Rechercher
Rechercher

À La Une

Altercation verbale entre Macron et des policiers israéliens dans la Vieille ville de Jérusalem

"I don't like what you did in front of me" (Je n'aime pas ce que vous avez fait devant moi"), a crié le président français à un policier israélien planté devant lui dans l'entrée de l'église Sainte-Anne, territoire français dans la Vieille ville de Jérusalem.

Le président français Emmanuel Macron, dans la Vielle ville de Jérusalem. Photo AFP / Ludovic Marin

Le président français Emmanuel Macron a demandé avec insistance mercredi à des policiers israéliens de bien vouloir le laisser entrer dans l'église Sainte-Anne de Jérusalem, dans une scène rappelant un incident qui avait impliqué Jacques Chirac dans les années 1990, a constaté l'AFP.

"I don't like what you did in front of me" (Je n'aime pas ce que vous avez fait devant moi"), a crié M. Macron à un policier israélien planté devant lui dans l'entrée de l'église, territoire français dans la Vieille ville de Jérusalem.

"Allez à l'extérieur je vous prie, personne n'a à provoquer personne, c'est compris?", a lancé M. Macron en anglais. "Nous restons calme, nous avons fait une magnifique marche, vous faites du bon boulot dans la ville et je l'apprécie, mais s'il vous plaît, respectez les règles établies depuis des siècles, elles ne changeront pas avec moi, je peux vous le dire", a-t-il ajouté.

"C'est la France ici, et tout le monde connaît la règle", a souligné, toujours en anglais, le chef d'Etat français, qui a improvisé une balade dans la Vieille ville de Jérusalem, où il avait seulement prévu de visiter l'église Sainte-Anne.



La basilique Sainte-Anne, construite par les Croisés au XIIe siècle et offerte par l'Empire ottoman à la France en 1856, est l'un des quatre territoires français de Jérusalem.

C'est dans ce quartier de Jérusalem-Est que l'ancien président français Jacques Chirac s'était emporté en 1996 contre des soldats israéliens qui l'encadraient de trop près en lançant son désormais célèbre "Do you want me to go back to my plane?" (Voulez-vous que je remonte à bord de mon avion?), avant d'exiger que les militaires sortent du domaine de Sainte-Anne.

Mercredi, quelques heures avant l'arrivée de M. Macron sur place, un accrochage avait eu lieu entre des membres du groupe chargé de sa sécurité et un membre des forces de sécurité israéliennes ayant voulu entrer dans la basilique, selon des journalistes sur place.


Le président français Emmanuel Macron a demandé avec insistance mercredi à des policiers israéliens de bien vouloir le laisser entrer dans l'église Sainte-Anne de Jérusalem, dans une scène rappelant un incident qui avait impliqué Jacques Chirac dans les années 1990, a constaté l'AFP.

"I don't like what you did in front of me" (Je n'aime pas ce que vous avez fait devant moi"), a...

commentaires (7)

S'il suffisait que de paroles d'emportement, pour avoir le titre de celui qui ne se laisse pas faire , que dirions nous de ceux qui depuis 70 ans parlent, crient, geignent agonisent pour faire sentir au monde ce que Macron a ressenti en quelques secondes ? Que ce sont des victimes ou bien des héros ? Sans vouloir atténuer sa tentative réelle d'avoir voulu marquer le coup, j'y vois cependant une opération de communication à l'adresse des banlieues françaises, en période électorale.

FRIK-A-FRAK

09 h 16, le 23 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • S'il suffisait que de paroles d'emportement, pour avoir le titre de celui qui ne se laisse pas faire , que dirions nous de ceux qui depuis 70 ans parlent, crient, geignent agonisent pour faire sentir au monde ce que Macron a ressenti en quelques secondes ? Que ce sont des victimes ou bien des héros ? Sans vouloir atténuer sa tentative réelle d'avoir voulu marquer le coup, j'y vois cependant une opération de communication à l'adresse des banlieues françaises, en période électorale.

    FRIK-A-FRAK

    09 h 16, le 23 janvier 2020

  • L'église Sainte-Ann-e à Jérusalem est un territoire français au même titre que toutes les Ambassades de France à travers le monde. Personne sur la planète Terre ne peut gêner le Président de la République française de visiter une terre française enclavée ou pas dans un pays étranger. Il a fallut moins que ça pour que la France occupa l'Algérie ottomane durant 132 ans de 1830 à 1962. Je ne souhaite pas déterré les morts mais l'honneur de la France ne se négocie pas. Attention. Un centimètre de terre française vaut des kilomètres des pays des autres

    Honneur et Patrie

    21 h 06, le 22 janvier 2020

  • ILS RESPECTENT PERSONNE LES ISRAELITES. C'EST UNE RÉPÉTITION VOULUE ET NON UN ACCIDENT. ILS ONT FAIT LA MÊME CHOSE AVEC LE PRÉSIDENT CHIRAC. C'EST UNE BONNE LEÇON À MACRON POUR BIEN COMPRENDRE CE RÉGIME SAUVAGE.

    Gebran Eid

    20 h 29, le 22 janvier 2020

  • Les sionistes font ceux qu'ils veulent , purtroppo, comme on dit en Italien.

    Eleni Caridopoulou

    20 h 09, le 22 janvier 2020

  • D’accord avec l’attitude coléreuse de Macron contre le comportement des forces de police israéliennes, par contre ses propos mélangeant l’anti-sionisme avec l’anti-sémitisme sont erronés et injustes.

    Tony BASSILA

    19 h 59, le 22 janvier 2020

  • bravo et merci Monsieur le Président Macron. La France prouve une fois de plus qu'elle est contre les injustices et qu'elle est avec le monde Arabe.

    Le Point du Jour.

    19 h 33, le 22 janvier 2020

  • UN PROVOCATEUR POLICIER ISRAELIEN. ILS SONT HABITUES A PROVOQUER LES PAUVRES PALESTINIENS. MACRON A BIEN FAIT DE LE SERMONNER.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 14, le 22 janvier 2020