Rechercher
Rechercher

Économie - Rapport

Pour l’IFI, le retour de la croissance libanaise n’est pas pour demain

Une statue construite par les manifestants qui ont investi le centre-ville ces derniers mois. Pour l’Institut de la finance internationale, le Liban ne devrait pas renouer avec la croissance avant 2021. Photo P.H.B.

L’Institut de la finance internationale (IFI), une organisation qui rassemble plus de 450 banques et institutions financières à travers le monde, a dressé dans son dernier rapport mis en ligne vendredi – en accès restreint – un tableau très sombre des perspectives économiques du Liban à moyen terme. Réalisée par l’économiste en chef de l’IFI pour la zone MENA, Garbis Iradian, l’étude prend en compte dans ses projections le fait qu’un nouveau gouvernement dirigé par Hassane Diab a été récemment formé, ce qui selon lui « augmente les chances » que les réformes nécessaires pour redresser le pays soient lancées, même si le nouvel exécutif n’a pas encore la confiance du Parlement.

Malgré cette avancée, Garbis Iradian estime que le Liban, qui traverse une importante crise économique et financière dont les effets se sont accélérés ces derniers mois et qui est le théâtre de manifestations contre le pouvoir qui ont démarré le 17 octobre, ne devrait pas renouer avec la croissance avant 2021 dans le meilleur des cas. Selon lui, le PIB libanais s’est contracté de 3,8 % en 2019 (l’IFI tablait dans son dernier rapport en octobre sur une contraction de 1,6 %) et devrait continuer de le faire en 2020.

Deux scénarios

Garbis Iradian envisage deux scénarios : un premier dans lequel le nouveau gouvernement formé mardi dernier lancerait l’ensemble des réformes identifiées par l’IFI comme indispensables pour redresser le pays et bénéficierait d’une aide financière internationale adaptée à ses besoins ; et un second où seule une partie des réformes et du soutien financier attendu entrerait dans l’équation. Dans son scénario le plus « optimiste », l’IFI anticipe d’abord une contraction de 4,7 % du PIB en 2020, puis une croissance de 1,5 % en 2021, puis de 3 % en 2022. Dans le second cas de figure, le pays enchaînerait en revanche les années noires, avec un PIB en baisse successivement de 9 %, 7,4 % et 4,6 % sur les trois années retenues.

Pour l’IFI, les réformes incontournables que le pays doit lancer doivent inclure un volet budgétaire marqué par une réduction drastique des dépenses publiques, en commençant par les avances du Trésor versées à Électricité du Liban, combinée à une hausse des recettes « qui épargne (les ménages) les plus pauvres et cible principalement l’évasion fiscale ». Pour rappel, le budget de l’État pour 2020 avait été adopté à la hâte après le début de la contestation en octobre par le gouvernement Hariri III, qui a démissionné dans les jours qui ont suivi. Le texte a ensuite été amendé par la commission parlementaire des Finances avant d’être voté hier (voir par ailleurs). L’IFI estime par ailleurs que le ratio déficit/PIB devrait atteindre 11,9 % en 2019, tandis que le budget prévisionnel pour cet exercice tablait sur 7,59 %.

L’organisation encourage de plus les banques à continuer de réduire les taux d’intérêt sur les dépôts et les crédits, un mouvement amorcé par la circulaire n° 536 du 4 décembre 2019 émise par la banque centrale. Elle approuve par ailleurs le fait que la BDL ait obligé les banques à augmenter leurs fonds propres (circulaire n° 532 du 4 novembre 2019) et les encourage à régler la question des « actifs dépréciés », estimant cette mesure « décisive » pour relancer la confiance envers le secteur, au plus bas depuis plusieurs mois. Garbis Iradian suggère également que la privatisation de plusieurs actifs de l’État pour réduire la dette publique devrait occuper une place essentielle dans la stratégie du nouveau gouvernement. Le rapport cite enfin l’adoption de mesures visant à renforcer la lutte contre la corruption et à améliorer l’environnement des affaires ainsi que la création d’un « fond social » financé par « des dons étrangers » pour répondre aux besoins des catégories les plus pauvres.

Garbis Iradian estime enfin à pas moins de 24 milliards de dollars les besoins de financement du pays entre 2020 et 2024. Pour lui, le pays doit pouvoir être en mesure de débloquer les plus de 11 milliards de dollars de prêts et dons réservés par les donateurs de la conférence de Paris d’avril 2018 (CEDRE), auxquels doivent désormais s’ajouter 8,5 milliards de dollars assurés dans le cadre d’un programme du Fonds monétaire international qui pourra permettre d’attirer des financements supplémentaires. L’IFI juge enfin que le Liban n’a plus d’autre choix que de renforcer et d’uniformiser les mesures de contrôle de capitaux mises en place de façon informelle par les banques et qui se sont drastiquement durcies depuis l’apparition des premières restrictions à la fin de l’été.


L’Institut de la finance internationale (IFI), une organisation qui rassemble plus de 450 banques et institutions financières à travers le monde, a dressé dans son dernier rapport mis en ligne vendredi – en accès restreint – un tableau très sombre des perspectives économiques du Liban à moyen terme. Réalisée par l’économiste en chef de l’IFI pour la zone MENA, Garbis Iradian,...

commentaires (1)

Ils sont plutôt optimistes! Les prévisions de décroissance sont bien loin de la réalité. Cela sera pire si des réformes institutionnelles ne sont pas rapidement lancés et implémentés. Leurs mises en oeuvre devra être, par ailleurs, strictement contrôlé par une instance apolitique et non confessionnelle.

TrucMuche

10 h 34, le 29 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ils sont plutôt optimistes! Les prévisions de décroissance sont bien loin de la réalité. Cela sera pire si des réformes institutionnelles ne sont pas rapidement lancés et implémentés. Leurs mises en oeuvre devra être, par ailleurs, strictement contrôlé par une instance apolitique et non confessionnelle.

    TrucMuche

    10 h 34, le 29 janvier 2020

Retour en haut