Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Après plus de deux mois, le CSM approuve le train de nominations judiciaires

La juge Ghada Aoun va présenter sa démission au chef de l'Etat. 

Le Palais de Justice de Beyrouth. Photo d'archives REUTERS/Mohamed Azakir

Le Conseil supérieur libanais de la magistrature a approuvé à l'unanimité, dans la nuit de jeudi à vendredi, le projet de nominations judiciaires, attendu depuis plus de deux mois, et qui a été envoyé à la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm. 

Ce train de nominations judiciaires est attendu par l'opinion publique, alors que les manifestants libanais, mobilisés depuis le 17 octobre, réclament notamment une justice indépendante et transparente. Malgré cette revendication, les responsables politiques ont semblé continuer à vouloir s'ingérer dans ce processus, malgré l'opposition de Mme Najm et du président du CSM à toute intervention partisane. 

Selon le bureau de presse du CSM, le Conseil a signé pour la première fois un document précisant les motivations du choix de la nomination des juges à leurs nouvelles fonctions, dans une volonté de transparence du processus.

Réagissant à ces nominations, la procureure générale près la cour d'appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, a annoncé qu'elle allait présenter sa démission au chef de l'Etat, Michel Aoun. Elle a accusé le CSM de "vouloir se venger d'elle alors qu'elle lutte contre la corruption". Dans le cadre des nominations Ghada Aoun aurait du devenir conseillère à la cour de cassation.

Pour sa part, la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, a affirmé, en réponse à un article publié hier dans le journal al-Akhbar et qui met en cause son impartialité dans le dossier des nominations judiciaires, être opposée à toute interférence politique dans ce processus.

Marie-Claude Najm a dit, dans un message sur Twitter, être "étonnée de ce qui a été publié hier dans le journal al-Akhbar sur "un changement" dans (m)a position au sujet des nominations judiciaires. Ma position est restée la même depuis le début, en faveur de l'indépendance de la justice. Non à toute interférence imposant des quotas politico-confessionnels, et j'insiste sur l'application totale de critères objectifs fondés sur la compétence." "Ceci est mon devoir national et fait partie de mes prérogatives. La ministre de la Justice n'est pas un simple messager, surtout à l'ombre de la période actuelle qui nécessite un changement et une fermeté", a-t-elle ajouté.

Dans un article publié hier, le journal al-Akhbar, proche du Hezbollah, rapportait que la ministre de la Justice avait d'abord écrit un message sur Twitter dans lequel elle affirmait ne pas intervenir dans le processus des nominations judiciaires. Le quotidien souligne ensuite que Mme Najm a effacé ce message et en avoir écrit deux nouveaux, dans lesquels elle dit, entre autres, "souhaiter que le Conseil supérieur de la magistrature réponde aux aspirations des Libanais". Al-Akbar affirme qu'il s'agit en l’occurrence d'une ingérence politique dans le processus.


Pour mémoire
Entre exigences politiques et désaccord au sein du CSM, les permutations traînent en longueur

Souheil Abboud : Le corps des magistrats doit s’assainir de manière autonome


Le Conseil supérieur libanais de la magistrature a approuvé à l'unanimité, dans la nuit de jeudi à vendredi, le projet de nominations judiciaires, attendu depuis plus de deux mois, et qui a été envoyé à la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm. Ce train de nominations judiciaires est attendu par l'opinion publique, alors que les manifestants libanais, mobilisés depuis le 17...

commentaires (4)

Bon débaras pour celle là..Mais bon, son homonyme va sans doute la recaser quelque part ailleurs ( ambassadrice ou un truc au palais )...

radiosatellite.online

12 h 44, le 06 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Bon débaras pour celle là..Mais bon, son homonyme va sans doute la recaser quelque part ailleurs ( ambassadrice ou un truc au palais )...

    radiosatellite.online

    12 h 44, le 06 mars 2020

  • Réformes tant attendues. Espoir pour un meilleur jour.

    Esber

    11 h 52, le 06 mars 2020

  • j'ai beaucoup d'espoir en la personne de la Ministre de la Justice . Donnons lui une chance et maybe une baguette magique .

    Lecteurs OLJ 2 / BLF

    11 h 09, le 06 mars 2020

  • On attend donc l'indépendance et la transparence! attendre et voir ,bien sur! J.P

    Petmezakis Jacqueline

    10 h 13, le 06 mars 2020

Retour en haut