Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Papilles

La « Disco Soupe » de Philippe Rahbé

Philippe Rahbé, créatif et généreux. Photo DR

Un dimanche sur deux, au marché de producteurs de Badaro, une tente sert et vend des aliments confectionnés à partir de produits invendus. L’idée, généreuse et ingénue, est celle de Philippe Rahbé, 42 ans, journaliste et expert en communication, ayant grandi et travaillé en France, et qui a lancé, il y a un an, une start-up batisée « Too good to waste », pour sensibiliser ses compatriotes au problème du gaspillage alimentaire. « Le but est de réduire de 10 tonnes les déchets alimentaires au Liban pour lutter contre la faim et changer les idées reçues sur la gestion de la nourriture », explique-t-il, précisant que le Liban a toujours été pour lui le pays du soleil et de l’opulence. « Mes parents ont quitté le pays alors que j’étais tout petit, mais le Liban est resté à mes yeux la patrie de mes deux grands-mères, l’endroit où j’étais heureux. »

Quand il vient s’y installer il y a un peu moins de deux ans pour ouvrir et gérer un magasin d’alimentation bio à Beyrouth, il se retrouve rapidement avec un stock quotidien de produits invendus. C’est ainsi qu’il se met aussitôt à les distribuer aux personnes en nécessité vivant dans le quartier.

En septembre 2018, il décide d’importer et de mettre en place une initiative contre le gaspillage alimentaire à laquelle il avait participé à Lyon, baptisée « Disco Soupe ». Né en Allemagne en 2011, ce concept consiste à collecter les invendus alimentaires auprès des commerces, pour les transformer en plats distribués gratuitement au public.

« C’est un gâchis de gaspiller alors que des personnes ont faim », lance Philippe Rahbé, mettant l’accent sur son expérience qui l’avait amené à découvrir le monde rural des producteurs alimentaires alors qu’il vivait dans la capitale française de la gastronomie entre 2015 et 2017. « C’était un moment de pur bonheur. On cuisinait au rythme d’une musique disco, habillés de couleurs éclatantes et coiffés de perruques. Un moment de créativité et de partage », dit-il.

En janvier 2019, il organise avec quelques volontaires sa première « Disco Soupe » au marché fermier de Badaro, sauvant 50 kilos de nourriture. Le groupe récupère les invendus (fruits et légumes) auprès des supermarchés et marchés alimentaires de Beyrouth et, le jour de l’événement, les transforme en salades et soupe de saison. Les plats ont été distribués gratuitement aux habitants du quartier venus faire leur marché pour les sensibiliser aux problèmes du gaspillage et des invendus alimentaires.

En automne dernier, il organise son premier grand événement à l’Université américaine de Beyrouth, sauvant 35 kilos de nourriture et offrant un buffet à 150 convives.

« Pour préparer nos bouchées, nous avons utilisé des produits qui préservent l’environnement et nous avons préparé notre menu avec des amuse-gueule à base de baba ghannouj, de brocoli, de chou-fleur au thym, une salade d’aubergine et de tomate… Bref, il a été difficile aux convives de croire que 80 % de nos plats étaient confectionnés à partir de produits invendus ! » note Philippe Rahbé.

À l’occasion des fêtes de Noël dernier, alors que de nombreux Libanais commencent à sombrer dans la pauvreté, il organise un repas conjointement avec la Lebanese Food Bank pour les moins nantis, qui se tient dans les salons de l’église Saint-Élie à Kantari et rassemble 45 convives. Pour la confection des aliments, 70 kilos de produits seront utilisés et le soir même des plats distribués à des personnes dans le besoin restées chez elles. En octobre 2019, à Dubaï, il reçoit le « Trophée Innovation des Trophées des Français de l’étranger », pour la région Afrique et Moyen-Orient 2019.

Philippe Rahbé passe actuellement quelques mois en France avant de rentrer au Liban pour poursuivre son projet. Entre-temps, deux chefs ont pris la relève au marché de Badaro, Marwan Atallah et Maya Nawar, confectionnant à leur tour et avec la même créativité et la même belle énergie des produits à partir d’invendus alimentaires.


Dans la même rubrique

Quand Walid Mouzannar joue avec la citrouille

Aline Saadé mélange herbes et thé avec son cœur

Richard Rostom et Fady el-Hout : la rôtisserie, une passion commune

Élégance et originalité pour les gâteaux de Rita Mouarkech

Un dimanche sur deux, au marché de producteurs de Badaro, une tente sert et vend des aliments confectionnés à partir de produits invendus. L’idée, généreuse et ingénue, est celle de Philippe Rahbé, 42 ans, journaliste et expert en communication, ayant grandi et travaillé en France, et qui a lancé, il y a un an, une start-up batisée « Too good to waste », pour sensibiliser...
commentaires (2)

Belle histoire, bravo pour ces bonnes initiatives.

Eddy

14 h 46, le 20 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Belle histoire, bravo pour ces bonnes initiatives.

    Eddy

    14 h 46, le 20 février 2020

  • Bravo!

    NAUFAL SORAYA

    07 h 53, le 20 février 2020

Retour en haut