X

Liban

Les difficultés financières du Liban pourraient sauver la plaine de Bisri

Infrastructure

Le parti Vert allemand appelle Berlin à intervenir auprès de la Banque mondiale pour geler le projet.

14/02/2020

L’insolvabilité du Liban en butte à des difficultés financières et la corruption qui mine son administration pourraient remettre en cause la construction du barrage de Bisri. Alerté par des lobbyistes libanais œuvrant pour la protection de cette plaine du caza de Jezzine, le parti Vert allemand a attiré l’attention de son propre gouvernement sur le dossier en adressant une lettre au ministre allemand de la Coopération et du Développement (BMZ), Gerd Müller, pour le mettre en garde contre la construction d’un tel ouvrage, l’Allemagne contribuant dans une proportion de 15 % au financement de ce projet contesté, à travers la Banque mondiale. Celle-ci devrait accorder au Liban un crédit de 474 millions de dollars pour la mise en place du plus grand projet d’infrastructure du pays, rejeté aussi bien par de nombreux experts que par les habitants des localités alentour.

Dans leur lettre à Gerd Müller, datée de novembre dernier, les deux députés des Verts allemands, Katrin Goering-Eckardt (chef du groupe parlementaire) et Uwe Kekeritz, soulignent d’emblée leur « grande inquiétude » face aux développements actuels au Liban. « Compte tenu des protestations populaires contre la corruption et la mauvaise gestion (administrative), il faut remettre en question la responsabilité actuelle de la République fédérale au Liban et revoir les points où l’Allemagne peut être plus impliquée », écrivent-elles. La missive rappelle que le député Uwe Kekeritz avait adressé une question écrite au gouvernement allemand concernant la construction du barrage de Bisri fort contesté au Liban et dont l’utilité n’a pas été prouvée.


(Lire aussi : À Msaylha, nouveau barrage, nouveau parfum de scandale)


Inutile, nuisible et dangereux
« La Banque mondiale n’a pas encore confirmé si elle financera ou non cet ouvrage. Arrêter ce projet inutile est donc toujours possible. Vous avez la possibilité de poser des questions au représentant allemand au conseil d’administration de la Banque mondiale et présenter votre approche alternative à des collègues d’autres pays, ou travailler sur un plan alternatif avec des ressortissants libanais », notent les deux députés qui énumèrent dans leur lettre les raisons pour lesquelles l’Allemagne ne devrait pas soutenir un tel projet. Ils évoquent entre autres « l’insolvabilité du Liban » qui ne pourrait pas rembourser la dette aux donateurs, donc au contribuable allemand. Et ce n’est pas le moindre des obstacles. Selon les deux députés allemands, la corruption constitue également l’un des facteurs qui devrait empêcher la mise en place du projet.

La lettre expose en outre les raisons scientifiques « qui rendent complètement inutile, nuisible pour l’environnement et dangereux avec l’activité sismique dans la région » la construction de ce barrage. Elle présente aussi des solutions alternatives pour que l’État libanais puisse alimenter Beyrouth en eau, en mettant l’accent sur une étude allemande déjà effectuée par des institutions fédérales, prévoyant la réhabilitation des canalisations d’eau potable reliant Jeita à la capitale libanaise.


(Lire aussi : L’environnement, star des places de la révolution)


Les Verts allemands fournissent des détails sur cette étude proposée par l’agence gouvernementale allemande BGR au cas où le Liban serait insolvable et si des projets de moindre coût devraient lui être proposés à l’avenir : « Un plan de gestion durable de l’eau se concentrerait sur la réparation du réseau de distribution d’eau existant, qui est de mauvaise qualité et qui laisse 48 % de l’eau non comptabilisée. Un tel plan entraînerait moins de corruption et un bon rapport qualité-prix pour les citoyens. » Une autre priorité est d’améliorer la capture de la source de Jeita, qui fournit actuellement 70 % de l’eau du Grand Beyrouth. L’Institut fédéral allemand des géosciences et des ressources naturelles (BGR) a estimé le coût combiné de l’amélioration de la capture de la source Jeita et de la mise en place d’un nouveau convoyeur d’eau à environ 30 à 50 millions de dollars américains. BGR a aussi proposé d’améliorer le rendement de la source de Jeita grâce à la construction de barrages de taille moyenne pour la gestion de la recharge des aquifères. « La réforme du secteur des eaux souterraines, actuellement soumis à une exploitation illégale et abusive, contribuerait également à améliorer l’efficacité de l’approvisionnement en eau de Beyrouth », selon le BGR.

La réponse du ministère allemand de la Coopération et du Développement, datée du 20 janvier, est restée évasive, il est vrai, mais témoigne d’une volonté de réévaluer le projet. Le ministère indique ainsi dans sa réponse aux deux parlementaires que « le gouvernement allemand a reçu des demandes libanaises de soutien financier pour prévenir l’insolvabilité » et que « Berlin veut discuter de l’ensemble du projet avec d’autres bailleurs de fonds de la Banque mondiale ainsi qu’avec cette institution afin de reconsidérer ce projet dans le cadre d’un programme de réformes plus large pour le Liban ».



Pour mémoire
Pollution aggravée des eaux du Qaraoun... que l’on compte drainer à Bisri

À Bisri, les manifestants rêvent de transformer la plaine en réserve naturelle

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Je me souviens du grand séisme de 1956 , le 16 mars

Stes David

Geler ce project mais j'espere ne pas geler des autres projets a Beyrouth et ailleurs pour la renouvelation de l'infrastructure qui remonte souvent encore a l'epoque du mandat francais ... Si on gele un tel grand projet, il y a une opportunite pour favoriser des autres projets pragmatiques pour l'infrastructure existante.

aliosha

Pour information a nos ECOLOS : le Liban se trouve dans une zone d'activitée sismique égale à Moyen(+) sur une echelle de 5. La Turquie quand à elle est dans la zone sismique elevée 5
La Turquie dispose de 504 barrages. A bon entendeur ....

Irene Said

Comme quoi les difficultés financières de notre pays peuvent avoir du bon...?

Mais on préférerait que ce projet dangereux, fou et inutile du barrage de Bisri soir annulé plutôt par la raison et le patriotisme de nos responsables !

Faudrait aussi les envoyer faire des stages en Allemagne ou d'autres pays où l'on réfléchit et examine sérieusement tout projet concernant l'environnement...et, si possible, leur apprendre à raisonner autrement qu'en bénéfices financiers qui rempliraient leurs poches !

Mais on craint que pour beaucoup d'entre eux ce ne soit déjà trop tard...car ils ne savent plus agir autrement depuis longtemps !

Irène Saïd

Joseph Zoghbi

sauver la plaine de Bisri pour assoiffer les habitant du grand Beyrouth.... belle équation

aliosha

D'apres nos ECOLOS le barrage de Bisri est contesté et l’utilité n’a pas été prouvée!!?? Bien sure ces memes ECOLOS peuvent nous prouver que le deversement du Bisri (inutilement) dans la mer est UTILE ....

Dernières infos

Les signatures du jour

impression de Fifi ABOU DIB

Les démons du fatalisme

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants