Rechercher
Rechercher

Confusion de confiance

Les justifications balbutiantes autour de la pantalonnade du quorum de la séance du vote de confiance sont un véritable morceau d’anthologie, digne de figurer dans les meilleurs cursus universitaires mondiaux de sciences politiques. Si le Liban n’était pas déjà à la ramasse et dans un état pitoyable, on aurait eu des craintes pour son image.

Ainsi, jusqu’au jour d’aujourd’hui, il n’est toujours pas possible de savoir si le pince-fesse parlementaire pour la bénédiction urbi et arbi du gouvernement Diab était réglo ou anticonstitutionnel. Il suffit d’écouter encore les députés de l’opposition rescapés des manifs s’emberlificoter l’un après l’autre dans un sabir abscons pour expliquer comment aucun d’entre eux n’était à l’origine du bouclage du quorum réglementaire. Comme d’hab, à chaque fois qu’un litige se présente, le premier réflexe des gens normaux est de se demander lequel parmi les protagonistes est la canaille. Jusqu’au moment où, au vu de la magouille qui aura mijoté, l’on se rend compte que la crapulerie était équitablement partagée.

Qui est l’enfoiré dans cette affaire ? Est-ce Istiz Nabeuh qui, en moins de temps qu’il ne lui en faut pour caser un copain dans un ministère, aurait ouvert la séance en loucedé avant que les retardataires n’entrent en catiminette ? Connaissant le personnage, rendu célèbre pour ses sincérités successives et à géométrie variable, on serait tenté de le penser. À moins que ce ne soit les députés incriminés, au neurone improbable, qui mentent comme des arracheurs de dents? À les entendre, ils seraient tous miraculeusement apparus dans l’hémicycle à la seconde même où le quorum était atteint. En somme, une espèce de génération spontanée préfigurant l’éternel paradoxe de l’œuf et de la poule. Présumés coupables, mais surtout pas responsables…

Maintenant que Tonton Hassane s’apprête à prendre racine, il promet ferme une véritable radiographie du système libanais, et très décolletée de surcroît. Restera tout de même cette question lancinante : comment, en moins de 30 ans, s’est évaporé l’équivalent de 46 siècles de salaire minimum ? Idem pour les aides successives reçues à Paris I, puis II, puis III, en échange de promesses bidon. Si tout le pognon reçu avait été balancé d’un avion, il aurait eu plus de chance d’atteindre les Libanais.

Pour l’heure, en tout cas, l’affaire se présente mal, s’il faut en croire sœur Anne qui ne voit rien venir. Car ce n’est pas seulement les finances publiques et les banques qui sont usées, mais la poche des Libanais qui est sérieusement râpée.

[email protected]


Les justifications balbutiantes autour de la pantalonnade du quorum de la séance du vote de confiance sont un véritable morceau d’anthologie, digne de figurer dans les meilleurs cursus universitaires mondiaux de sciences politiques. Si le Liban n’était pas déjà à la ramasse et dans un état pitoyable, on aurait eu des craintes pour son image.

Ainsi, jusqu’au jour d’aujourd’hui,...

commentaires (8)

Qui vole un oeuf est en prison avec un doigt d'honneur; qui vole un boeuf est au pouvoir avec mon orteil d'honneur Que cela soit connu urbi et orbi.

Honneur et Patrie

15 h 13, le 14 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Qui vole un oeuf est en prison avec un doigt d'honneur; qui vole un boeuf est au pouvoir avec mon orteil d'honneur Que cela soit connu urbi et orbi.

    Honneur et Patrie

    15 h 13, le 14 février 2020

  • Tout glisse sur leur peau de crocodile. C'est à croire qu'ils sont vaccinés contre l'humiliation et qu'ils ont recours aux rappels systématiques de peur de contracter la maladie de l'honneur et ou de la dignité. Tous sans exception aucune sont des lâches et des pourris. C'était une honte de les voir alignés en attendant le top de Nabeuh en remettant la faute sur l'autre comme vous le dites si bien. Un mystère persiste sur leur obéissance incrédule et on n'arrive pas à le deviner.

    Sissi zayyat

    12 h 59, le 14 février 2020

  • Cher Gaby, vous auriez pu aussi lancer quelques flèches contre les discours pathétiques des différents intervenants lors de cette session parlementaire malheureusement loufoque

    Liberté de Penser

    11 h 58, le 14 février 2020

  • OSER CRACHER LES VERITES AU VISAGE DES MAFIEUX EST UN DON AVANT D,ETRE UNE BRAVOURE. BRAVO GABY NASR !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 16, le 14 février 2020

  • vivifiant! J.P

    Petmezakis Jacqueline

    09 h 20, le 14 février 2020

  • Bravo pour votre article.

    Brunet Odile

    09 h 08, le 14 février 2020

  • Dinausores condamnés à disparaître bientôt...

    LeRougeEtLeNoir

    09 h 07, le 14 février 2020

  • C'est avec amertume qu'on déguste cet article, mais d'ailleurs et sussi, tous les srticles Gabyesques de ces dernières années!!

    Wlek Sanferlou

    00 h 37, le 14 février 2020