau gouvernement aussi dictatorial que le précédent. En fait, il n'est mémé pas nécessaire que le ministre hezbollahi rapporte sa mesure: elle est déjà nulle et non avenue. Illégale, elle n'a aucun effet et le médecin doit pouvoir continuer à exercer comme si de rien n'était.

    Yves Prevost

    07 h 15, le 16 mars 2020