X

À La Une

Bassil à Davos : La contestation est positive et permettra d'initier des réformes essentielles

Liban

L'ex-chef de la diplomatie libanaise a déclaré qu'il "représente toujours légitimement les Libanais", malgré la contestation réclamant le départ de toute la classe dirigeante, affirmant tirer cette légitimité des résultats des dernières élections législatives.

OLJ
23/01/2020

L'ancien ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil a estimé jeudi à Davos, en Suisse, que les manifestations qui ont lieu depuis plus de trois mois au Liban sont "positives" et "saines" et permettront "d'initier les changements nécessaires" au régime politique. Il a souligné que c'est à cause des "dysfonctionnements" de ce régime que la réforme de nombreux secteurs n'a jamais abouti. 

"Ce qu'il se passe dans les rues est très positif parce que cela crée une dynamique essentielle pour initier les changements nécessaires", notamment vers un nouveau système politique et une économie productive, a déclaré M. Bassil, interrogé lors d'un panel sur "Le retour des soulèvements dans les pays arabes".

M. Bassil a précisé que "les jeunes présents dans les rues veulent un système séculier", par opposition au système confessionnaliste actuel "qui rend le système politique mal-fonctionnel". Il a souligné que les grandes décisions à prendre dans de nombreux secteurs "nécessitent un consensus de toutes les communautés". Concernant l'électricité, il a souligné que sa formation politique "a présenté un plan pour la réforme de ce secteur, tout comme il l'a fait pour la gestion des déchets". Et de souligner que les ministères sont désormais gérés par des technocrates "afin de régler ces problèmes loin des questions politiques". 

Réagissant à une question de la journaliste américaine Hadley Gamble, modératrice du panel, concernant la crise économique et financière que connaît actuellement le Liban, M. Bassil a déclaré que c'est "l'accumulation des mauvaises politiques depuis 30 ans", qui a mené le pays à la crise. "En faisant partie du gouvernement, nous devons assumer la responsabilité de la situation actuelle", a-t-il ajouté, rejetant toutefois à nouveau une partie de la responsabilité sur le régime politique et la nécessité d'obtenir des consensus pour toutes les grandes décisions. M. Bassil a encore dénoncé "les interventions étrangères" qui, selon lui, ont aggravé la crise au Liban. Il a appelé à capitaliser sur "l'unité des Libanais à vouloir combattre la corruption", et à rejeter toute tentative de dévier la contestation vers des questions qui risquent de diviser les manifestants comme la question de l'influence du Hezbollah, laquelle risque de provoquer "le chaos" dans le pays et la région. Et de souligner que ce dossier devait être "géré en interne". 



(Lire aussi : A Davos, Bassil appelle à éviter que le Liban ne devienne "un Etat failli")



Légitimité tirée des législatives
L'ex-chef de la diplomatie libanaise a encore déclaré qu'il "représente toujours légitimement les Libanais", malgré la contestation réclamant le départ de toute la classe dirigeante, affirmant tirer cette légitimité des résultats des dernières élections législatives. Il a souligné qu'au Liban, les citoyens ne sont pas seulement "autorisés mais encouragés à réclamer des changements". "Et si lors d'élections, nous ne pouvons plus nous vanter d'avoir cette légitimité, nous nous mettrons de côté", a-t-il poursuivi, évitant toutefois de répondre aux questions de la journaliste Hadley Gamble concernant un éventuel scrutin anticipé. 

Une pétition en ligne depuis quelques jours, dont les auteurs affirment que "Gebran Bassil ne représente plus le peuple libanais dans les forums internationaux", a recueilli des milliers de signatures. Un communiqué partagé mardi sur la page Daleel Thawra, l’un des organes médiatiques du soulèvement populaire, déclare que "Gebran Bassil est un ministre illégitime dont le peuple réclame la démission depuis presque cent jours".

Depuis près de cent jours, les manifestants libanais appellent à la chute de toute la classe dirigeante, accusée de corruption et d'incompétence, une contestation qui a poussé le gouvernement de l'ancien Premier ministre Saad Hariri à démissionner fin octobre. Après plusieurs semaines de crise politique, le pays s'est finalement doté mardi d'un nouveau gouvernement qui a la lourde tâche de relancer une économie en chute libre et de convaincre des manifestants hostiles à la classe politique. Mais pour les manifestants mobilisés depuis le 17 octobre, les nouveaux ministres sont des personnalités affiliées à cette classe politique dont ils réclament le départ.



Pour mémoire
Ces petites phrases de Gebran Bassil qui ont engendré des polémiques

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Je vous avez dit qu’il allait se faire ramasser lol

Citoyen

Il parle de dysfonctionnement de ce régime comme s'il venait d'arriver? ? Ce n'est pas plutôt un dysfonctionnement de sa mémoire dont il parle? Il a oublié le système mafieux auquel il a appartenu ?
Quant à sa légitimité tirée des dernières élections, de quelle légitimité il parle quand pour se faire élire il est prêt à débourser 500 dollars la voix?

Honneur et Patrie

"Le conte des godasses d'Abou-Kassem el-Tambouri" en arabe "Qossat mdess Abou-Kassem el-Tambouri".

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA CONTESTATION EST UNE REVOLUTION TRES POSITIVE QUI NE VEUT AU POUVOIR AUCUN DES ABRUTIS CORROMPUS, VOLEURS ET INCOMPETENTS... TOUS INCLUS ! COMMENCEZ PAR DEGAGER PUISQUE VOUS TROUVEZ LA CONTESTATION POSITIVE DONC AYANT RAISON...

Irene Said

Faut bien rentabiliser le saut à Davos avec beaucoup de paroles, de suffisance et un toupet incroyable...n'est-ce pas ?!
Irène Saïd

Bustros Mitri

Écoutez le bluff!
Il prétend récupérer le discours des manifestants, en Jouant les responsables aux commandes attentifs aux pouls du peuple...Mais de qui se moquent-ils??

Khoury Karim

Prétendre représenter TOUS les libanais est désormais erroné : M. Bassil représente tout au plus les électeurs de sa circonscription en sa qualité de député, ainsi que les adhérents du CPL. Mais bon, allez expliquer cela à un gars qui se pense Prince héritier du royaume du Liban...

Bou Abdou Steeve

Allez-y les 14M, lâchez-vous... c'est Open buffet celui-ci

Dernières infos

Les signatures du jour

impression de Fifi ABOU DIB

Les démons du fatalisme

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants