X

À La Une

Diab reçoit une délégation d'une institution financière liée à la Banque mondiale

Liban

L'Ani avait dans un premier temps indiqué que le Premier ministre devait recevoir une délégation du FMI, avant de modifier l'information sur son site Internet.

OLJ
18/02/2020

Le Premier ministre libanais Hassane Diab, dont le pays est confronté à une grave crise économique, a reçu mardi à Beyrouth une délégation d'une institution financière internationale liée à la Banque mondiale.

L'Agence nationale d'information (Ani, officielle) avait dans un premier temps indiqué que le Premier ministre devait recevoir une délégation du Fonds monétaire international (FMI), avant de modifier l'information sur son site Internet. Le chef du gouvernement a en fait rencontré dans l'après-midi une délégation de la Société Financière Internationale (IFC), qui fait partie du groupe de la Banque mondiale, selon l'Ani. IFC se présente sur son site Internet comme "la plus importante institution mondiale d'aide au développement, dont les activités concernent exclusivement le secteur privé dans les pays en développement".

Selon un communiqué du bureau de presse de M. Diab, les ministres de l’Économie Raoul Nehmé, de l'Industrie Imad Hobballah, des Travaux publics et des Transports Michel Najjar, de l’Énergie Raymond Ghajar, ainsi que le secrétaire général de la présidence du Conseil, Mahmoud Makkiyé, ont pris part à cette réunion. "Les discussions ont porté sur des projets de partenariat entre les secteurs privé et public, ainsi que sur l'amélioration du secteur des transports et de l'aéroport", souligne le bureau de presse, sans plus de détails.

Les difficultés économiques qui touchent le Liban depuis plusieurs mois se sont aggravées après le début en octobre d'une contestation inédite fustigeant l'ensemble de la classe politique accusée de corruption et d'incompétence.

Le Liban s'était engagé en 2018 à réduire son déficit public et à entreprendre des réformes structurelles, en contrepartie de promesses d'aides et de dons de la communauté internationale à hauteur de 11,6 milliards de dollars (10,6 milliards d'euros). Le pays croule sous une dette avoisinant les 92 milliards de dollars, soit plus de 150% du PIB. En mars, l'Etat doit rembourser 1,2 milliard de dollars d'eurobonds -des obligations émises en dollars- arrivant à échéance. Toutefois les avis divergent sur le bien-fondé du paiement ou non de cette tranche.

Après le début de la contestation, les banques ont imposé des restrictions draconiennes inédites sur les retraits et les transferts en dollars, dans un pays où le billet vert est utilisé au quotidien au même titre que la livre libanaise.

Pour faire face aux difficultés économiques, le Liban a demandé une assistance technique du FMI. La semaine dernière, un porte-parole du FMI a indiqué que le Liban avait réclamé "des conseils" concernant "les réformes que les autorités veulent mettre en place pour restaurer la stabilité et la croissance".

Par ailleurs, M. Diab a reçu mardi l'ambassadrice américaine Elizabeth Richard, pour la première fois depuis la formation du gouvernement. Les discussions ont porté sur les récents développements au Liban et dans la région ainsi que sur les relations bilatérales entre le Liban et les Etats-Unis. Mme Richard n'a pas souhaité faire de déclarations en partant du Sérail, selon l'Ani.

Lire aussi

Le PIB libanais s’est contracté de 4 % au premier semestre 2019, selon l’ACS

Le FMI met la pression sur les dirigeants libanais, un gestionnaire d’actifs britannique rachète des eurobonds de mars

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Fifi Brindassier

La vente aux enchères est ouverte.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TITRE PARLAIT DU FMI ET MA REACTION FUT EN CONSEQUENCE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BON COURAGE. IL EN FAUT BEAUCOUP AVEC CES MESSIEURS QUI NE CONSEILLENT ET N,IMPOSEENT... SI ON FAIT APPEL A EUX... QUE DES REDUCTIONS DE SALAIRES, DES AUGMENTATIONS DE TAXES... TVA INCLUSE... DES HAIRCUTS POUR LES DEPOTS ET DES MESURES TOUTES POUR DEVALISER LES CITOYENS. AUCUNE MESURE CONTRE LES CORROMPUS QUI ONT DEVALISE LE PAYS ET LE PEUPLE, BDL ET BANQUES COMPRISES.

Simone Fattal

le site de Nahr el Kali devrait ne pas être utilisé mais demeurer protégé, SA protection même améliorée. Les voitures et autobus qui viendront au quartier général du CPL causeront une pollution plus que dangereuse pour les trésors historiques que le site conientt. Il est temps de trouver un autre terrain. Qui donc a eu le culot de signer les autorisations qui le menacent?

Etel Adnan

VIRAGE CONTRÔLÉ

On rééchelonne et c'est tout ! On est ni les 1ers ni les derniers .

MGMTR

Au fait les 11,6 milliards de CEDRE ne sont pas des aides mais plutôt de la dette assortie de 2 ans de période de grâce (sans paiement d'intérêts) assimilable à des dons.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants